“Füssli: Entre rêve et fantastique” au Musée Jacquemart-André

PARIS. Johann Heinrich Füssli (1741-1825) est un dessinateur et peintre britannique originaire de Suisse. Alors qu’il souhaite marcher sur les pas de son père, artiste accompli, ce dernier le destine au pastorat. Füssli acquiert de grandes connaissances au sujet des religions et des mythes, avant de quitter l’Église pour se consacrer à son art, très inspiré par la littérature.

La maison d’Edouard André et Nélie Jacquemart fut bâtie en 1869, par l’architecte Henri Parent. Parent  était l’un des finalistes au concours organisé par la ville pour construire l’Opéra de Paris, mais c’est Charles Garnier qui lui sera préféré. Edouard André était un collectionneur d’art, tandis que Nélie Jacquemart était une portraitiste. Une fois marié, le couple collectionne les d’œuvres d’art, étoffées au cours de leurs nombreux voyages. André étant fasciné par l’art français du XIXe siècle, tandis que Nélie Jacquemart s’intéresse à l’art de la Renaissance italienne. Ils organisèrent la transformation de leur demeure en galerie ouverte au public après leur mort.

La maison musée consacre une exposition temporaire à Füssli. Si ce dernier ne se fait pas un très grand nom en France, c’est en Angleterre qu’on entendra davantage parler de lui, grâce, notamment, à son intérêt pour les pièces de théâtre écrites par le dramaturge William Shakespeare.

Peindre le théâtre

Les œuvres de Füssli sont très inspirées par le théâtre, avec des reproductions de représentations théâtrales auxquelles il a assisté. Dans Lady MacBeth somnambule, il représente la terreur dans le regard de Lady MacBeth. Dans le tableau intitulé Hamlet et le spectre de son père, le peintre évoque la scène 4 de l’acte 3 de la pièce. Füssli représente les cheveux du personnage éponyme dressés sur son crâne. À cette époque, les comédiens utilisaient un mécanisme avec des fils très fins pour soulever les cheveux du comédien au-dessus de sa tête. Füssli aurait repris ce souvenir, mais il aurait aussi peint l’acteur qui interprétait Hamlet à cette époque. C’est en reprenant ce souvenir, que Füssli dépeint la peur du personnage éponyme, mais aussi dans la position qu’il prend, accordé à la terreur que l’on peut observer dans ses yeux.

Johann Heinrich Füssli (1741 – 1825), Hamlet et le spectre de son père, 1793, Domaine public

Les tableaux se veulent vivants, expressifs, comme s’ils voulaient montrer une véritable scène de théâtre qui se dérouleraient sous nos yeux. Füssli tente de les rendre les plus vivants possibles, en dépeignant des scènes qu’il a vues de ses propres yeux, sans chercher à les sublimer, mais plutôt à les rendre réelles.

Peindre la poésie

Les représentations théâtrales ont grandement influencé Füssli dans son art. Il s’est aussi adonné à la transcription graphique d’un poème de l’un de ses amis. Il peint une série de tableaux mettant en image des scènes du poème, qui raconte l’histoire du chevalier Huon et de sa rencontre avec Rezia, une sarrasine. Leur union était impossible, du fait de leurs confessions. Obéron, le roi des fées, accepte de les unir, mais à la condition de ne pas consommer leur amour avant le mariage. Les deux amants ne respectent pas la condition imposée et ils se font chasser de la cour d’Obéron. Par la suite, Rezia se fait enlever par le sultan de Saba, ce dernier dans le but d’en faire l’une de ses courtisanes. Huon s’en va alors jusqu’au palais du sultan, afin de retrouver et de ramener Rezia auprès de lui. Il se fait passer pour un jardinier, mais il attire l’attention de la sultane Almansaris, l’épouse du sultan, qui en tombe amoureuse.

Peindre la mythologies et la religion

Le tableau Thor luttant contre le serpent Midgard est une scène représentative de la mythologie nordique. Füssli y représente le dieu Thor ainsi que le serpent Midgard Jormundgand. Cette scène représenterait la fin du monde comme l’aurait décrite la mythologie nordique. Le serpent provoquerait des ras-de-marées pour affronter les dieux aux côtés des géants. Mais Thor l’affronterait et succomberait à ses blessures. Dans la scène dépeinte par Füssli, d’autres personnages de la mythologie sont représentés, tels que le géant Eymer dans une barque ou encore le roi des dieux et père de Thor, Odin.

Johann Heinrich Füssli (1741 – 1825), Thor luttant contre le serpent Midgard, 1790, Domaine public

Une aquarelle de Füssli, Brünhild beobachtet Gunther, représente une autre figure mythologique, celle de la guerrière Brunehilde. Le dessin la montre assise dans son lit, un homme suspendu au plafond. Cette scène représente la nuit de noces de Brunehilde et Gunther. Brunehilde, opposée à son union avec Gunther, l’aurait attaché au plafond, totalement nu, pendant toute la nuit. Füssli représente la scène en dessinant Brunehilde avec un sourire amusé, montrant la guerrière puissante comme une femme malicieuse, moqueuse. Il la rend humaine et tourne en dérision le guerrier Gunther.

Johann Heinrich Füssli (1741 – 1825), Brünhild beobachtet Gunther, 1807, Domaine public

De par sa formation de prêtre, Füssli s’inspire aussi de scènes bibliques pour peindre. L’exemple évocateur est le tableau intitulé Le renvoi d’Adam et Ève du paradis. Dans la Genèse, après qu’Adam et Ève ont croqué la pomme de l’arbre de la connaissance, Dieu les chasse du jardin d’Eden et les condamne à l’exil. Füssli en fait une représentation, montrant une Ève bouleversée, s’accrochant à Adam.

Ce tableau semble reprendre les codes du mouvement symboliste, pourtant établi 100 ans après Füssli. Les symbolistes eux-mêmes le considèreront comme l’un des précurseurs du symbolisme.

Peindre le rêve 

Dans cette optique symboliste, le tableau le plus évocateur est celui intitulé Le Cauchemar. Plusieurs tableaux auront été peints par Füssli sur le thème du cauchemar et des songes, ils reprendront chacun les mêmes éléments. Le premier élément est la représentation d’une femme, parfois peu vêtue, dans une chambre, allongée sur son lit. Autour d’elle, se trouve un petit singe sombre, un démon. Ce démon est appelé incube, l’équivalent masculin des succubes. Les incubes sont des démons qui, selon les croyances, abuseraient sexuellement des vierges dans leur sommeil. Le dernier élément est représenté sous la forme d’un cheval noir. Ce cheval est en réalité une jument et représenterait la traduction littérale du mot « nightmare » qui, séparément donnent les mots « nuit » (« night ») et « jument » (« mare »), mais traduit plus simplement par « cauchemar ». Ces tableaux, mêlant monstres et érotisme, intéresseront fortement le public, notamment Sigmund Freud qui en fera même une commande auprès de l’artiste. Le Cauchemar est le produit de l’imagination de Füssli, mais entre dans les codes du symbolisme qui souhaite représenter le fantastique et l’irréel.

Johann Heinrich Füssli (1741 – 1825), Le Cauchemar, 1781, Domaine public

Le rêve du Berger s’inscrit, lui, dans un univers tout aussi irréel et fantastique, mais avec une forte inspiration littéraire. Le tableau représente un berger endormi, entouré de personnages fantastiques, mais surtout de la reine des songes, la reine Mab, que l’on retrouve dans certaines pièces de Shakespeare. Ce personnage est en réalité originaire des traditions anglaises du Moyen-Âge. Normalement considérée comme la fée des songes et une sage-femme, le tableau lui prête un caractère plus malicieux.

Peindre les femmes

Füssli accorde une attention particulière à la représentation des femmes. Il dépeint des femmes à la position dominante et puissante. On le remarque à la façon dont il peint leurs cheveux. Nous le remarquons dans le tableau intitulé La mort de Didon. Cette peinture représente Didon, la reine et fondatrice de Carthage dans l’Enéide de Virgile. Après qu’Enée l’a délaissée, elle se suicide. Le tableau la montre morte, dans une position christique, en croix. Derrière elle, la déesse Iris lui coupe les cheveux, car ils représentent son âme, mais aussi sa puissante position de reine.

Johann Heinrich Füssli (1741 – 1825), La mort de Didon, 1781, Domaine public

On retrouve cet élément dans le troisième tableau de la série du chevalier Huon. La sultane Almansaris est représentée comme une femme grande, élégante et surplombant Huon. Ses cheveux sont mis de côté, mais Füssli semble attirer notre attention sur la longueur de sa chevelure qui disparaît dans son dos, insistant alors sur cette image de la puissance politique de la sultane.

Johann Heinrich Füssli (1741 – 1825). Déguisé en jardinier, Huon rencontre la sultane Almansaris, 1804-1805, Domaine public

Füssli représente toutes les catégories de femmes. Sa capacité à les peindre de façon réaliste, nobles et puissantes, provient des deux femmes qui l’auront influencé. En premier lieu, il y aura Sophia Rawlings, son épouse. Dans un second temps, on lui prêtera une histoire d’amour avec une femme de lettres, philosophe et féministe : Mary Wollstonecraft, connue notamment pour son pamphlet Défense des droits de la femme, publié en 1792. Les femmes l’auront inspiré et incité à les peindre dans tous les rôles possibles : reines, sultanes, guerrières, mères, épouses ou encore amantes.

Réflexion

La maison d’Édouard André et Nélie Jacquemart, de l’histoire de sa construction à aujourd’hui fascine par sa volonté d’accueillir et de matérialiser leur goût  artistique. Lors de mon départ, avec ma camarade Amel, nous sommes tombées sur une réplique du buste d’Henri IV par Barthélémy Tremblay. J’ai immédiatement pensé que, même si le couple d’artistes souhaitait séparer les étages (le rez-de-chaussée pour y vivre, l’étage pour exposer), l’art envahissait – et envahit toujours – la maison. De nos jours, les maisons sont envahies de livres, de bibelots, de jouets (si l’on vit avec des enfants). C’est par l’art que le domicile d’André et Jacquemart est pris d’assaut.

L’exposition sur Füssli avait sa place dans cette si grande demeure : avec ou sans introduction biographique, nous comprenons bien vite quelles sont les inspirations de Füssli, mais surtout comment ses œuvres peuvent refléter sa personne. Les tableaux de Füssli font transparaître ses souvenirs, ses connaissances, sa vie, ses rêves ou encore des éléments biographiques, comme ses études ou sa fascination pour la littérature. Ses peintures et croquis sont empreints d’une vive inspiration purement personnelle, avec des interprétations très personnelles de personnages mythologiques, réels ou fictifs. L’exposition Füssli « Entre rêve et fantastique » a mis en avant la vision d’un artiste sur des œuvres littéraires, mais aussi sur la religion. Ses tableaux nous donnent à voir sa lecture très personnelle de la religion et des œuvres littéraires qu’il illustre.

Camille BENZENACHE
Master 2 Mondes Littéraires et création critique
Séminaire La Maison musée
2022-2023

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Caroline Marie (27 février 2023). “Füssli: Entre rêve et fantastique” au Musée Jacquemart-André. . Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ropt


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.