Sur les traces des lignes buissonnières

Paris. Du 8 février au 30 avril 2023, le Palais des Beaux-Arts présente dans Gribouillage. Scarabocchio de Léonard de Vinci à Cy Twombly l’histoire d’une pratique graphique récréative, à travers une sélection exceptionnelle d’œuvres qui révèlent la densité de ce motif largement sous-estimé.

Dès la première salle, la curiosité du visiteur est piquée au vif devant un fragment d’une fresque du XVe siècle laissant entrevoir des sinopies, inscriptions au pigment rouge. Le lexique du gribouillage est vertigineux : griffures, empreintes, incises, boucles, taches ou ratures, écritures, maillages, graffiti. Quelle valeur accordée à ces lignes en apparence inabouties ? L’exposition Quai Malaquais déplie chronologiquement les occurrences de ce phénomène passionnant, interrogeant son rapport aux surfaces, dissimulé sous une couche d’enduit, au dos d’une étude préparatoire, dans un cahier d’écolier ou à l’intérieur d’un manuscrit, grâce à un choix d’œuvres remarquables comme ces matrices de cuivre de Cannibal Carrache.

Vue du hall de l’exposition Gribouillages. Palais des Beaux-Arts, Paris, 2023 © MuséaLitté

Le gribouillis questionne le processus créatif et, en cela, il ne saurait se limiter à un avant du dessin. S’il peut se lire dans son épaisseur comme un palimpseste, la scénographie à la fois lumineuse et foisonnante montre parfaitement le renversement de cette figure qui passe de maladresse graphique, parfois autodidacte, au statut de contrepoint subversif et fait office d’un à-côté, comme un commentaire en coin, à l’image de ces dessins relégués dans les marges des livres de calligraphie du XVIe siècle ou des figures invasives de Pierre Alechinsky sur les documents officiels dans sa série des Écritures trouvées ou encore dans les Portraits de Jean Dubuffet.

Gros plan sur une vitrine de l’exposition Gribouillage. Eugène Delacroix, Cahier de classe (8e), 1815, Plume et encre noire, Paris, ©Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collection Jacques Doucet, inv.246-6, Fol 1 recto et Fol.18v ©MuséaLitté

Ludique, sonore, rythmique, innocent, mais indocile, le gribouillage traverse les œuvres d’Eugène Delacroix, Rodolphe Töpffer, Paul Klee, et Vassily Kandinsky, renvoyant l’artiste à l’enfance de l’art. À l’étage, le parcours, consacré aux liens entre gribouillages et enfantillages, rend compte des traits produits dans le cadre d’expérimentations à l’aveugle en contraignant la main, comme ces dessins de Matisse réalisés les yeux fermés, photographiés par Brassai ou ceux que William Anastasi fait dans ses poches en déambulant. Le gribouillage déborde sur d’une surface à l’autre et rappelle le geste du graffeur dans la ville.

Gros plan sur une vitrine de l’exposition Gribouillage. La taverne Ramponaux, 1758, Eau-Forte, Paris, ©Beaux-Arts de Paris, inv. Est. 10183, © MuséaLitté

On espérait le tatouage pour parfaire ce parcours irréprochable, il est bien là, dans la dernière salle, avec l’extrait du film Un Chant d’amour de Jean Genet et les photographies des Tatouages du milieu de Robert Doisneau, entre Jean-Michel Basquiat et les placards infamants. La boucle est bouclée lorsque l’histoire du gribouillage devient une mise en abîme et que le lieu d’exposition reflète la fabrique de gribouillis de générations d’artistes passés par les Beaux-arts comme en témoignent les photographies des murs graffités du bâtiment des loges de Norbet Chautard.     Une exposition originale, sublime.

 Anne Chassagnol

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
achassagnol (11 mars 2023). Sur les traces des lignes buissonnières. . Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ropy


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.