Le Bon Marché comme un musée

La description du grand magasin du XIXe siècle dans Aux Bonheurs des Dames d’Émile Zola évoque un musée.

La Transformations de Paris sous le Second Empire, menée de 1853 à 1870 par Napoléon III et le préfet de la Seine, le baron Haussmann, a réussi à moderniser la capitale de France. Le vieux Paris médiéval a été remplacé par un Paris moderne, c’est-à-dire que les ruelles étroites anciennes ont été transformées et que de grands boulevards et des places dégagées sont apparus.

C’est le moment où les grands magasins comme le Bon Marché et le Printemps apparaissent. Nous nous concentrerons ici sur le Bon Marché, qui se situe actuellement au 24, rue de Sèvres, dans le 7e arrondissement de Paris. Le magasin est fondé en 1838, nommé Au Bon Marché au départ. Cependant il connaît une grande innovation en 1852. Aristide Boucicaut et son épouse Marguerite remarquent qu’il y a une place pour un nouveau commerce. Ils transforment une simple échoppe en un « grand magasin ». Le bâtiment actuel est construit en 1869.

Au XIXe siècle, le passage et le magasin de nouveauté sont déjà apparus en tant que le prédécesseur du grand magasin. Par contre, l’épanouissement des grands magasins se fait au fur et à mesure que la transformation de Paris se développe, de sorte que le Bon Marché acquiert une énorme surface à plusieurs étages pour accueillir les acheteurs. De plus, le Bon Marché offre de multiples innovations : prix fixes, marges réduites, livraison à domicile, échange d’articles, vente par correspondance. En bénéficiant de son espace, ce magasin propose des concerts privés. De plus, il accueille une bibliothèque.

L’escalier du Bon Marché depuis 1990, ©Le Bon Marché, Paris

Le roman Au Bonheur des Dames d’Émile Zola, publié en 1883, entraîne le lecteur dans le monde des grands magasins. En s’inspirant non seulement du Bon Marché, mais aussi du Magasin de la Paix et du Printemps, Zola décrit un spectacle de la nouvelle génération de magasins. 

Dans le pan coupé donnant sur la place Gaillon, la haute porte, toute en glace, montait jusqu’à l’entresol, au milieu d’une complication d’ornements, chargés de dorures. Deux figures allégoriques, deux femmes riantes, la gorge nue et renversée, déroulaient l’enseigne : Au Bonheur des Dames. Puis, les vitrines s’enfonçaient, longeaient la rue de la Michodière et la rue Neuve-Saint-Augustin, où elles occupaient, outre la maison d’angle, quatre autres maisons, deux à gauche, deux à droite, achetées et aménagées récemment. C’était un développement qui lui semblait sans fin, dans la fuite de la perspective, avec les étalages du rez-de-chaussée et les glaces sans tain de l’entresol, derrière lesquelles on voyait toute la vie intérieure des comptoirs. 

Même si l’adresse ne correspond pas à celle du Bon Marché actuel, nous comprenons que l’auteur imaginait un bon endroit pour la scène du roman. Car la rue de la Michodière et la rue Neuve-Saint-Augustin se situent près du Palais Garnier, autour duquel les travaux d’Haussmann ont eu lieu à grande échelle.

Nous remarquons ici une nouvelle technique typique au XIXe siècle, c’est le miroir : « Les glaces sans tain de l’entresol, derrière lesquelles on voyait toute la vie intérieure des comptoirs ». Lors de l’Exposition universelle à Londres en 1851, la glace avait été utilisée pour la construction de the Crystal Palace, ce qui a accéléré le développement de l’industrie. « Les glaces sans tain » est un des symboles de la technologie moderne.

Quant au Bon Marché, le plafond de glace de la salle est si emblématique que nous ne pouvons pas rater son existence. En effet, dans l’œuvre de Zola, la description du plafond et des halls lors de l’inauguration des magasins neufs est remarquable.

On avait vitré les cours, transformées en halls ; et des escaliers de fer s’élevaient du rez-de-chaussée, des ponts de fer étaient jetés d’un bout à l’autre, aux deux étages. L’architecte, par hasard intelligent, un jeune homme amoureux des temps nouveaux, ne s’était servi de la pierre que pour les sous-sols et les piles d’angle, puis avait monté toute l’ossature en fer des colonnes supportant des poutres et des solives. Les voûtins des planchers, les cloisons des distributions intérieures, étaient en briques. Partout on avait gagné de l’espace, l’air et la lumière entraient librement, le public circulait à l’aise, sous le jet hardi des fermes à longue portée. C’était la cathédrale du commerce moderne, solide et légère, faite pour un peuple de clientes.

En entourant les cours de vitres, l’architecte réalise l’ensoleillement des halls, ce qui permet d’étendre la surface de commerce. Par conséquent, les visiteurs peuvent profiter de la circulation à l’aise : ils montent, ils descendent par l’escalier.

L’utilisation de fer est également remarquable. Au départ de la construction, Alexandre Laplanche est chargé de l’agrandissement du Bon Marché en 1869, mais les travaux sont interrompus par le siège de Paris en 1870. Après la guerre, les architectes Louis-Auguste et Louis-Charles Boileau succèdent à Laplanche. Les deux Boileaux préfèrent d’utiliser le fer, mais en même temps, ils cherchent à créer un espace élégant et magnifique comme un palais. Par exemple, l’escalier dans les halls du Bon Marché est inspiré de celui de l’Opéra Garnier.

L’installation « Sous le ciel » de Leandro Erlich en 2018,© Le Bon Marché, Paris https://www.24s.com/fr-fr/le-bon-marche/vu-au-bon-marche/leandro-oeuvres

Le Bon Marché d’aujourd’hui a un autre emblème : l’escalier roulant. Imaginé par Andrée Putman et installé au cœur du Bon Marché en 1990, l’escalator lie le rez-de-chaussée au dernier étage, ce qui crée une verticalité dans les grands halls (Figure 1). En outre, l’escalier contemporain joue un rôle important pour la création artistique. Au titre d’exemple, en 2018, une exposition intitulée « Sous le ciel » a été réalisée par Leandro Erlich (Figure 2). Il transforme l’escalier emblématique en un trompe-l’œil, qui conduit les clients vers une zone où réalité et rêve se confondent.

Tout bien considéré, le Bon Marché nous montre l’histoire de l’éclosion des grands magasins. Comme l’admirait Zola, l’architecture ingénieuse est toujours remarquable. En outre, nous pouvons utiliser cet espace pour la création contemporaine.

 

Oeuvres citées

Émile Zola, Au Bonheur des Dames, préface de Jeanne Gaillard, édition établie et annotée par Henri Mitterand, Paris, Gallimard, coll. « folio », 1980, p. 30.

Louis Hautecœur, La Fin de l’architecture classique. 1848-1900, Paris, Picard, coll. « Histoire de l’architecture classique en France », t. VII, 1957, p. 326-327.


Yoshiaki Shimizu
Master 2 Mondes littéraires, Université Paris 8 – Seminaire : La maison musée 2021-2022


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Caroline Marie (26 mai 2022). Le Bon Marché comme un musée. . Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ropf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.