Musée d’Orsay: visite du verso

PARIS. La vie des réserves où le légendaire redevient trivial, c’est ce que montre la collaboration entre l’écrivain invitée, Maylis de Kerangal, et Jean-Philippe Delhomme, artiste en résidence Instagram en 2020, qui a donné lieu à une installation  (9 nov 2021 – 13 fév 2022) et à un ouvrage (Musée d’Orsay/Gallimard), intitulés Légendes des réserves.

@ JP Delhomme © Musée d’Orsay, 2021

À force de se croiser dans les salles du Musée d’Orsay, Maylis de Kerangal et Jean-Philippe Delhomme, qui « se connaissaient et s’appréciaient avant leurs invitations respectives par le musée » (4), comme l’explique dans sa « Préface » à Légendes des réserves Donatien Grau, conseiller de la Présidence pour les programmes contemporains du Musée d’Orsay, ont décidé d’explorer l’envers du décor, les réserves où les œuvres se sédimentent, « en attente, délaissées  de leur présentation muséale, car sans public, sans spectateurs » (4).

Loin des entrailles livrées à la fossilisation que Marc-Antoine Mathieu met en scène dans Les sous-sols du révolu (Musée du Louvre/Futuropolis, 2006) et où l’expert volumeur finit oublié de tous, ayant fait corps avec les fondations du musée, double fictionnalisé du Musée du Louvre, c’est un espace habité, vivant, où de nombreux corps de métier s’activent et où les œuvres entament un dialogue inédit entraînant ces deux visiteurs inopinés sur des sentiers inusités, que montrent l’installation et le livre à quatre mains.

Comment dire et peindre l’émotion de la découverte privilégiée, partagée mais non concertée, silencieuse, de ces œuvres trop ou pas assez pour être exposées ? Le livre et l’installation proposent deux dispositifs contrastés.

Le livre s’organise en deux parties distinctes. Après la préface de Donatien Grau, le lecteur découvre d’abord le texte de Maylis de Kerangal structuré selon le format du lexique, suite d’entrées libérées de l’ordre alphabétique de « verso » à « palettes-empreintes » en passant par « fragiles », « toucher », « effervescence », etc., puis, sans transition, sans page d’intertitre, les 29 huiles de petit format (entre 35 cm x 27 cm et 22 cm x 16 cm) de Jean-Philippe Delhomme.

L’installation sur la passerelle Eiffel, en revanche, propose un accrochage croisé des fragments de Kerangal et des huiles mates de Delhomme – on pourrait presque les prendre pour des gouaches. Non seulement l’ordre des douze mots-concepts qui structurent le parcours diffère de celui du livre, mais la disposition des panneaux et des tableaux de chaque côté du couloir semble inviter à une visite buissonnière, en boucle, en zizgag.

Les deux dispositifs s’approprient, chacun à sa manière, la poétique de la réserve. Dans le livre, la romancière et le peintre jouent les guides, invitent le lecteur à suivre, fragment après fragment, toile après toile, le fil d’Ariane de leur découverte individuelle et introspective des réserves.

©Musée d’Orsay © Jean-Philippe Delhomme

Mais, en détachant le texte de Kerangal et les images de Delhomme il impose une lecture directe, sans filet, sans guide, libérant le tableau du cartel. L’installation reconstitue l’intensité de l’attention dont les deux artistes ont fait l’expérience, conscients qu’ils ne pourraient effectuer que de rares visites des réserves. Comme eux, le visiteur embrasse la logique morcelée du dispositif et s’arrête sur une formulation, un détail, une proportion, un cadrage inhabituels pour tracer, en tous sens sur la passerelle, son propre parcours au gré des mots et des images qui piquent sa curiosité, créent la surprise, non sur le mode du cheminement, comme dans les salles, mais du « surgissement (8).

© JP Delhomme © Musée d’Orsay, 2021

« ici, on touche les œuvres. On y appose les mains, les bras, on les soulève, on les déplace, on les ouvre, on les retourne. On les manipule. » (« Toucher » 10). © Maylis de Kerangal

 

© JP Delhomme © Musée d’Orsay, 2021

« les étagères vitrées sont devenues de petits théâtres, des dioramas saisissants où naissent des rapprochements, où prolifèrent les analogies mentales, rêveuses. » (« Dioramas » 11) © Maylis de Kerangal

 

© JP Delhomme © Musée d’Orsay, 2021

« elles deviennent subitement de lourds écriteaux, des cartouches hors d’échelle qui modifient les œuvres : chacune semble clamer son nom derrière la vitre, de peur qu’on l’oublie. » (« Dioramas » 11) © Maylis de Kerangal

 

© vue de l’exposition Légende des réserves                                                       © Musée d’Orsay, 2021 © musicalité

« Elles sont là comme des images glissées entre les pages d’un livre de fer et comme on ne les voit jamais, c’est-à-dire de profil, par le côté » (« Anamorphoses » 8) © Maylis de Kerangal 

« Même accrochage disparate sur les porte-grilles que je feuillette ici comme les pages d’un album géant » (« Fragile » 10) © Maylis de Kerangal

 

Caroline Marie
Université Paris 8

Jean-Philippe Delhomme/Maylis de Kerangal. 
Légende des réserves
Musée d’Orsay 
9 nov. 2021-13 fev. 2022

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
achassagnol (6 février 2023). Musée d’Orsay: visite du verso. . Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ropo


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.