Colloque “Le Musées d’histoires”: compte rendu 1/3

SAINT-DENIS. En novembre 2022 s’est tenu au Musée d’Art et d’Histoire Paul Eluard de Saint-Denis le deuxième colloque du projet de recherche MuséaLitté de l’université Paris 8 et de l’université Paris Lumières intitulé Le Musée d’histoires : collecte et invention de récits / Museum Storytelling : Collecting Stories, Inventing Narratives, organisé par Caroline Marie et Anne Chassagnol.

Le programme du premier panel, qui s’est déroulé pendant la matinée, comprend trois présentations, dont la première a été donnée par le keynote speaker Jonah Siegel de l’Université Rutgers. Siegel a été précédé par le discours de bienvenue de la directrice du Musée Paul Eluard, Anne Yanover, qui a souligné l’échange continu entre le musée et le territoire grâce aux nombreuses activités et initiatives promues.

Dans une atmosphère chaleureuse et stimulante, nous pouvons convenir que le fil rouge qui a lié les trois premières présentations vise à souligner que le musée, un lieu qui souvent dans la conception publique est de simple réception passive, est en réalité un sol fertile d’échanges actifs entre le lieu où il est inscrit et ses habitants, donnant lieu à un dialogue continu qui reflète les changements sociaux, idéologiques et économiques à travers les époques.

La présentation suivant celle de Jonah Siegel, d’Aude Fanlo, intitulée “La maison au musée, le musée à la maison : reconstituer la vie ordinaire, in vivo et en vitrine” – objet de ce compte rendu – met en lumière une nouvelle conception de musée qui rompt avec la conception, classique, aux connotations impérialistes. En bref, les trois interventions ont révélé des facettes cachées de la notion de musée et nous mettent au défi de réévaluer les limites qu’on lui impose souvent en tant que société.

“La maison au musée, le musée à la maison : reconstituer la vie ordinaire, in vivo et en vitrine”

Dans son intervention, Aude Fanlo, responsable du département de recherche et d’enseignement du MUCEM de Marseille, nous propose une approche intéressante : la collection d’objets en tant qu’analyse ethnographique et folklorique de l’histoire de notre époque. Pour mieux approfondir ce concept, elle cite les travaux de Georges Henri Rivière. L’accent est mis en particulier sur la Mission Aubrac de 1964, qui avait pour but de recréer une collection qui reflète la France rurale de l’époque, et qui se transforme en témoignage vivant du territoire. Le modèle d’étude de l’ethnologue emprunte à l’archéologie l’idée de rechercher des objets sur le terrain et à l’ethnographie l’idée d’interroger et d’étudier la population, en se concentrant sur la parole verbale. L’ethnologie donne lieu à une sorte de continuité avec l’objet de ses études – la population – pour l’exposer dans le musée qu’elle s’apprête à créer. Ainsi, les visiteurs ont-ils l’impression de faire irruption dans la vie des gens. Les recherches coopératives de Rivière ont permis de recueillir plus d’un millier de témoignages, parmi lesquels des objets, des photos et des phonogrammes, qui ont été catalogués de manière encyclopédique – pour le musée – et qui perpétuent l’identité culturelle de la zone de l’Aubrac, par ses formes et ses pratiques. Ce que nous suggère Aude Fanlo, à travers l’exemple de Rivière, est un tournant dans la conception du musée, considéré ici comme un moyen de sauvegarder la tradition d’un territoire à travers le catalogage et l’exposition d’objets. En effet, ce dernier concept peut être appliqué à plus grande échelle.

Aude Fanlo, lors de sa présentation, poursuit en donnant d’autres exemples de ce qu’elle appelle enquêtes-collectes, la première d’entre elles étant celle menée aux Baumettes de la prison de Marseille, qui réalise une étude ethnographique des graffitis de la région. Dans ce cas, ce n’est pas la parole des détenus qui est analysée, mais la trace du vivant née à partir de traces écrites sur le mur. En tout cas, l’exemple le plus significatif consiste peut-être dans la collecte participative sur le confinement, qui veut être un témoignage des premières vagues de la pandémie de Covid-19. Les objets collectés sont de nature diverse – des chaussures d’une infirmière, qui explique tous les protocoles qu’elle suit en arrivant chez elle de l’extérieur, aux dessins et calendriers barrés de personnes confinées qui inventent de nouveaux modes de gestion du temps. Nous sommes ici dans une autobiographie personnelle.  Ces objets introduisent une forme de musée à la maison qui est la scénographie d’une expérience collective à l’échelle mondiale. La maison et les objets du quotidien, en ce sens, deviennent un sol fertile pour réévaluer le concept même de musée.

Les collectes-enquêtes, et plus généralement les exemples apportés par Aude Fanlo au cours de son intervention, lui ont permis de mettre en évidence que le dialogue entre collection et territoire est toujours en cours, et que la conception de musée est beaucoup plus malléable qu’on ne le pense.

Réflexion personnelle

Pour revenir à ce dernier point, le modèle de collection illustré au cours de la présentation rappelle celui du Musée de l’Innocence (2008) d’Orhan Pamuk. L’auteur turc utilise l’histoire d’amour du roman pour redécouvrir l’Istanbul de sa jeunesse, exposant des objets du quotidien – cigarettes, boucles d’oreilles, chaussures, sacs, bouteilles – qui témoignent du flux du quotidien et des changements qui s’y succèdent. Nous voyons comment les collectes-enquêtes vont tracer la naissance d’une nouvelle conception de musée qui ne reflète pas l’histoire d’une nation dans son entier, mais l’histoire des individus qui la composent, par conséquent plus humaine. L’avantage de cette nouvelle approche est que les objets sont montrés dans leur habitat naturel, ils ne sont pas extraits du contexte, ce qui amplifie leur portée émotionnelle. En bref, le dialogue entre l’objet pris en analyse et le contexte dans lequel il est inséré reflète l’histoire d’une nation.

Pamuk semble suggérer que l’avenir du musée se trouve précisément à l’intérieur de nos maisons, qui se transforment ainsi en expression directe de notre personnalité. En fait, à plus grande échelle, cette thèse est le point de départ d’un essai bien connu d’Edgar Allan Poe, Philosophie de l’ameublement (1840).

Dans la première page, Poe souligne que l’identité d’un peuple – Italie, France, Angleterre et États-Unis – se reflète directement dans le goût de l’ameublement intérieur, élément qui lui permet de mettre en œuvre une critique de ce qu’il appelle « l’aristocratie de dollars », dont les goûts sont guidés par l’ostentation. Pour Poe, le coût d’un article de mobilier est devenu le seul critère de mérite d’un point de vue décoratif, ce qui a donné lieu à une série d’erreurs, de fautes de goût facilement décelables. C’est pourquoi, à première vue, un appartement bien meublé selon le goût américain de l’époque est choquant pour l’œil du célèbre écrivain. Les tapis, les rideaux et autres meubles reflètent ainsi un manque d’harmonie qui ne s’applique pas seulement à la maison, mais à la nation entière.

En conclusion, les problématiques soulevées par Aude Fanlo, Edgar Alan Poe et Orhan Pamuk semblent nous diriger vers une collection spontanée, en nette opposition aux choix prémédités des grands musées, qui transmettent une histoire filtrée. Ce faisant, l’objet devient le porte-parole d’une tradition qui est synonyme d’authenticité, une authenticité qui se transmet de l’individu à la nation. Dans les œuvres de Poe et de Pamuk, nous voyons comment le goût individuel se reflète dans le goût collectif, transformant l’intériorité de la maison en un reflet direct des et une réflexion sur les habitudes d’un peuple.

 BIBLIOGRAPHIE
PAMUK, Orhan. « Le musée de l’innocence », Gallimard (2011)
POE, Edgar Allan. « Philosophie de l’ameublement ». Fayard/Mille et une nuits (2021)
Sylvia Vettori
Master 2 Mondes littéraires et création critique
Séminaire La Maison musée 2022-2023
Université Paris 8


Citer ce billet
Caroline Marie (2023, 16 mai). Colloque “Le Musées d’histoires”: compte rendu 1/3. . Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/roq8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.