A la rencontre de Balzac

PARIS. La Maison musée de Balzac invite le visiteur dans un appartement du XIXe siècle: en quoi ce lieu est-il différent de la Maison de Victor Hugo ou du Musée Jacquemart-André, hôtel particulier qui expose aujourd’hui les collections d’art de ce couple? Comment nous fait-il entrer dans le quotidien de l’écrivain?

Affiche du film Midnight in Paris

Il y des villes à tel point splendides et majestueuses qu’il me vient parfois l’idée qu’il faut absolument renoncer à la modernité qui de plus en plus les envahit et s’installe dans les centres historiques avec ses valises encombrantes tels que les supermarchés, les laveries aux murs en verre, les cafés de fast food ou les magasins de souvenirs bon marché. Cette idée s’explique aussi par l’envie de préserver la magie sublime de ces villes vraiment particulières.

Je suppose que c’est le cas pour beaucoup de villes européennes si seulement l’administration locale ne mène pas une politique spéciale et très attentive pour empêcher les boutiques érotiques ou les boîtes de nuit douteuses de défigurer les paysages architecturaux. Je me souviens aussi du film de Woody Allen Minuit à Paris où le protagoniste, un jeune écrivain américain Gil, tombe amoureux de Paris et, grâce à la magie de la ville (ou à son imagination romantique, ou encore à cause du vin), voyage dans le temps. Pendant la journée il découvre les musées, se promène le long de la Seine et dans les parcs. Or, chaque soir, il échappe à la compagnie de sa fiancée, aussi américaine, mais pas si romantique et plutôt matérialiste. Par ailleurs, il évite surtout Paul, le professeur snob et arrogant qui “connaît” tout sur tout. Qu’est-ce qu’il fait? Il monte dans une voiture énigmatique qui lui permet de voyager au début du XXe siècle et fait connaissance de Picasso, Hemingway, Francis Scott et Zelda Fitzgerald, Salvador Dali, Buñuel et Gertrude Stein. Une fois il se déplace même à la belle époque et rencontre Paul Gauguin, Edgar Degas et Toulouse-Lautrec. Le film est imprégné de la magie de ces époques passées à jamais et de la nostalgie. Paul voit après le retour au présent que la modernité efface progressivement leurs beaux vestiges.

C’est pourquoi j’aime beaucoup les maisons-musées, où on peut toujours toucher le passé et se trouver dans des temps différents : découvrir le XIXe, le XVIIIe, le XVIIe ou encore le XVIe siècles! De plus, on peut comparer comment vivaient les gens du même siècle, mais qui n’appartenaient pas aux mêmes couches sociales. Dans ce sens, la maison-musée de Balzac contraste avec l’hôtel particulier des Jacquemart-André, richissime couple de collectionneurs du XIXe siècle.

Vue de la maison de Balzac, ©Maison de Balzac, photographie ©Alena Kostusenko

La maison-musée de Balzac se trouve dans la rue Raynouard, 47 qui au temps de l’écrivain n’était pas la partie de Paris, mais le village de Passy. Au Moyen Âge, ce territoire est habité par les cultivateurs et les vignerons. Sous l’Ancien Régime, les coteaux se transforment en terrasses et on y trouve déjà des maisons luxueuses derrière lesquelles se cachent des bâtiments modestes. Dans un des ces immeubles presque minuscules, Balzac loue le dernier étage, où il se loge de 1840 à 1847. Il ne s’agit donc pas de la propriété de l’écrivain et c’est pourquoi c’est beaucoup plus tard que cet appartement devient le musée de Balzac. L’écrivain meurt en 1850. En 1908, le même logement est loué par l’homme de lettres Louis Baudier de Royaumont qui décide de sauver l’appartement en le transformant au musée. Plus tard, les autres deux étages deviennent partie intégrante du musée.

Il y a une sorte de contradiction entre l’immensité de la figure de   Balzac (qui est connu pour être très gros et lourd) et son appartement au plafond bas. Par ailleurs, il est difficile à imaginer un écrivain si fondamental, le créateur de La comédie humaine contenant 90 ouvrages, s’abriter dans l’espace si petit surtout si on le compare avec l’hôtel particulier loué par Victor Hugo, Place des Vosges, également un musée de la Ville de Paris.

Vue de la chambre, ©Maison de Balzac, photographie ©Alena Kostusenko

L’appartement est composé d’un salon avec l’accès au jardin, d’une chambre, d’un cabinet de travail, d’une cuisine, d’une salle à manger et d’une chambre d’amis. La première salle dans laquelle entrent les visiteurs du musée est une pièce qui était auparavant la chambre. Or, rien ne suggère qu’elle l’était tout simplement parce qu’il n’y a pas de lit ou d’autre meubles typiques pour cet endroit habituellement intime. En revanche, la salle nous renvoie au statut public de Balzac et on peut lire les extraits de sa correspondance et découvrir comment cet auteur et son œuvre étaient perçus. Les murs sont couverts de citations de taille et de polices différentes. Cette approche est magnifique. D’un côté, les textes sont lisibles et on comprend que ce sont les opinions de plusieurs personnes. D’un autre côté, on plonge tout de suite au monde des lettres car du coup on est entouré par centaines et centaines de mots blancs se détachant sur le fond bleu d’océan.

La cafetière en vitrine, ©Maison de Balzac, photographie ©Alena Kostusenko

Le salon adjacent dispose de très peu d’objets, mais qui sont précieux. Il s’agit d’une canne aux turquoises et d’une cafetière. La première était fameuse parce qu’elle en disait long sur le goût esthétique de l’écrivain ou plutôt, comme pensaient ses contemporains, montrait précisément son manque de goût. Évidemment, le choix de l’écrivain était prétentieux et découvrait son intention de se distinguer. La deuxième témoigne de l’amour de Balzac pour le café qu’il consommait en grande quantité surtout pendant de très longues heures de travail. Les objets que Balzac utilisait au quotidien et qu’on voit aujourd’hui au musée sont peu nombreux. Or, je suppose que ce sont des choses qui le rendaient heureux et que, de ce point de vue, ils gardent l’histoire affective de l’écrivain. Par ailleurs, leur petite quantité fait allusion à sa situation financière instable.

Vue du cabinet de travail, ©Maison de Balzac, photographie ©Alena Kostusenko

Du salon, on entre dans une petite pièce – le cabinet où l’écrivain passait énormément de temps et travaillait souvent avec acharnement. Le petit espace est dominé par le fauteuil et la table en bois. À gauche de la porte, il y a une magnifique cheminée avec une décoration exquise et minutieuse qui fait penser aux descriptions détaillées qu’on trouve dans les romans de Balzac. Malgré sa dimension modeste, le cabinet de travail ne provoque pas de sentiment de claustrophobie. Tout au contraire, grâce au rouge éclatant, elle suggère une excitation et donne l’impression de quelque chose d’ardent et de dense.

On revient du cabinet au salon adjacent à l’ancienne salle à manger à la droite. Ici, on voit quelques livres de la collection de Balzac. On dit que sa bibliothèque comptait environ 5000 volumes, une mention importante qui fait preuve d’un appétit intellectuel impressionnant de l’écrivain.

Vue d’un mur de plaques d’impressions de personnages balzaciens sous vitrine, ©Maison de Balzac, photographie ©Alena Kostusenko

D’ici la porte s’ouvre à la chambre de la domestique de Balzac – sous le nom de laquelle il louait l’appartement (!). À présent, elle est remplie des amis littéraires de Balzac. La chambre abrite une splendide exposition des plaques élaborées dans le but d’illustrer les ouvrages de Balzac.

On voit aussi une petite cuisine qui avait à l’époque une fonction exclusivement utilitaire – la préparation de la nourriture.

En somme, je trouve la maison-musée de Balzac magnifique et malgré l’espace modeste, la collection est suffisante pour permettre aux visiteurs d’entrer en contact avec le monde de l’écrivain : littéraire aussi qu’intime.

Cependant, il faut noter qu’à la différence du musée Jacquemart-André, dont le second étage est intégralement dévolu à l’accrochage d’expositions temporaires, il n’est pas possible pour la maison du Balzac d’accueillir d’autres expositions sauf le cas quand les œuvres sont réparties et exposées dans les pièces de la maison. Vu les dimensions des fenêtres et portes, il n’est pas de question d’abriter de grands tableaux ou sculptures. L’exception est faite aux œuvres d’art d’une taille moyenne. C’est le cas, par exemple, d’une exposition de Rupert Shrive placé à l’étage inférieur. Néanmoins, son emplacement est bien choisi, car il s’agit d’un monde inquiétant des ouvrages de Balzac où les personnages cèdent aux vices et se déforment ainsi aux monstres vivants. On entre dans ce monde suffocant par l’escalier en colimaçon tout étroit. L’espace au sous-sol est si petit qu’il semble  prêt à se rétrécir à tout moment et, du coup, le roman La peau de chagrin devient moins fantastique et plus réel. C’est pourquoi ça fait beaucoup de plaisir de se retrouver après dans le jardin, au soleil, d’admirer la belle vue sur Paris en buvant une tasse de café et en réfléchissant sur la comédie humaine.

Tout minuscule qu’il est, le musée de Balzac contient tout l’univers immense de cet écrivain extraordinaire. Ce monde nous parle, à nous, visiteurs du XXIe  siècle, à travers les objets qui étaient chers à l’écrivain, grâce à la correspondance, à la sculpture, à de nombreux personnages sur les plaques et à l’art moderne qui rend hommage à Balzac et réactualise son œuvre. Et à la différence de Gil, personnage du film de Woody Allen, il ne nous faut pas attendre minuit.

Alena Kostusenko
M2 Mondes littéraires création critique
Séminaire La Maison musée 2022-2023
Université Paris 8


Citer ce billet
Caroline Marie (2023, 9 mai). A la rencontre de Balzac. . Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/roq7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.