Les cabinets de curiosités de l’Université Paris 8

SAINT-DENIS. J’ai regardé les graffitis sur les murs des toilettes de mon université comme les merveilles d’une collection: que racontent-ils?  Quels types de discours engendre cette littérature sauvage?

Amel Ticherfatine (2022), Paris 8 et ses cabinets de curiosités
[Collage numérique], ©Amel Ticherfatine, photographie ©Amel Ticherfatine

Les écrits exposés dans la rue attirent toujours l’attention et marquent la contribution de certains citoyens dans la ville. Mais qu’en est-il des lieux fréquentés au quotidien, et des espaces semi-publics ? Je remarque que beaucoup de personnes écrivent dans les toilettes de lieux publics, mais est-ce que les autres y font vraiment attention ? Que disent-ils et comment ce lieu de passage banal peut-il servir de lieu d’expression de pensée et d’invitation au discours ? Agissant un peu comme un endroit de transgression de l’interdit, la plupart des paroles sont éphémères et nous invitent à faire attention aux ajouts, ainsi qu’aux nombreuses suppressions. Cela devient, en effet, un lieu d’expression artistique, qui peut faire remettre en question l’aspect non négligeable de la dégradation. En faisant un tour des toilettes de l’université Paris 8 à Saint-Denis on trouve que ce lieu adopte plusieurs fonctions.

Pour ce travail, j’ai décidé de récolter les messages des cabinets, inspirée par la présentation des modes de collecte du musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Musem) par Aude Fanlo lors du colloque “Le Musée d’histoires: collectes et inventions de récits”. Parmi ces dernières, nous pouvons mentionner les travaux de Zoé Carle et Jean-Fabien Philippy qui se sont intéressés aux « écritures ordinaires » et particulièrement aux graffitis carcéraux comme objets[1]. Ces écrits éphémères posent la question de la création plus ou moins indirecte d’un espace musée par un public particulier, et du statut de ces écrits. En effet, selon Krzysztof Pomian dans Le Musée, une histoire mondiale, le musée se définit selon des croyances, ici rendues visibles[2]. De cette manière les étudiants créent et exposent leurs propres paroles comme objets de curiosité et témoignent de certains liens émotionnels, d’intentions artistiques, littéraires, rhétoriques etc. Les auteurs de ces messages en viennent alors à créer une collection presque clandestine au sein d’un espace approprié comme galerie d’art contemporain faisant vivre l’université. Là où Pomian précise que les créations muséales sont souvent consacrées « à ces individus d’exception que l’on qualifie de ‘héros’ [3]», on se demande s’il est ici légitime de diriger ce projecteur vers ces « anti-héros » qui laissent leur trace dans ces cabinets de curiosités.

Afin d’étudier ces « messages-objets » en restant dans mes habitudes quotidiennes, j’ai décidé de me concentrer sur les bâtiments que je fréquente le plus, à savoir les bâtiments  B1, B2, A et D,  que ce soit dans les toilettes des femmes, ou des hommes. J’ai structuré les inscriptions que j’ai relevées sur une période d’environ trois semaines en plusieurs thèmes en fonction des inscriptions qui revenaient le plus (sélection évidemment non exhaustive) : les marques de passages classiques, le côté promotionnel, politique, les confessions, les messages de motivation, ainsi la remise en question même de cette pratique.

Vue des toilettes de l’Université Paris, photographie ©Amel Ticherfatine

« Moi je suis là pour faire pipi »

Dans un premier temps, entre tous les types d’écrits, le plus classique apparaît : « Chloe was here » pour marquer son passage, pérennisé par cet acte d’écrire. Celui-ci nous fait questionner le besoin de laisser sa trace quelque part, généralement des endroits insolites, ou qui nous tiennent à coeur. Pourtant cette personne décide, parmi d’autres endroits, de laisser sa trace dans le lieu le plus banal, pourtant le plus stratégique pour faire entendre sa voix : les toilettes d’une université où de nombreuses personnes passent chaque jour. Alors, le fait même de vouloir écrire quelque chose vise à une volonté peut-être de rendre ce lieu ordinaire plus intéressant ?

Vue des toilettes de l’Université Paris, photographie ©Amel Ticherfatine

Sur la même lignée, nous retrouvons des commentaires des plus basiques, ironiquement vrais qui soulignent les facettes du lieu. « Moi je suis ici pour faire pipi », qui d’un air moqueur rappelle l’utilité principale de cet endroit, probablement en sous entendant que d’autres ont des motivations différentes quant à leur trace écrite appelant souvent au discours. Ainsi, on peut dire que ces simples affirmations rendues (plus ou moins) publiques peuvent aussi se lire comme une réponse à d’autres types de messages, créant un dialogue implicite entre ceux-ci. Des mémoires du lieu apparaissent peu à peu, alors que l’on découvre les sujets mis en avant dans les toilettes de chaque bâtiment de Paris 8, généralement concentrées aux rez-de-chaussées et aux premiers étages où les toilettes sont plus accessibles. Alors, en dehors de l’utilité principale des toilettes, explicitée par certains, et qui témoigne de messages diffusés sur une assez grande échelle, quelles curiosités retrouve-on dans ces cabinets ?

 « Gros concert punk »

L’échelle universitaire clarifiée, on remarque que beaucoup utilisent cet endroit à des fins promotionnelles, pour atteindre le plus de personnes possibles. On retrouve des affiches et pubs, parfois collées sur des écrits, où tout se superpose, créant une sorte de collage artistique géant, où de nombreuses voix essayent de se faire entendre. Ceci témoigne alors du caractère éphémère de chaque message, vite remplacé par un autre, pas toujours pris en considération, comme des coupes paroles typographiques. On peut voir qu’une sorte d’hétérotopie semble se dessiner, qui selon Foucault « a le pouvoir de juxtaposer en un seul lieu réel plusieurs espaces, plusieurs emplacements qui sont en eux-mêmes incompatibles.[4] »

Cependant, on ne sait jamais quand un message est toujours d’actualité, ou en attente d’une réponse, à moins d’examiner l’encre en transparence, caché par une autre parole à l’encre fraîche ou une typographie singulière, qui s’empile alors sur des messages à moitié effacés, par le personnel, les autres étudiants ou simplement par le temps. On trouve alors difficilement une date de péremption des écrits. Ici, un concert punk est annoncé, le 1er avril d’une année inconnue mais où l’encre encore vive nous laisse penser qu’il s’agit soit d’un concert à venir, soit d’un concert passé promu à l’aide d’un feutre de bonne qualité, ou qui n’a simplement pas été effacé.

De l’autre côté, des affiches d’information déchirées, qui montre également une tentative d’effacement : une affiche qui semble être frottée laissant paraître le papier partiellement dissout, le film adhésif encore visible, puis des affiches qu’on a essayé de retirer en vain, d’où l’on perçoit les couches de papier dédoublées.

Vue des toilettes de l’Université Paris, photographie ©Amel Ticherfatine

Parallèlement à cette hétérotopie, on pense à une hétérochronie[5] qui se forge par découpage d’une temporalité pas toujours distincte et d’un espace mouvant, non-sauvegardé qui menace de s’estomper. Si l’on interroge les raisons à ces tentatives de suppression intentionnelle, on pourrait penser qu’elles viendraient de motivations politiques que les étudiants de Paris 8 n’ont pas de mal à exposer en transformant et en délimitant cet espace.

Vue des toilettes de l’Université Paris, photographie ©Amel Ticherfatine

 « Tout brûler »

Ce partage de l’espace public passe par le partage d’idées politiques et souvent d’appels à joindre des manifestations, des assemblées ou même des signatures de pétitions qui peuvent intéresser un grand nombre d’étudiants. Des discours de colère se distinguent parfois comme ici : « TOUT BRÛLER » souligne une irritation et une révolte de la part de l’auteur.ice et, semblerait-il, une déception vis à vis du système. De l’autre côté, des messages un peu plus légers, sur un ton plus humoristique attirent l’attention, en utilisant le texte et l’image pour appuyer le discours : « PLOUM PLOUM TRALALALA ANARCHIE VAINCRA » suivi d’un personnage cagoulé souriant et armé.

Vue des toilettes de l’Université Paris, photographie ©Amel Ticherfatine

Vue des toilettes de l’Université Paris, photographie ©Amel Ticherfatine

On remarque alors des différences de typographies, où les messages en majuscules sont préférés, qui marquent alors peut-être une certaine colère mais surtout une volonté de se faire entendre. En effet, les auteurs utilisent un mimétisme de l’oralité, où les majuscules symbolisent des cris, comme dans les bandes dessinées. De plus, ces écrits semblent prendre plus de place que d’autres, créant un discours plus performatif, qui donne à voir, à imaginer les coulisses de ces écritures, motivées par ces émotions retranscrites dans le but peut-être, de les retransmettre.

La plupart des auteurs de ces messages utilisent ainsi le côté privé et intime en assurant leur anonymat, de façon à étendre et partager ces idées sur un support qui toucherait le public, tout en restant dans le privé et l’intime. Cette tension entre les espaces crée aussi un certain équilibre dans la manière de s’exprimer à la fois libre, sécurisée et potentiellement pertinente pour les autres, peu importent les visions de chacun. En effet, on peut comprendre cela aussi comme un moyen de sensibiliser les étudiants à des causes politiques, par des informations subjectives, afin d’utiliser une certaine influence à bon escient, pour diffuser des messages utiles à la vie étudiante. Cet endroit banal des cabinets devient alors moins banal et laisse paraître de nombreuses motivations.

« Parle ici, les gens te répondront »

Alors que les étudiants sont de plus en plus à l’aise avec l’idée de partager des informations et des discours dans des buts différents, nous venons sur un cas de figure particulier qui touche à l’intimité même du lieu, qui invite (littéralement et figurativement) à se mettre à nu et utiliser cet anonymat pour se confier.

Comme un espace de collages de discours qui se renouvelle constamment, cet ensemble de mots ne s’est pas fait du jour au lendemain. En effet, je me retrouvais dans ces toilettes du bâtiment A afin de commencer à observer et inspecter les possibilités, les mots à utiliser pour ce travail. Je suis alors tombée sur ce message, isolé sur le grand mur blanc : « Je vais me suicider… J’ai cherché de l’aide je n’ai trouvé personne… Adieu… »,  il m’était difficile de réagir et, pensant qu’il était assez délicat à commenter en tant que tel, je décide de m’en aller sans prendre de photos et avec un sentiment d’impuissance face à cette confession sans suite. Environ deux semaines plus tard, je me retrouve au même endroit, et une sorte de cadavre exquis se dessine autour du message original : des personnes plus courageuses ont laissé des mots mettant soutien et échange au premier plan – la plupart venant de personnes s’étant identifiées à cette situation, qui posent alors des réactions saines face à cette annonce de suicide, qu’elles soient reçues ou non par la victime.

Vue d’ensemble du mur des confessions, photographie ©Amel Ticherfatine

Mot principal, photographie ©Amel Ticherfatine

Réponse de l’auteur.ice, photographie ©Amel Ticherfatine

Les messages s’attachent donc les uns aux autres pour former une conversation collective. Dans ce cas, l’initiatrice est revenue sur la conversation, donnant des nouvelles de son état. En plus de servir comme un espace de refuge, de « safe place », et d’appel à la communication, le tout est encadré par le numéro de prévention suicide (3114), à la vue de tous. On distingue alors le caractère rhétorique, et les moyens d’expression employés par les étudiants qui proposent leur aide, en plus de proposer une aide professionnelle. D’autres personnes utilisent alors cette manière d’extérioriser, en exposant ces appels à l’aide.

Alors que certaines inscriptions ne demandent pas forcément de réponse, comme nous l’avons vu plus tôt, on peut voir dans cet ensemble que la compassion et l’acte de lire et de réagir est rendu essentiel. Les cabinets deviennent alors un lieu de passage où les gens se rencontrent sans pour autant se rencontrer physiquement et font surgir les pensées les plus intimes et délicates.

« Et à la fin tout ira bien »

Cela nous amène alors à des messages de motivation et d’amour plus généraux qui viennent parfois indirectement répondre à des confessions plus difficiles à approcher.

Littérature sauvage, Université Paris, photographie ©Amel Ticherfatine

Alors qu’il y a un partage de discours, provoquant de nombreuses émotions, une dimension motivatrice de la parole est mise en avant dans un contexte d’inquiétude, de pression universitaire, et d’anxiété, qui déteint sur le moral des étudiants, notamment, qui se retrouvent à partager leurs peines sur les murs. Des messages tels que « Je suis fière de toi » ou « Et à la fin tout ira bien » fonctionnent ainsi comme une volonté de rassurer, une touche de poésie qui viendrait éclairer une journée fatigante.

Littérature sauvage, Université Paris 8, photographie ©Amel Ticherfatine

Selon moi, ces simples mots détiennent un pouvoir qui transmet une positivité adressée à n’importe quel lecteur, que celui-ci aille bien ou non – mettant ainsi en œuvre l’influence du langage sur le quotidien de tout le monde. Les murs se transforment alors en une distribution de compliments gratuits et pacifiques, comme un moyen de faire face à l’isolement au sein de la fac, mais aussi en dehors. Des partages d’amour sont également retrouvés : « J’aime les femmes. » / « Aime moi ». Les cabinets deviennent ainsi des lieux d’exposition aux multiples facettes, on se demande alors si tous ces messages doivent rester, il y a-t-il un tri à faire ? Quelles sont les limites à tout ça ?

« Arrêtez d’écrire sur les murs »

Les frontières de l’interdit sont évidemment remises en cause; les écrits dans les toilettes, ou les graffitis dans les lieux publics sont souvent associés à une dégradation, qui se voit dans l’entassement des types de curiosités, qui sont parfois là sans être vraiment là ou sans accomplir leur but initial, comme nous le voyons avec les affiches déchirées ou les processus de peinture et de nettoyage. Les paroles des auteurs sont souvent brouillées et estompées, et peuvent alors témoigner d’une certaine censure, souvent transgressée par ces personnes, qui continuent d’écrire malgré l’interdit.

Mais cet interdit peut se lire de différentes façons, et une question se pose : est-ce que les agents d’entretien sont vraiment dérangés par ce phénomène ? Les institutions exigent souvent une propreté des lieux, qui implique que toute trace de feutre soit retirée. Néanmoins, dans la mesure où l’hygiène des lieux n’est pas forcément liée à la présence ou non des écrits sur les murs et les portes, doit-on ignorer cela et mettre en avant la créativité ?

On voit, de plus en plus, que ce lieu devient d’une utilité publique et permet d’aider un grand nombre de personnes, par le principe même de la quotidienneté et de l’anonymat, ce lieu banal connaît des nombreuses transfigurations. En effet, il est aussi associé à une mise en lumière de la santé mentale, où un nettoyage pourrait rendre cette censure plus imposante, comme le souligne l’affirmation ci-dessous, pointant des écrits ordinaires disparus, qui ne sont ni conservés ni préservés. En effet, s’il on se tourne vers les propos de Denis Saint-Armand, qui propose le terme de « littérature sauvage » comme des productions hors du livre et qui s’installent sur plusieurs supports, ces pratiques sont « condamnées » à un état éphémère et une instabilité[6]. Supposons qu’il s’agisse bien d’une littérature dite « sauvage », peut-on dans ce cas vraiment la condamner ?

Tristement ou non, les processus de nettoyage créent des sortes d’expositions temporaires des textes pour une durée limitée, contribuant ainsi à la mise en place de cabinets muséifiés en constante évolution – et comme le souligne encore une fois Pomian « tout change en fonction du changement de croyances. [7]» Ces évolutions et ces suppressions peuvent ainsi agir comme une sorte de tri, une remise à zéro de paroles dépourvues de sélection, de classement et d’ordre. De plus, les auteurs de ces inscriptions semblent avoir conscience de cet interdit et de sa transgression – qui permet parfois une liberté supplémentaire : écrire ce que l’on veut, puisque quel que soit la forme ou le contenu de notre message, il est susceptible de disparaître. Cela n’empêche pas qu’il soit vu ou lu par plusieurs personnes dans cet espace de passage. Ce nettoyage, bien que questionnable, permet aussi de remarquer plus distinctement les nouveaux ajouts.

Comme on peut le voir sur ce collage personnel, deux territoires s’opposent : en arrière plan, un mur rempli d’éclats de peinture superposé à un mur blanc qui laisse transparaître des restes d’encre coincés dans les joints du carrelage ; et une discussion au crayon de papier retrouvée dans les toilettes de la bibliothèque : un message de motivation disant « Tu mérites le bonheur, l’amour et la paix. Don’t give up girl, you can do it » auquel une personne répond : « Les agents de nettoyage méritent aussi la paix. Arrêtez d’écrire sur les murs bande de – » Qui doit-on alors écouter ?

 Conclusion

On peut ainsi dire que de les cabinets de Paris 8 soulignent l’ambiguïté du public et du privé, où la bifurcation reste floue – évoquant un véritable cabinet de curiosités. Les étudiants (même si le type d’auteurs peut être bien plus large), donnent enfin des oreilles aux murs et invitent les autres à les voir et parfois même à les écouter et à participer à travers des ensembles hétéroclites qui forment des collages géants. Les auteurs de cette littérature brève, sont donc pour la plupart rassurés par l’anonymat et l’intimité du lieu qui les poussent à livrer leurs secrets, à partager des annonces, ou encore mettre en avant leurs idéaux et revendications politiques et sociales.

Ces nombreuses motivations constituent selon moi,  une certaine liberté d’expression, qui doit continuer d’exister et faire partie de la vie étudiante. Ces discours que les étudiant.e.s continuent d’échanger, témoignant d’un ancrage dans une période donnée, laissent entrevoir des répétitions et des variations quant aux expériences de chacun.e, et peuvent par la suite fonctionner comme des mémoires, qui définissent un contexte dans un espace temps déterminé. Ils créent ainsi une histoire, et une évolution de cette histoire à travers des domaines qui touchent les étudiants les plus sensibles à cette forme d’expression. Ainsi, on peut voir les cabinets comme une « safe place », un espace ouvert et libre à tous qui facilite une expression privée en direction d’un public plus ou moins homogène.

Selon moi, il serait difficile d’imaginer aujourd’hui des alternatives rassemblant tous les avantages à pouvoir détourner les toilettes universitaires de leur fonction principale pour leur accorder un aspect collectif touchant à la politique, l’art ou la confession de manière évolutive. Les cabinets de Paris 8 doivent continuer d’abriter ces curiosités collectives, comme un forum sans fin qui fait la force d’un lieu banal réapproprié par les étudiants, et délimitant un espace où ils se sentent en sécurité.

Ces cabinets de curiosités regroupent alors ces messages-objets, tel un nouveau type d’artificiala formé par un mouvement de compréhension partagée, où les étudiants mettent indirectement en forme des règles encadrant ce processus – et où la transgression même de ces « limites » crée de nouvelles compositions par entassements, textures, etc. Toutes comptent alors sur la curiosité de ces passants, qui parfois se donnent la tâche d’identifier certains écrits, de les immortaliser (les retenir de sorte à ce qu’ils s’associent à des toilettes précises jusqu’à leur potentielle disparition, ou les prendre en photo avant cette étape), voire d’y réagir. Les lecteurs deviennent à leur tour contributeurs de cette forme d’expression, rendue visible par les plus attentifs.

Références bibliographiques

  •             CARLE, Zoé et Jean-Fabien Philippy. « Les Baumettes au musée : anciens et nouveaux objets patrimoniaux, de la guillotine aux graffitis. » In Situ, no. 46, 2022.
  •             FOUCAULT, Michel. « Des espaces autres. » Empan, no. 54, 2004, pp. 12-19.
  •             POMIAN, Krzysztof. Le Musée, une histoire mondiale. T. 1 : Du trésor au musée. Paris : Gallimard, 2020.
  •             SAINT-AMAND, Denis. « Autour de la littérature sauvage. » Mémoires du livre / Studies in Book Culture, vol. 8, no.1, 2016.
[1]Zoé Carle et Jean-Fabien Philippy, « Les Baumettes au musée : anciens et nouveaux objets patrimoniaux, de la guillotine aux graffitis. » In Situ, no. 46, 2022.
[2]Krzysztof Pomian, Le Musée, une histoire mondiale, T. 1 : Du trésor au musée, (Paris : Gallimard, 2020), p.10.
[3]Ibid., p.15.
[4]Michel Foucault, « Des espaces autres. » Empan, no. 54, 2004, p. 17.
[5]Ibid.
[6]Denis Saint-Armand, « Autour de la littérature sauvage » Mémoires du livre / Studies in Book Culture, vol. 8, no.1, 2016, p. 5.
[7]Krzysztof Pomian, Le Musée, une histoire mondiale, T. 1 : Du trésor au musée, (Paris : Gallimard, 2020), p.11.

 

Amel Ticherfatine
M2 Mondes littéraires création critique
Séminaire La Maison musée 2022-2023
Université Paris 8

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Caroline Marie (17 avril 2023). Les cabinets de curiosités de l’Université Paris 8. . Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/roq4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.