Alice en Alsace: un délice

STRASBOURG. Deux expositions majeures offrent un regard croisé sur la réception des Aventures d’Alice au pays des merveilles. SurréAlice, au MAMCS, retrace l’influence de l’œuvre de Lewis Carroll sur les Surréalistes tandis qu’IllustrAlice, au musée Tomi Ungerer, rend hommage à la façon dont le maître du nonsense a profondément marqué la culture graphique du XXe siècle.

À travers une scénographie spectaculaire et immersive, qui fait entrer les visiteurs directement dans la gueule du chat de Cheshire, reconstituée sous forme d’une créature recyclée de l’artiste britannique Monster Chetwynd, le Musée d’art moderne et contemporain présente du 19 novembre 2022 au 26 février 2023 plus de 250 œuvres et ouvrages directement influencés par ce conte pour enfants. Des auteurs comme Eileen Agar, Louis Aragon, André Breton, Leonora Carrington, Salvador Dali, Paul Éluard, Max Ernst, Roland Topor, entre autres, ont vu en Lewis Carroll un pionnier de la représentation des mondes imaginaires, qui apparaît en filigrane dans leurs œuvres depuis le Dictionnaire abrégé du Surréalisme (1938), Le Château étoilé (1936), Limites non frontières du Surréalisme (1937), ou l’Anthologie de l’humour noir (1940).

© Vue de l’exposition SurréAlice, 2022 © MAMCS, Strasbourg © Roland Topor, Alice à la neige peinture murale, 1938, photographie ©MuséaLitté

Tout en accordant une place de choix au texte original, l’exposition met en résonance, traductions (celles de Louis Aragon, Henri Parisot, Jean Gattégno), œuvres illustrées (albums jeunesse, bandes dessinées, collages, romans en images), réécritures (pastiches, poèmes), adaptations cinématographiques, tableaux, fresques, sculptures, mobilier (divan, wunderkammer) et objets (flamand rose naturalisé, divan, miroir, cartes à jouer, échiquier), autant de détournements et d’appropriations des Aventures d’Alice au pays des merveilles qui éclairent la façon dont le personnage, tout comme son auteur, ont pu nourrir les Surréalistes, qui souhaitaient même lui consacrer un monument, place de l’Europe, à Paris. Le titre de l’exposition, fait référence au mot-valise emprunté à Michel Rémy, spécialiste du Surréalisme en Angleterre.

Entrée de l’exposition SurréAlice, 2022 © Monster Chetwynd © MAMCS, Strasbourg, photographie ©MuséaLitté

SurréAlice, permet surtout de constater l’ampleur de l’influence de Lewis Carroll, et ce, bien au-delà d’un intérêt bibliophilique pour un public avisé.  Au contraire, l’exposition qui s’adresse à tous tisse un réseau de connections fertiles, en montrant très clairement les échos, d’un siècle à l’autre, et surtout la densité de l’oeuvre que les Surréalistes ont interprétée de multiples façons, à la fois dans sa dimension linguistique, esthétique, logique, humoristique, mais aussi féministe.

Vue de l’exposition SurréAlice, 2022 © MAMCS, Strasbourg, photographie ©MuséaLitté

Il est en effet question de l’idée de “corps imprévu” à travers le statut et les métamorphoses de la femme-enfant à l’époque victorienne ou encore du lien entre nonsense et incongruité, entre hasard et créativité, entre rêverie et psychanalyse, si bien que la fantaisie est déclinée en une grande variété de formes et de contenus.

Une salle est d’ailleurs consacrée à l’intérêt des Surréalistes pour les histoires naturelles et autres cabinets de curiosité. Les tableaux de Max Ernst inspirés de La chenille au célèbre hooka du chapitre V des Aventures d’Alice au pays des merveilles côtoie des planches d’entomologie et un étonnant modèle d’anatomie de ver à soie en papier-mâché (1880), prêtés par le Musée Zoologique de Strasbourg.

© Vue de l’exposition SurréAlice, 2022 ©MAMCS, Strasbourg, Planches d’entomologie d’Heinrich Bucheckner 1860-9 © Musée Zoologique de Strasbourg; ©Max Ernst, La Libellule, c.1934, assemblage de métal et plumes d’oiseau, boîte en carton vitrée, 26×38,5×5,5cm, photographie ©MuséaLitté

Au Musée Tomi Ungerer, le parti pris de l’exposition interroge le rapport au texte de Carroll qui, en France, n’est pas aussi sacralisé qu’il peut l’être au Royaume-Uni. Le lien affectif n’est pas le même dans la mesure où la version illustrée par John Tenniel est sans doute moins lue et surtout beaucoup moins connue des jeunes lecteurs qu’il ne l’est outre-Manche.

Le parcours expographique cartographie la diversité des illustrations  européennes de cet inclassable classique, qui constitue un cas d’école de la circulation et de l’appropriation culturelles qui se jouent en littérature. La gageure réussie de la première salle croise un déroulé en images du récit chapitre par chapitre avec un panorama des esthétiques graphiques européennes (et américaines dans une moindre mesure), tout en rendant visible l’évolution diachronique de la figuration de la fillette et du monde animalier des merveilles. Les vitrines de cette première salle ne présentent que des originaux, prêtés par différents musées français mais également  par de nombreux artistes et collectionneurs privés.

Vue de la première salle ©Musée Tomi Ungerer, Strasbourg, 2022 ©IllustrAlice, photographie ©MuséaLitté

Des versions plus transgressives d’une Alice soumise au male gaze sont convoquées, notamment avec le rapprochement des couvertures de la revue érotique populaire Les Aventures érotiques d’Alice (1976-1978), qui prolonge la réflexion du MAMCS sur le thème de la femme objet, femme enfant, et de la Lolita, à quelques mètres des dessins érotiques de Tomi Ungerer, exposés au sous-sol du musée.

Alice érotique, ©IllustrAlice, ©Musée Tomi Ungerer, Strasbourg, 2022, photographie ©MuséaLitté

Aux côtés de splendides découvertes qui font la part belle aux illustrateurs d’Europe centrale (superbes illustrations du Slovaque Dušan Kállay), on retrouve bien sûr les grands noms qui ont redessiné les traits d’Alice (Jean Ache, Anthony Browne, Nicole Claveloux, Jean-Michel Folon, Mervyn Peake). L’exposition ouvre toutefois des perspectives inédites sur l’omniprésence des références au texte carrollien dans la caricature et le dessin de presse comme chez Ronald Searle, Ralph Steadman ou Martin Rowson. Dans un effort de médiation bienvenu, des plaquettes descriptives présentent le contexte politique des caricatures exposées : ici, Winston Churchill est représenté en Duchesse, là, Margaret Thatcher sous les traits d’Alice est à côté d’Elizabeth II, là encore, Mikhael Gorbatchev est le Chat de Cheshire. Une charge contre le Brexit rassemble David Davies, Boris Johnson, Liam Fox et Theresa May devant un Jabberwock menaçant. L’exposition se libère dans cette salle de la chronologie adoptée par le MAMCS, de 1919 à la fin des années 1960, pour souligner la force contemporaine de l’imagerie d’Alice dans la politique et la vie culturelle anglaise.

On pourrait regretter que plus de jeux et de jouets, de supports non livresques, ne soient pas exposés, même s’ils ne constituent pas à proprement parler le projet de l’exposition. Toutefois, un extrait du Alice de Jean-Christophe Averty (1970) et une superbe série de plaques pour lanterne magique de 1890 rappellent à quel point l’histoire d’Alice, de sa réception et de sa circulation, est intimement liée à l’histoire des images comme médium. Dans la vitrine table qui montre des comic books et des romans graphiques inspirés par Alice, Alice in Sunderland (2007) de Bryan Talbot est ouvert sur une remarquable double page qui dialogue avec une illustration de Tenniel.

La scénographie met d’ailleurs à l’honneur, et ce dès l’entrée, une nouvelle génération d’artistes à suivre qui réinterprètent la matérialité du texte sous un angle passionnant.

Inès Pichaud, Table des Matières, 2021-2022, ©Musée Tomi Ungerer, Strasbourg, 2022, © Bibliothèque Universitaire de Saint Étienne, Photographie © MuséaLitté

La réussite de SurréAlice tient non seulement à la répartition ambitieuse du projet sur deux sites, ce qui incite le visiteur à un véritable cheminement dans la ville et lui laisse le temps de réinvestir un nouvel espace muséal dans un tout autre état d’esprit. L’autre aspect qui mérite vraiment d’être mentionné est le partenariat très efficace entre  plusieurs  musées de la ville, le musée Zoologique, les écoles d’art, les artistes comme le collectif Icinori qui a réalisé l’affiche ou les ingénieux livres d’art des étudiantes en Master 2 Éditions d’art de l’université de Saint Étienne.

On retrouve ces travaux comme l’ensemble des oeuvres exposés dans le catalogue tout aussi merveilleux. On s’y absorbe avec autant de délice que dans Alice.

Jeanne Vaillant, Chambre d’enfant, 2021-2022, ©Musée Tomi Ungerer, Strasbourg, 2022, © Bibliothèque universitaire de Saint Étienne, campus Tréfilerie, photographie ©MuséaLitté

Anne Chassagnol & Caroline Marie
Université Paris 8

SurréAlice: 19 nov 2022-26 fév 2023
Commissariat d’exposition:
Barbara Forest, conservatrice en chef du patrimoine,
Fabrice Flahutez, professeur à l’université Jean Monnet,
Thérèse Willer, conservatrice en chef honoraire du Musée Tomi Ungerer
Brigitte Friant-Kessler, conseillère scientifique, Université UPHF

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
achassagnol (21 février 2023). Alice en Alsace: un délice. . Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rops


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.