Compte-rendu du colloque – Panel 1 – Le musée : un lieu paradoxal entre imaginaire et théorisation

Lors de cette première demi-journée de colloque sur le thème du musée, de la collection et du collectionneur, il nous a été donné d’assister à quatre interventions de doctorants, chercheurs et directeurs de musée.

En voici une synthèse qui se veut la plus fidèle possible.

Intervention 1 – Maxime Thiry – « Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour une exposition ! » : quand Jean Philippe Toussaint transforme le livre en musée.

Maxime Thiry, doctorants, débute son intervention en introduisant une notion primordiale qui n’est autre que l’étymologie du terme « musée », provenant du mot latin museum, issu lui-même du grec ancien μουσεῖα (museion), terme désignant le temple dédié aux muses. Le terme évolue pour désigner aujourd’hui le lieu de conservation du patrimoine.

Lors de son intervention, Thiry nous présente Jean-Philippe Toussaint, auteur et réalisateur Belge au reconnaissable par son style minimaliste, qui au travers de ses oeuvres, livre au lecteur son regard sur l’espace muséal.

Pour Toussaint, le musée est un lieu de création plein de vie. C’est un lieu qui appelle à la contemplation, un espace où l’on s’arrête et où l’on observe et non un lieu de passage. Selon lui, le musée est un « hors temps » qui sert « d’impulsion à la création ».

Nous retrouvons ici une notion que nous avons que trop bien évoquée lors du séminaire sur Le collectionneur, la collection et le musée. Le musée tout comme la collection, sujet que nous avons davantage développé, sont imprégnés de cette notion de « hors temps », où le passé se fige et où l’âme trouve quelque repos. Ce « hors temps » se fait instrument propice à la création chez le « muséeur » et outil apaisant et salvateur pour le collectionneur.

Dans son ouvrage Made in China, le musée est présenté par Toussaint comme un espace permettant à la fois de découvrir, se promener et se poser. Thiry nous fait remarquer ici que le parcours se fait dans un mouvement linéaire qui se conclut par un arrêt contemplatif.

Toussaint et Thiry appuyant l’idée que le musée est un moteur de retrospection et d’introspection.

Cet acte passe par l’action de se promener et de contempler. Ces termes ne sont d’ailleurs pas sans rappeler Les Rêveries du promeneur solitaire de Jean-Jacques Rousseau, à la différence près que chez Toussaint la nature de Rousseau est remplacée par l’espace à la fois clos et ouvert du musée.

Clos de par son lieu délimité, ouvert de par son ouverture sur le monde, la culture et l’Histoire des Hommes. Par ailleurs, il est possible d’observer la nature de Rousseau également comme un espace ouvert et clos à la fois, puisque celui-ci est un lieu d’espace non délimité mais aussi un lieu propice à l’ouverture de l’âme et par la même, un espace clos puisque éloigné de la société. De plus, la nature comme le musée sont des lieux où règnent calme et silence et la promenade de Rousseau dans la nature est semblable au mouvement linéaire d’une visite au musée, étant également elle-même un lieu propice pour l’arrêt contemplatif.

Comme la nature chez Rousseau, pour Toussaint, le musée est un espace méditatif, introspectif et créatif. « C’est un espace en suspens », nous dit Thiry, « où le regard se met à la disponibilité de l’esprit et qui se prolonge par la main de l’auteur et donne l’impulsion à l’écriture », « Dans Made In China », Toussaint transforme le musée en espace de création ».

La main et le regard est l’oeuvre de Toussaint qui accompagne son exposition Livre/Louvre. Ce livre est purement visuel, il se fait musée et se transforme en espace de contemplation et d’introspection où se promène le regard.

Plus tard, Thiry nous expose les principes du « museur », flâneur qui « ne cesse de se perdre de figure en figures ». Pour Thiry, Toussaint est un « museur de musée » qui se promène, observe, regarde et contemple, tant dans le monde réel que dans l’espace clos de ses écrits.

Pour Toussaint comme pour Thiry, Le musée génère autant un imaginaire que les livres, et pour cause : les livres renferment l’Histoire des Hommes ainsi que des histoires individuelles, celles des personnages, celles des auteurs de la même façon que le musée expose l’Histoire des Hommes, détaillant parfois l’histoire individuelle de certains personnages historiques ou anonymes au travers d’objets, d’outils ou de productions artistiques et également celle des artistes, qui nous livrent une partie d’eux-mêmes dans leurs oeuvres.

Intervention 2 – Lavinia Torti – Le rituel du regard dans le musée chez Daniele del Giudice et Antonio Tabucchi, entre mémoire, imagination et cécité.

Lavinia Torti, jeune doctorante, nous introduit son travail de recherche en posant le musée

en tant qu’espace de mise en scène. Espace, le rappelle-t-elle, moins délimité que l’espace théâtral dans la mesure où l’on retrouve bien la notion du regard du spectateur théâtral, mais également la notion de la promenade, inexistant au théâtre.

Dans le roman Dans le musée de Reims de Daniele del Giudice, le personnage central prénommé Barnaba, jeune homme menacé par la cécité, recherche activement le tableau La mort de Marat de Jean-Louis David. Cette toile, nous dit Lavinia Torti, est le pivot de l’oeuvre de Giudice.

Lors de son périple, Barnaba va faire la rencontre d’une jeune femme, Anne, qui entreprendra de lui faire quelques descriptions bien particulières des toiles exposées. Mais pour cela, Anne passe par le mensonge. Elle ne décrit pas véritablement les tableaux, mais les raconte, livrant ainsi une vision subjective et donc erronée des toiles qu’ils observent ensemble. Mais Barnaba accepte de prendre part à ces mensonges narratifs.

Il est possible d’observer ici un rapport entre mensonge et imagination dans la mesure où, nous affirme Torti, « la création est tout aussi mensongère que l’imagination » puisque toutes deux passent par la subjectivité de l’objet donné. Outre les mensonges d’Anne qui raconte les toiles au lieu de les décrire, l’auteur ment au lecteur en inventant des oeuvres d’art, nous décrivant des toiles existant uniquement dans son esprit.

Selon Torti, dans ce roman, le regard crée un espace à part entière. En effet, La mort de Marat du musée de Reims n’est qu’une pâle copie du maître qui se trouve quant à elle au musée des beaux-arts de Belgique à Bruxelles. Le lecteur retrouve alors une nouvelle fois la dimension mensongère qui hante l’ouvrage de Giudice, mais cette fois le mensonge est créateur d’espace. En effet, pour Barnaba, l’original et la copie sont en tout point conformes. De là, il peut s’imaginer déambulant dans le musée d’art bruxellois, reconstruisant ainsi intégralement l’espace qui l’entoure.

Dans l’objectif d’étayer sa problématique, Lavinia Torti nous présente en quelques lignes le second auteur sur lequel s’est porté son intérêt, Antonio Tabucchi et son roman Requiem : une hallucination.

Dans ce récit, un homme est transporté dans une hallucination qu’il explorera durant l’espace de douze heures, soit de midi à minuit. Il se retrouve transporté dans la ville de Lisbonne, où les morts croisent les vivants. Il semble que lors de sa promenade, le protagoniste erre à travers la ville hallucinée jusqu’à se retrouver dans une exposition où, nous dit Torti, l’arrivée d’un nouveau visiteur altèrera la flânerie du héros.

Le personnage principal se trouve dans quatre espaces à la fois, soit sa maison de campagne où il s’est assoupis (acte qui n’est pas sans rappeler Alice au pays des merveilles, qui peut également être lu sous le spectre du musée en tant que « cabinet de curiosités » et lieu de découvertes et de flânerie), Lisbonne, lieu où l’a transporté son hallucination, le tableau de Basch qu’il observe dans l’exposition onirique et pour finir, l’atelier du peintre une renferme le tableau de Basch.

Aussi, nous dit Torti, l’espace d’exposition devient un espace de narration. Le musée comme la narration sont un espace d’errance, dans la mesure où un sujet ne pourra jamais avoir une connaissance intégrale de l’espace qu’il parcourt.

Ainsi, au travers de son intervention, Lavinia Torti nous dévoile le musée comme espace d’erreur où la vérité n’est que subjectivité.

Intervention 3 – Sylvaine Faure-Godberg – Le paradoxe du musée dans Maîtres anciens de Thomas Bernhard.

C’est un huis clos que nous présente Sylvaine Faure-Godberg lors de son intervention. Intitulé Maîtres anciens le roman de Thomas Bernhard porte le sous-titre de « comédie ». Le récit se déroule au musée d’Histoire de l’art de Vienne où sommeillent les « soi-disant maîtres anciens».

C’est dans ce musée qu’un vieux critique musical Reger, surnommé « le détestateur de musée » par le narrateur interne, poursuit son rituel presque obsessionnel de la visite du musée. Le cérémonial du vieillard prend place dans la salle Bordenne du musée, lieu qui apparaît favorable au développement de sa pensée ainsi qu’à sa création d’articles de musicologie qu’il écrit pour le Times. Selon Reger, la « chaleur y est parfaite » et la banquette, « agréable ».

Reger fait de cette salle un lieu de production de l’esprit, une « machine à traiter les idées ».

Dans ce roman, le musée devient un espace privé, résultat du rituel obsessionnel de Reger qui fait de sa visite une habitude journalière. Le protagoniste s’y décrit comme un « penseur possessif » ou encore un « égocentrique artistique » et fera remarquer au narrateur qu’il perçoit la peinture comme un « art étranger à l’esprit » puisque « le trop grand respect qu’entouré les oeuvres empêchent de les apprécier ». Lors de ses visites au musée, Reger perfectionne son sens critique qui lui permettra de « surmonter » la souffrance de l’existence », en faisant un « art de la survie », nous dit Faure-Godberg. La chercheuse nous fait par ailleurs remarquer qu’aucune description picturale n’est faite dans le roman, et qu’outre la salle habituelle de Reger, l’espace du musée n’est jamais représenté.

La dimension du rituel obsessionnel que nous avons évoqué plus haut ne semble pas être la seule obsession de Reger. En effet, si Reger perfectionne tant son sens critique dans l’enceinte du musée c’est bien grâce au fait qu’il ne cesse de critiquer les visiteurs du musée et en fait une véritable typologie des différentes personnes en fonction de leur nationalité. Nonobstant, les visiteurs ne sont pas les seuls à subir la névrose typologique du vieil homme qui s’en prend également au personnel du musée. Autre preuve du caractère obsessionnel du personnage est ce que Faure-Godberg appelle le « fantasme de l’exagération ». Cette dernière nous explique que Reger a l’habitude, presque névrotique, de répéter les mêmes termes jusqu’à l’exagération.

Un lien peut être fait ici avec notre séminaire dans la mesure où nous retrouvons en effet la notion d’obsession, de névrose qu’il est possible d’observer chez le collectionneur. De la même manière que le Cousin Pons de Balzac, le Francis de Carey, le Kaspar de Chatwin ou encore les Arthur et Jerzy de Krzystof Kieslowski, qui présentent tous une névrose pour les objets qu’ils collectionnent, Reger semble collectionner, non des objets à préserver, mais des informations qui lui permettront d’aiguiser sa critique. De plus, la répétition névrotique de certains termes que Faure-Godberg nous a présentée peut faire penser au bégaiement, qui peut être également rattaché à la figure du collectionneur, puisque sa névrose de l’accumulation peut être perçue comme un bégaiement de l’esprit, un trouble tout aussi incontrôlable.

Au travers de son ouvrage, c’est la légitimité de l’institution muséale tout entière que remet en cause Bernard, utilisant Reger pour en dresser une critique. Le protagoniste prononcera par ailleurs une phrase résumant tout à fait la remise en cause de l’institution du musée, faisant de cette dernière, une véritable imposture : « Tout original est une falsification en soi ».

Intervention 4 – David Labreure – Le musée dans l’imaginaire de Lovecraft.

David Labreure, directeur de la Maison d’Auguste Compte, nous présente Howard Philippe Lovecraft et ses oeuvres, imprégnées de l’imaginaire du musée. Il nous introduit l’auteur comme un personnage « hors de son temps », un homme reclus, tant socialement que moralement et nous explique que le musée fait partie intégrante de sa quête de culture, notion primordiale composant son oeuvre.

Labreure nous dévoile la passion du passé et du permanent du maître de l’étrange et de l’immonde. Passion qui le pousse à parcourir le pays afin d’étancher sa soif de l’ancien-temps en visitant des musées : « un monde enchanté pour moi », écrira-t-il. Et cette obsession du passé imprègne l’intégralité de l’oeuvre de l’écrivain et cache une peur du changement, qui se manifestera par un racisme, davantage lié à un conservatisme culturel qu’à une pure détestation de l’être social en soi :

« […] Là où la lune m’avait donné l’illusion de la beauté et du charme, la lumière crue du jour ne me révéla que le sordide, l’aspect étranger et l’éléphantiasis de la pierre qui grimpe et s’étale. Un flot de gens se déversaient dans les rues qui ressemblaient à des gorges de torrents. C’était des étrangers trapus et basanés, aux visages durs, aux yeux étroits. Des étrangers rusés et sans rêves, sans liens de parenté avec les décors autour d’eux. Ils n’avaient aucun point commun avec l’homme aux yeux bleus de l’ancien peuple des colons, qui gardait au fond du coeur l’amour des chemins verdoyants et des blancs clochers des villages de la Nouvelle-Angleterre […] » (Lui, H.P Lovecraft).

C’est dans le véritable panthéon de créatures monstrueuses et dans les bâtisses à l’architecture du XVIII° qui peuplent ses oeuvres qu’il est possible d’entrevoir l’imaginaire du musée chez Lovecraft.

Mais, outre le fait que l’imaginaire du musée insuffle la vie à son univers, c’est l’écrivain tout entier qui devient figure muséale. En effet, son monde fictionnel a inspiré nombre d’artistes, tels que Clive Barker ou encore H.R Giger, ce dernier ayant contribué à faire de Lovecraft une oeuvre d’art à part entière, lui rendant hommage au travers de son recueil de peinture qu’il nomme « Nécronomicon » d’après l’oeuvre de l’auteur, mais aussi et surtout, par le biais de trois de ses toiles : La visite de Lovecraft, Lovecraft et ses monstres et Illuminatus 1. Giger va jusqu’à introduire l’écrivain au sein de ce dernier tableau, où nous pouvons clairement en reconnaître le portrait. En exposant ces toiles, Giger fait entrer H.P Lovecraft, l’amoureux de l’ancien et du permanent, dans l’institution muséale tant prisée par celui-ci. Le muséophile se fait alors musée, devenant à son tours le « hors-temps » qu’évoque Labreure dans son intervention.

Un lien est peut-être à faire entre H.P Lovecraft et Reger, protagoniste de Maîtres anciens de Thomas Bernhard dans la mesure où, alors que Reger répète certains termes jusqu’à l’exagération, Lovecraft lui, use d’un vocabulaire tournant autour du macabre et de l’indicible qui frôle l’obsession et forme son style. Il est également possible d’observer une ressemblance entre Lovecraft et la figure du collectionneur, qui tous deux, partagent obsession, le premier pour le sordide, l’autre pour l’objet, mais également dans l’évidente mélancolie dans laquelle est plongée leur vie. De plus, nous pouvons considérer qu’au travers de ses récits, Lovecraft se livre presque à un acte de collection de monstres hideux, mais ici l’espace du cabinet de curiosités est cloisonné, non entre des murs, mais dans les reliures de l’objet-livre, devenant lui-même un espace muséal.

Ce colloque nous a apporté de nombreuses informations sur la place du musée dans la littérature, le présentant comme un espace serein, propice à la promenade silencieuse, à l’introspection et à la création.

Les différentes interventions que nous avons évoquées font écho à notre séminaire, nous éclairant sur la faible frontière entre le collectionneur, le muséeur et l’obsession.

Sources –

https://fr.m.wiktionary.org/wiki/musée

https://fr.m.wiktionary.org/wiki/Μουσεῖον#

https://faculty.chass.ncsu.edu/marchi/FLF401/Houellebecq%20Lovecraft.pdf (Utilisé uniquement pour la référence de la nouvelle de H.P Lovecraft Lui, d’où provient la citation mentionnée dans le compte-rendu)


Caroline GRIFFON

Master 1, Master Mondes littéraires, Université Paris 8, Séminaire Le Collectionneur, la collection, le musée, 2020-2021



Citer ce billet
Caroline Marie (2019, 30 novembre). Compte-rendu du colloque – Panel 1 – Le musée : un lieu paradoxal entre imaginaire et théorisation. . Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rooq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.