Carla Accardi à la Maison La Roche

PARIS. Une exposition temporaire des œuvres de Carla Accardi dans l’espace d’architecture moderne de la Maison La Roche de Le Corbusier a réuni deux concepts dans l’art, le purisme et le formalisme, à la recherche des formes pures.

Située dans le 16e arrondissement, couvert d’immeubles luxueux et d’hôtels particuliers, la villa La Roche est une image révolutionnaire du mouvement Moderne dans l’architecture du XXe siècle. D’une part, la Maison la Roche, conçue et construite entre 1923 et 1925 par Le Corbusier et Pierre Jeanneret, représente l’incarnation du nouveau concept de « cinq points de la nouvelle architecture ». C’est dans la façade libre, le plan libre, les longues fenêtres, le toit-jardin et les pilotis de la villa puriste que les valeurs classiques s’incarnent, prenant des formes entièrement pures et une lecture révolutionnaire. D’autre part, l’art de Carla Accardi, l’une des principales figures du formalisme italien au milieu du XXe siècle, a fait entrer dans les murs de cette maison la peinture abstraite et les études de la forme, qui est le “moyen et la fin” de l’art.

Vue de la Maison La Roche, photographie ©MuséaLitté

En effet, trouver cette création architecturale au fond de l’impasse du Docteur Blanche devient une véritable ascension vers le sens premier du mot révolution, comme une forme de ce qui est enroulé sur soi-même. D’une part, la Maison La Roche est ancrée de manière contradictoire dans le mouvement d’architecture-décoration avec ses couleurs, ses rythmes et les ornements des bâtiments environnants. D’autre part, elle s’intègre harmonieusement dans l’espace de la cour intérieure grâce à la plasticité de son architecture, qui, avec ses lignes lisses et courbes, délimite clairement l’espace qu’il occupe sans insister sur sa présence. Flottant au-dessus du sol, soulevée par de nombreux pilotis et laissant passer la lumière à travers les fenêtres en bandeau, la monotonie de la façade oblige le spectateur à passer à un système géométrique de la perception et, par un mouvement circulaire autour de son axe, lui fait réunir l’espace contradictoire et harmonieux.

Ainsi, la rencontre avec cette construction extraordinaire dans un quartier résidentiel soulève dès le seuil la question de sa finalité, à savoir, si elle sert de maison, à savoir d’habitation humaine, ou de musée en plein air destiné à présenter l’écologie de la ville ?

Vue de la Maison La Roche et de son jardin, photographie ©MuséaLitté

Maison

En franchissant le seuil, en suivant la continuité des lignes architecturales, le spectateur pénètre dans l’espace de la maison. La cour fermée et les murs d’enceinte à l’extérieur sont remplacés par un autre puits de cour, déjà à l’intérieur de la maison, avec toute la même lumière naturelle, toutes les mêmes couleurs et même le ciel et la verdure au-dessus de nous, bien que par les fenêtres. Le bâtiment accueille le spectateur avec l’absence de tout détail spécifique à la pièce, comme les meubles, les textiles, l’éclairage artificiel et même la fraîcheur cherche à convaincre. Ainsi, la transition entre l’extérieur et l’intérieur mis en évidence uniquement par le plafond, sinon rien ne les distingue.

Le volumineux espace blanchi à la chaux, ponctué par la lumière et les couronnes d’arbres qui éclatent à travers les fenêtres en longueur, devient un point de départ et, en quelque sorte, un carrefour, offrant deux directions opposées pour le regard. En effet, la géométrie rectiligne des formes rectangulaires divise l’espace en deux, sans donner d’indication sur le contenu ou les priorités des parties constitutives. Ainsi, le contraste et l’équivalence des deux parties de la maison et des directions d’exploration initient à la quête d’indices et de signes. Le regard du spectateur est instinctivement attiré vers le tableau d’accueil qui, d’une part, bouleverse l’équilibre du vide et de la linéarité de l’espace, en déplaçant le centre d’attention vers le côté droit du bâtiment.  En revanche, le contenu du tableau, sous la forme d’un un rectangle divisé en diagonale par des triangles égaux et de nuances du blanc et du gris dans le labyrinthe de lignes éparses rétablissent l’équilibre sémantique. Par conséquent, le spectateur reconnaît involontairement dans cette division le concept ancien du yin et du yang, plongeant ainsi dans une contemplation philosophique de l’unité basée sur des contraires.

Vue de la Maison La Roche, photographie ©MuséaLitté

La plongée dans l’espace du bâtiment s’accompagne d’un changement constant d’angle et de plans visuels, d’escaliers étroits et sombres, de pièces spacieuses et éclairées. Il est intéressant de noter que le premier contact avec le contenu interne déclare ouvertement sa vocation directe d’habitation humaine, grâce aux surfaces ouvertes adaptées à l’usage quotidien sous forme de tables, d’éviers et d’armoires. En outre, le langage déjà familier des formes et des lignes en noir et blanc révèle soudain un espace de couleur dans les tons doux et naturels de la nature et du bois. Malgré le manque d’objets à usage personnel, l’ameublement extrêmement clairsemé, où même les armoires et les appareils sanitaires sont intégrés à l’architecture et servent plutôt de décoration, soulignant la désolation générale de l’espace, le spectateur ne peut nier le sentiment croissant d’être dans une maison. Une fois que cette perception a atteint, son point culminant dans l’une des salles privées baignées d’une lumière chaude, le visiteur est confronté à l’annonce d’une exposition en tête-à-tête qui témoigne de la présence de la peinture de Carla Accardi entre ces murs. Et puis une rencontre soudaine avec un groupe guidé commençant leur visite ne fait que confirmer la bonne direction à prendre. Néanmoins, pour une visite libre, qui est tout aussi possible qu’une visite guidée, rien dans le bâtiment ne contient d’indices permettant de diriger sa direction. Ainsi, un visiteur individuel peut être littéralement libre de choisir comment il veut se promener dans la maison. Cependant, la direction choisie pour la décrire aura sa propre logique dans la recherche d’une réponse à la question : la maison devient-elle un espace d’exposition ?

Vue de la Maison La Roche, photographie ©MuséaLitté

L’annonce nous apprend que l’exposition, organisée par la galerie MASSIMODECARLO en collaboration avec la Fondation Le Corbusier, est conçue comme une promenade libre dans la Maison La Roche. Par ce biais, la peinture de Carla Accardi établit une série de nouveaux dialogues entre le site emblématique de l’héritage de Le Corbusier, construit entre 1923 et 1925, et une artiste notable de l’histoire de l’art de la seconde moitié du XXe siècle. Ainsi, le visiteur est invité à assister à un dialogue établi dans la dimensionnalité de l’espace-temps.

Vue du panneau de La Maison La Roche annonçant l’exposition, photographie ©MuséaLitté

La poursuite de la visite implique une ascension, à savoir la découverte du niveau suivant du bâtiment et de nouvelles facettes de celui-ci. Il convient de noter d’emblée que la promenade qu’offre le parcours au rez-de-chausée est jusqu’à présent strictement enfermée dans une architecture qui ne laisse aucun choix quant à la direction du circuit et devient les rails de guidage du corps du spectateur errant. En revanche, la contrainte imposée au rez-de-chaussée fait place à une errance plus libre et spontanée à l’étage suivant.

En effet, le regard se sent désormais beaucoup plus mutin, car le niveau suivant lui ouvre une nouvelle perspective, qui révèle à la fois le contenu de la partie opposée de la Maison La Roche, et l’inéluctabilité d’un mouvement ininterrompu vers celle-ci. Deux autres pièces attendent le spectateur. La première est la salle à manger, qui s’ouvre sur la douceur des tissus et la cohérence des lignes des surfaces et des ornements, ainsi que sur la chaleur de la palette de couleurs. Chaque pièce semble unique, et forme un ensemble indissociable avec les autres. Par conséquent, chaque objet peut prétendre être une œuvre d’art, ce qui oblige à nouveau l’œil curieux du spectateur à se demander où commence exactement l’exposition temporaire et s’il existe une frontière entre celle-ci et et l’espace d’art moderne qui l’abrite?

Que voyons-nous? Une oeuvre ou de la décoration d’intérieur? Vue de la Maison La Roche, photographie ©MuséaLitté

En réalité, il n’y a aucune indication sur son objet, son contenu ou son nom. Le seul fait que Carla Accardi soit peintre nous amène à soupçonner le panneau d’être son œuvre. Mais il faut dire qu’à partir d’un certain point, la nécessité de distinguer les détails disparaît, car ce sont les panneaux muraux qui deviennent des parties intégrantes non seulement de l’intérieur, mais aussi de l’architecture. De plus, la forme nette et symétrique de leurs éléments constitutifs rappelle une mosaïque et fait que tous les ornements leur font écho et jouent avec les motifs orientaux. Ainsi, c’est en contemplant ce micro dialogue que le spectateur découvre le mystère de cet espace dans son microcosme, qui recèle une longue tradition d’architecture arabe. Et c’est bien la tradition de l’Orient qui se fonde sur l’unité architecturale et la révélation de l’ordre des choses en mouvement.

Une autre confirmation de la cohérence et du rôle des figures murales dans la révélation du sens de la conception créative de l’architecte est l’exemple de la deuxième pièce vide, où la transparence du panneau mural est pleinement synchronisée avec l’idée d’un espace pur.  Nous sommes ainsi témoins de la frontière entre tradition et avant-garde, modernité et nostalgie, qui à son tour, de manière non verbale, mais à un niveau sensuel, façonne pleinement le concept de cette villa puriste.

Musée

En poursuivant le long des fenêtres à ruban et en nous plongeant dans l’éruption des couleurs de la nature, une promenade libre conduit à la deuxième partie de la Maison La Roche. En effet, la maison a été conçue à l’origine en deux espaces : un espace de vie pour la famille et une galerie pour l’exposition d’une collection privée. Ainsi, la transition entre les deux espaces, conçue si naturellement comme un portail paysager naturel, sert ainsi d’invitation à la contemplation. Désormais, l’œil du spectateur est attiré par la perception de l’art.

Ce passage est lisse, mais saturé d’une collision avec la nature dans la grande transparence des fenêtres, avec les meubles et avec les tableaux, qui semblent avoir pris une position différente de celle de l’espace environnant. Désormais, la cohérence et l’intégration sont niées, l’abstraction et la vivacité des figures colorées des tableaux contrastent fortement avec la couleur sombre des murs, se détachant sans être contraintes dans l’expression. Ainsi, le spectateur et l’entourage se trouvent dans un état limite entre la compréhension et l’incompréhension. D’un côté, les signes de l’habitation humaine sous forme de meubles, de lettres, d’une cheminée et de lampes sont encore intacts. D’un autre côté, les tableaux prennent déjà une sorte de position détachée par rapport aux objets quotidiens, ce qui amène le spectateur à errer à nouveau à la recherche d’un nouveau sens.

Cette fois, l’architecture fournit un indice. Un viaduc en cascade spontané fait soudainement entrer le visiteur dans un flux non seulement de lumière se déversant en angle à travers les fenêtres en longueur, mais aussi dans un flux de lignes et de courbes d’éléments architecturaux peu familiers. L’espace semble vide, mais il se remplit d’éléments tels que la surface noire lisse, les éléments réfléchissants, les murs blancs, qui portent tous la fonctionnalité d’un lieu d’exposition.

En effet, la taille énorme des tableaux prend une légèreté enviable dans cet espace sécurisé. De plus les oeuvres, bien protégées à l’intérieur du bâtiment, entrent soudain en dialogue avec la nature en dehors. En effet, ce lien entre le monde extérieur et intérieur s’établit à travers les parois vitrées qui sont à leur tour une conception architecturale élégante et donnent lieu à ce nouveau dialogue non linéaire, éveillant l’imagination. Ainsi, les abstractions jaunes et noires, vertes et bleues entrent en résonance avec l’atmosphère et l’air de cet environnement. Dès lors, le dialogue entre la peinture et l’architecture s’affaiblit, pour laisser place à un échange entre l’art et la réalité, transformant le sens fantomatique de l’abstraction en la clarté du mouvement de la matière, de la couleur, des ombres et des sons dans la vie. Nous nous trouvons donc dans un véritable musée, dont la fonction est de préserver, de guider et de révéler le sens. Ainsi, l’idée du musée qui est «non pas pour visiter, mais pour sentir et vivre[1]», prend ici sa place. Par conséquent, ce n’est qu’au point de vue final, qui, en raison de la circularité du mouvement, est aussi le point de départ, que le spectateur trouve tous les éléments du puzzle par rapport à la finalité de l’espace, qui cherche à unir la galerie et l’appartement, comme l’a conçu l’architecte Le Corbusier et comme l’a demandé le collectionneur La Roche.

Dès le début, l’espace blanc et vide des formes régulières de la Maison La Roche qui m’a accueillie ressuscite l’archétype d’un espace destiné à la présentation des oeuvres d’art, c’est a dire d’un espace neutre, dépourvu de tout contexte extérieur selon le concept de  « white cube ». Cependant, au lieu d’être un espace sans contexte où rien ne devrait interférer avec la rencontre du spectateur avec l’œuvre, l’espace de la maison-galerie créée par Le Corbusier sert davantage de contexte immédiat pour les œuvres de Carla Accardi. C’est plutôt l’architecture et l’alternance de lignes droites et de murs blancs sans ombres, avec des meubles et des couleurs naturelles à l’intérieur et à l’extérieur, qui deviennent une extension du sujet des peintures, les faisant vivre dans un espace tridimensionnel. Ainsi, le minimalisme artistique des œuvres de l’exposition temporaire transcende le plan en une atmosphère de contemplation. C’est ce contexte architectural qui m’a amené à le percevoir non pas comme neutre, mais plutôt comme un environnement familier, domestique et quotidien, où les tableaux se sentent “chez eux”.

Ainsi, en quittant la galerie, il est difficile de se souvenir de l’angoisse initiale et de l’incompréhension de ce qui est autour. Sans un seul mot, l’espace de la Maison La Roche en dialogue avec la peinture de Carla Accardi s’est transformé de maison en palais, non sans l’influence de la philosophie orientale, qui relie les opposés : le privé et le commun, la tradition et la modernité, le monochrome et la couleur, la ligne et la forme, l’intérieur et l’extérieur. Le narrateur dans l’appartement est donc l’art plastique, tandis que dans l’espace de la galerie la narratrice est l’architecture. En entrant dans un dialogue, chacun d’eux non seulement révèle, mais aussi multiplie les significations de l’autre. Par conséquent, La Villa la Roche peut à juste titre être qualifiée de la maison au musée et du musée à la maison, c’est-à-dire la maison musée au sens propre du terme.

[1]  Orhan Pamuk, Le musée de l’Innocence, Paris, Gallimard, 2011, p. 804.

Julie Maklygina
M2 Mondes littéraires création critique
Séminaire La Maison musée 2022-2023
Université Paris 8

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Caroline Marie (13 mars 2023). Carla Accardi à la Maison La Roche. . Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ropz


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.