Contributeurs

Caroline Marie (Université Paris 8, ComUE Université Paris Lumières) is a Senior Lecturer at Université Paris 8, where she teaches English literature. She reads Virginia Woolf’s works from the perspective of theatre, cinema, and dance studies and focuses on transmediation, stage adaptations (Christie, Barker, Woolf), and graphic rewritings in comics, bande dessinée, and children’s picture books (Woolf, Joyce). Her research interests also include the cultural appropriations of Woolf as a character by popular visual culture (illustrated books and literary tattoos). She has recently co-directed Recycling Virginia Woolf in Contemporary Art and Literature (with Monica Latham & Anne-Laure Rigeade, Routledge, 2021).

Recently her research has focused on the rapport between literature and museums. On this topic, she has recently published “Virginia Woolf’s Imaginary Museum of the Medieval in ‘The Journal of Mistress Joan Martyn’” (Victoriographies, vol. 11, n°2, June 2021) and co-directed Museums in Literature: Fictionalising museums, world exhibitions, and private collections (with Anne Chassagnol, Brepols, « Museums and Ideas » 3, 2022). She is currently co-editing Literary Museums at Home: Literature Indoors / Le musée dans la maison: la littérature d’intérieur (Brepols) with Anne Chassagnol & Sylvie Kleiman-Lafon.

Anne Chassagnol est maître de conférence au département d’Études des Pays Anglophones de l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis. Elle s’intéresse aux représentations du merveilleux (La Renaissance féerique. Contes et tableaux, Peter Lang, 2010), aux littératures illustrées pour la jeunesse, et à la matérialité de la littérature (« Textures: l’objet livre du papier au numérique » Sens Public, 2021 avec Gwen Le Cor ; « Penser la ligne brisée » Épistémocritique, 2021 avec Camille Joseph et Andrée-Anne Kekeh-Dika). Depuis 2019, elle co-dirige avec Brigitte Friant-Kessler un projet international sur l’écriture du corps, La littérature dans la peau (« Tatouages et imaginaires », La Peaulogie, 4, 2021 ; « Textes à vif: tatouages, transferts, performances ». La Peaulogie, 5, 2021). Dans le cadre du programme MuséaLitté :  lieux, patrimoine, scénographies du littéraire porté par Caroline Marie, elle a co-dirigé Museums in Literature: Fictionalising Museums, World Exhibitions, and Private Collections (avec Caroline Marie, Brepols, à paraître en 2022).

 

Hanna Hadjadj finit actuellement son Master 2 Mondes Littéraires, mention Lettres, à
l’Université Paris 8. Après avoir soutenu un projet de recherche en littérature comparée sur la représentation de la ligne généalogique dans le roman de la famille dans Les Raisins de la Colère de John Steinbeck, Le Soleil des Scorta de Laurent Gaudé et Le Cœur Glacé d’Almudena Grandes, elle consacre désormais ses recherches aux fictions familiales et expérimentations narratives dans trois œuvres de Lance Olsen : Girl Imagined by Chance,Theories of Forgetting et There’s No Place Like Time.

Hanna a effectué son stage en janvier-février 2021 au sein du pôle éditorial du projet MuséaLitté à travers des missions de traduction, post-édition, gestion et droit des images, notamment dans le cadre de la publication Museums in Literature. Fictionalising Museums, World Exhibitions, and Private Collections (Brepols 2022).

 

Sam Gabbert a réalisé sa première licence ès arts entre l’université The New School aux Etats-Unis et l’université ECNU en Chine. En complément de ses études de langue chinoise à New York et Shanghai, elle compose un album expérimental pour accompagner sa dissertation sur l’histoire des droits d’auteur aux États-Unis, notamment en ce qui concerne l’échantillonnage dans la musique contemporaine. En France, après l’obtention de sa licence en cinéma à l’Université Paris 8, elle continue ses études dans le département Médias, Culture, 2 langues (MC2L) où elle est actuellement en deuxième année de master. Son dernier projet de recherche décortique la façon dont le traumatisme des femmes ‘millenniales’ dans I May Destroy You (2020) and Russian Doll (2019- ) reflète et informe le militantisme féministe qui s’articule à travers ces deux séries. Elle travaille en tant que traductrice pour le Centre Pompidou et assistante monteuse pour des projets cinématographiques divers.

Dans le cadre de son stage au sein de l’équipe MuséaLitté en juillet-août 2021, Sam a pris en charge le site du projet en effectuant divers travaux de mise en ligne, optimisation des contenus existants, création de contenu, traduction et veille documentaire.

 

Ariel Klinghoffer is a current Masters student at Université Paris 8 in the Master LISH program, in which she studies literary translation. She completed her Bachelor of Science in Neuroscience and Bachelor of Arts in French Language Studies at the University of Pittsburgh, where she completed an undergraduate honors thesis in the judicious use of bilingual communication in second-language pedagogy. For her M1 thesis, Ariel is translating French author Pauline Gonthier’s debut novel Les oiselles sauvages, which was recently published in October of 2021. Her translation commentary as well as her other research revolve around the topic of translating cultural perceptions of gender and sexuality, and establishing a rapport between the Francophone readership of France and the Anglophone readership of the United States.

Ariel’s internship in the MuséaLitté project was carried out in the Spring semester of 2022. As part of her involvement in the project, Ariel worked on the optimization of the website, translated research documents for the upcoming symposium, and edited/formatted content for the website.