La Maison de Balzac, Rupert Shrive et Marc Augé

PARIS. La maison de Balzac, située dans le seizième arrondissement de Paris, est intégrée à la vie de son quartier. Elle accueille également des expositions d’artistes contemporains, comme Rupert Shrive quand je l’ai visitée, et nous invite à réfléchir à la frontière entre public et privé, en relisant Non-lieux de Marc Augé.

L’histoire de la maison devenue un musée

La maison de Balzac est un bâtiment qui comprend cinq chambres louées par l’écrivain Honoré de Balzac, de 1840 à 1847. Comme indiqué sur le panneau Histoire de Paris apposé à l’entrée des escaliers – dont les inscriptions rouge vif attirent immédiatement le regard du promeneur – Balzac a loué cette maison sous le pseudonyme de M. de Breugnol pour échapper aux créanciers qui avaient menacé de saisir sa propriété des Jardies à Sèvres. La particularité de ce bâtiment est la deuxième entrée de la rue Berton, qui permettait à l’écrivain de s’échapper rapidement en cas d’inspection.

Panneau de la ville de Paris situé devant l’entrée du musée, photographie ©MuséaLitté

La maison, avec ses trois niveaux, a été le lieu où l’écrivain a corrigé l’ensemble de la Comédie Humaine et rédigé plusieurs œuvres, dont Une ténébreuse affaire (1841) et La cousine Bette (1846), pour ne citer que quelques exemples. Ce lieu a été transformé en musée par un ancien locataire, Louis Baudier de Royaumont, et a été inauguré par Edmond Horaucourt, qui représentait le Ministre des Beaux-Arts, en 1910. Le pavillon fait partie des monuments historiques dès 1913. Les jardins d’origine ne sont malheureusement pas restés, mais la ville de Paris a acheté le terrain autour de la maison en 2000 pour les restaurer. Enfin, le musée a été ouvert au public en 2009.

Ce qui frappe le visiteur, c’est que la Maison de Balzac est activement insérée dans la vie de son quartier : les habitants, qui fréquentent souvent le café du jardin ou se promènent de manière distraite à l’extérieur du bâtiment, rendent dynamique la relation entre le quartier et la maison-musée. Ce faisant, la maison ne semble pas un austère lieu de vénération, ou plutôt de culte de la personnalité de Balzac, mais plutôt une ode à la vie d’un citoyen parisien du XIXème siècle. En bref, le lieu où elle s’inscrit semble effacer la distance temporelle qui nous sépare de l’auteur, le rapprochant ainsi du visiteur et l’humanisant.

Vue du jardin de la Maison de Balzac, photographie ©MuséaLitté

Un peu plus près

Une fois passé le portail d’entrée, on est accueilli dans le jardin qui précède le bâtiment, qui, avec les couleurs douces des fleurs et la vue sur la tour Eiffel, contribue à inspirer le visiteur avant même son entrée dans la première pièce de la maison. Le premier étage, qui correspond effectivement aux locaux loués par Balzac, nous accueille avec une première exposition de bustes et de caricatures, afin d’introduire la personnalité de l’écrivain : parmi celles-ci, on passe de curieuses caricatures de Balzac réalisées par Jean-Pierre Dantan – qui immortalise la décision de l’écrivain de se couper les cheveux épais pour se rendre méconnaissable – aux bustes les plus sérieux et les plus célèbres réalisés par Auguste Rodin. Les murs de la première salle, peints en bleu, sont recouverts de citations diverses concernant l’auteur. Les mots opposés de ses contemporains nous présentent la figure de Balzac, qui nous apparaît comme une personnalité à l’apparence excentrique.

La cafetière, ainsi que sa canne aux turquoises, sont des objets fétiches souvent associés à Balzac, et ils sont conservés dans la deuxième pièce du premier étage, sous une vitrine en verre. La cafetière, emblème du quotidien de l’auteur, est présenté comme son fidèle compagnon – et complice – dans les nuits consacrées à l’écriture, un moment qui, comme nous le savons, était source d’inspiration pour l’auteur. L’excentricité qui semblait caractériser la collection de la première pièce laisse maintenant la place à une version plus intime de l’auteur.

Ce changement est également signalé par la couleur des murs de la deuxième pièce – le rouge – ainsi que par les brouillons d’une de ses œuvres qui y sont accrochés. Le contraste entre la couleur et le contenu des citations sur les murs des deux pièces peut faire penser à une intentionnalité calculée : le bleu de la première pièce, la plus extérieure, est synonyme de la perception de l’auteur par le public, une perception qui s’oppose à l’intimité de la seconde pièce, véhiculée par la couleur rouge des murs et ses citations. Le choix de la couleur rouge pour les murs, que l’on retrouve dans presque toutes les pièces de la maison, semble rappeler le Traité des couleurs de Goethe (1810), dans lequel l’auteur décrit le rouge comme la couleur de la dignité et du sérieux, en mettant en évidence un autre côté de Balzac. En fait, la deuxième pièce culmine avec l’accès au véritable cœur battant de la maison : le cabinet de l’écrivain.

C’est dans ce cabinet, loin de Paris et de l’agitation du monde, que Balzac donne naissance à la Comédie Humaine. La simplicité de la pièce – composée d’un bureau, d’un fauteuil, d’une cheminée et d’une bibliothèque – contraste avec la multiplicité des lieux et des personnages de la Comédie Humaine. Après un tour attentif autour du bureau, on est attiré par la petite bibliothèque à sa gauche. La collection de livres présente les goûts et les influences de l’auteur. De Rousseau à Swedenborg, la multiplicité des titres témoigne d’une curiosité perpétuelle. Comme l’indique le cartel, il est intéressant de noter que l’auteur souligne que même les livres sont en cuir rouge.

Le cabinet d’écriture de l’écrivain, photographie ©MuséaLitté

Dans les deux dernières pièces du premier étage, la généalogie des personnages de la Comédie Humaine est exposée, reliant ultérieurement cette œuvre au lieu où elle a été conçue. Ici, il y a également une copie de la Peau de chagrin (1831), ouverte sur la première page. En la regardant, on remarque immédiatement la ligne serpentine tirée du roman Vie et opinions de Tristram Shandy (1759) de Lawrence Sterne. Le cartel, toujours en rouge, placé à côté, nous rappelle que ce motif symbolise la liberté des hommes avant le mariage quand il est tracé par le personnage du fidèle serviteur de Uncle Toby, Corporal Trim, dans le roman de Sterne. Balzac, en revanche, lui donne un sens différent dans la Peau de chagrin : la ligne représente les dangers de celui qui possède la peau de chagrin, qui a le pouvoir de réaliser tous les désirs de son propriétaire. Et c’est précisément cette dernière pièce qui nous conduit dans le sous-sol, lieu de l’exposition de l’artiste anglais Rupert Shrive, qui s’est inspiré de l’œuvre susmentionnée.

Page de Tristram Shandy de Laurence Sterne portant le “squiggle” tracé de la pointe d’une canne, ©British Library, public domain

L’exposition de Rupert Shrive : entre public et privé

Les escaliers en colimaçon menant au sous-sol de la maison sont entourés d’un simple mur gris, anonyme, qui ne semble anticiper en aucune façon l’exposition qui attend le visiteur. Le seul élément qui attire l’attention est la calligraphie fine sur les murs, en noir, qui porte l’incipit de la Peau de chagrin :

 

Citation tracée sur le mur par Rupert Shrive, ©Maison de Balzac, photographie ©MuséaLitté

Le choix de ce passage par Shrive est intéressant : en le lisant, le visiteur ne peut que s’identifier avec le jeune homme qui va entrer dans la salle de jeu. Ici, ce n’est pas tant l’or de la salle qui exerce une éblouissante fascination, que la gigantographie du visage de Balzac couverte de citations de l’œuvre. De l’usage que Shrive fait des espaces, on comprend que nous nous trouvons dans une véritable maison de jeu, par jeu entendu ici littéralement comme un jeu entre les œuvres artistiques et le lieu où elles sont inscrites.

La plaque apposée à côté de la gigantographie de Balzac nous explique comment l’auteur a voulu jouer sur les oppositions. Si le succès du roman de l’écrivain a rendu célèbre l’expression se réduire comme peau de chagrin, la taille remarquable de la tête va maintenant contrebalancer les mots de Balzac, qu’il se retrouve – comme par la loi du talion – exagéré.

Installation, peinture-sculpture à la Maison de Balzac, ©Rupert Shrive, photographie ©MuséaLitté

En continuant dans la salle, nous pouvons admirer de nombreuses œuvres de Shrive. La plupart d’entre elles représentent des animaux aux couleurs vives, ce qui contraste avec les murs blancs de la pièce. C’est précisément dans l’utilisation habile des couleurs que Shrive parvient à abstraire les personnages du récit de Balzac. On voit donc que les joueurs dévorés par le jeu se transforment parfois en écureuils, parfois en cochons, justement pour mettre en évidence les pulsions animales et l’angoisse typique de chaque être humain, thème largement affronté par Balzac lui-même et, plus généralement, objet d’intérêt de toute la littérature du XIXème siècle.

A plus grande échelle, le contraste suggéré par Shrive dans son exposition à la Maison de Balzac semble s’appliquer à l’opposition entre les concepts de public et de privé, typique des expositions dans les maisons musées. On a généralement tendance à distinguer espace public et espace privé ; l’espace privé est donc considéré comme espace habitable. Cette double classification agit sur la perception même que, en tant qu’individus, nous avons de l’espace environnant, et elle a fait l’objet d’innombrables réflexions, y compris l’œuvre de l’ethnologue et anthropologue Marc Augé dans Non-lieux : Introduction à une anthropologie de la surmodernité (1992). Bien qu’Augé, avec la notion de non-lieu, se réfère plus proprement à des espaces de passage où l’être humain reste anonyme, il nous dit aussi que la perception du non-lieu est liée à la subjectivité de chaque individu, qui interprète l’espace selon ses propres critères. Les considérations d’Augé peuvent en réalité faire écho à l’interprétation de l’espace d’exposition de la Maison de Balzac :

[…] L’expression utilisée par Starobinski pour évoquer les lieux et les rythmes anciens est significative : la modernité ne les efface pas mais les met à l’arrière-plan. Ils sont comme des indicateurs du temps qui passe et qui survit. [1]

Si, comme Augé le suggère, un lieu peut être considéré comme un point de rencontre entre le moderne et l’ancien, la Maison de Balzac devient la scénographie idéale pour donner une nouvelle nuance à l’interprétation des textes de Balzac. L’aspect le plus frappant des œuvres de Rupert Shrive est qu’à travers la décomposition des figures qui constituent ses tableaux, il réussit à rendre le sentiment de tumulte intérieur qui caractérise les personnages de Balzac. Les couleurs vives et le déséquilibre des proportions contribuent à créer une myriade de points de vue et le regard du visiteur est constamment provoqué.

En bref, Shrive semble redonner une nouvelle vie à La Peau de chagrin : les diverses citations sur les murs, ainsi que les œuvres exposées elles-mêmes, se fondent dans la physionomie de la Maison et accompagnent chaque visiteur dans un parcours d’exploration de l’espace privé non seulement de la maison, mais aussi de  sa propre intériorité psychologique.

[1] Augé, Marc. « Non-lieux : introduction à une anthropologie de la surmodernité », Elèuthera (2009), p.45.

Sylvia Vettori
Master 2 Mondes littéraires et création critique
Séminaire La Maison musée 2022-2023
Université Paris 8


Citer ce billet
Caroline Marie (2023, 1 mars). La Maison de Balzac, Rupert Shrive et Marc Augé. . Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ropv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.