Le musée dans la maison : la littérature d’intérieur

Le musée dans la maison : la littérature d’intérieur


Appel à contribution

© DIY House, Sam’s Study, Mecapuzzle Robotime

Dans le cadre du projet MuséaLitté, nous invitons des contributions qui explorent les différentes formes d’exposition et d’appropriation de la littérature dans le cadre domestique ou intime de la maison selon des approches diverses : études littéraire, histoire de l’art, sociologie de l’art, histoire des idées, etc. Alors que les maisons-musées se développent et attirent un public varié et toujours plus nombreux, il semble pertinent de nous interroger sur les rapports entre le musée et la maison : les musées nous habitent-ils autant que nous les visitons ? comment informent-ils nos habitats ? en quoi affectent-ils nos pratiques et nos habitudes ? quand, pourquoi faire un musée dans sa maison, voire un musée de sa maison ? Enfin, que nous disent ces musées littéraires d’intérieur sur ce qu’est la littérature, ce qu’elle fait, ce que nous en faisons ?

Certaines pratiques quotidiennes constituent des formes de médiatisation muséale de la littérature. La décoration et le design, la vaisselle, la mode et le vestiaire, l’affichage de certaines marques, voire le déguisement, sans oublier le jeu de société ou le jouet d’enfant, peuvent être considérés comme autant de modalités d’inscription du littéraire dans la maison. Ne peut-on alors considérer que la maison constitue une forme de musée littéraire, un lieu d’exposition intime de la matière littéraire mais également un lieu de production de récit ou de discours sur la littérature ? Le foyer peut également être un lieu de production d’objets inspirés par la littérature, notamment dans certaines pratiques à la frontière entre ouvrage et œuvre, art et artisanat—pensons aux samplers, au patchwork, à la broderie et autres ouvrages de dames inspirés par des textes littéraires, mais également aux pratiques artistiques, artisanales ou de loisirs qui prennent pour matériau le texte, le livre, voire l’iconotexte ou l’illustration, du scrapbooking à l’art brut en passant par la décoration ou les cartons pour tapisseries ou toiles. On pourra s’intéresser à ces pratiques à la croisée de la maison, du musée et de l’atelier autant qu’aux guides et aux sites internet qui les présentent et les rendent accessibles au plus grand nombre, de même qu’à l’utilisation du matériau littéraire dans l’art—pensons aux portraits d’auteurs retravaillés et aux livres modifiés, sculptés, ou dont les pages servent de support à des formes d’art graphique.

La littérature et le littéraire peuvent en outre constituer des thèmes de collection, voire des objets de culte ou de fétichisme. On pourra s’intéresser à toutes les formes de bibliomanie, de l’édition rare au livre dédicacé en passant par la collection éditoriale. De même, l’autel au cœur de la maison constitué d’une accumulation de produits dérivés comme autant de fétiches littéraires exposés se reconfigure selon une logique de musée. Les contributions pourront étudier le phénomène de la collection à thème littéraire ou les objets eux-mêmes, médaillons portraits avec ou sans citation, photographies, bustes, gravures, masques mortuaires d’écrivains, de même que les pratiques culturelles et les stratégies qui visent à faire entrer la littérature dans la maison par l’intermédiaire des missels, des livres d’étrennes, des encyclopédies ou des livres de prix. La question de la valeur de la littérature, à travers ces objets parfois insolites, voire apocryphes, leur circulation via les salles de ventes, ou d’autres circuits de collectionneurs, et de la matière littéraire que toutes ces relations à l’objet posent pourra également être analysée.

Cette dualité du paysage littéraire domestique à la fois espace de mise en scène du littéraire et espace de production de la littérature, qui renvoie au deux corps de l’écrivain comme Ernst Kantorowicz théorise les deux corps du roi (« the authors’s double body », voir Nicola Watson, The Author’s Effect : On Writer’s House Museums, 2020) est d’ailleurs particulièrement visible lorsque la maison se fait le support du geste d’écriture, que ses murs ou ses jardins s’ornent de citations ou de texte originaux. On pourra s’intéresser à ces florilèges ainsi qu’aux formes littéraires du cabinet de curiosité et du reliquaire, ou encore aux gestes qui permettent de conférer un cachet littéraire à une bibliothèque, un salon, un bureau, mais également un cabanon, des combles, une résidence ou une chambre d’hôtel, voire à des espaces plus réduits ou mobiles à l’instar du musée portatif ou de la boîte-en-valise de Marcel Duchamp. 

D’ailleurs, certains écrivains travaillent dans une pièce hybride héritée du « territoire enchanté » des romanciers anglais du dix-neuvième siècle (« enchanted ground » voir Nicola Watson), entre cabinet de travail et espace muséal, comme le célèbre cabinet de Sigmund Freud à Vienne ou l’atelier d’André Breton à Paris. Ces deux pièces ont d’ailleurs ensuite été préservées, sous forme de maison-musée, le Freud Museum dans le Grand-Londres, et de « Mur Breton » au Centre Pompidou. Les contributions qui s’attacheront à analyser les façons, anciennes ou contemporaines, dont les écrivains habitent leur maison lorsque celle-ci tend à se faire musée, de leur vivant, surtout lorsque les objets qu’accumulent ces écrivains-commissaires de leur propre ego-musée sont intimement liés à leur activité d’écriture sont bienvenues. 

Les chapitres de cet ouvrage collectif, écrits en français ou en anglais, exploreront la façon dont la littérature d’intérieur influence, informe et transforme nos pratiques quotidiennes, selon les pistes ouvertes ci-dessus de façon non exhaustive, en Europe comme dans le reste du monde du moyen-âge à nos jours. Les approches théoriques, comparatistes et diachroniques sont bienvenues, tout comme les études de cas.

Les propositions (500 mots maximum) sont à envoyer avant le vendredi 15 octobre 2021 accompagnées d’une courte bio-bibliographie aux trois adresses suivantes :

Anne Chassagnol (Université Paris 8) : anne.chassagnol@univ-paris8.fr 

Sylvie Kleiman-Lafon (Université Paris 8) : sylvie.kleiman-lafon@univ-paris8.fr

et Caroline Marie (Université Paris 8) : caroline.marie.up8@gmail.com

Les réponses seront envoyées fin octobre 2021. 

Les chapitres seront à remettre le lundi 28 février 2022.


LITERARY MUSEUMS AT HOME: LITERATURE INDOORS

Call for Book Chapters

As part of the project MuséaLitté, we would like to explore in this new book the different ways in which literature is exhibited and appropriated within the domestic or intimate sphere of the home, according to a range of different theoretical approaches: literary studies, art history, sociology of art, history of ideas, etc. As house museums grow in number, they also attract an increasingly large and diverse audience, which in turn questions the nature of the relationship between the museum and the home. To what extent do museums dwell within us? Do they inhabit us the way we inhabit them when we visit them? How do museums inform our environment? In what ways do they affect our practices and habits? When or why does one make a museum in their home, or a museum of their home? Furthermore, what do these domestic, indoors literary museums tell us about what literature is, what it does, or what we choose to do with it? 

In the home, certain daily practices involve the exhibition of literature in ways that are similar to those encountered in a museum. Decoration and design, dishware, fashion, wardrobes, the display of certain brands, even costumes, not to mention boardgames or children’s toys, may all be considered means of inscribing the literary within the home. Can we not then regard the home as a form of literary museum, an intimate exhibition space of literary material, if not a space for the production of narrative and discourse regarding literature itself? The home may also produce objects inspired by literature, most notably via certain activities that blur the lines between work and artwork, art and craft – for example, textile samplers, quilting, embroidery, or other ‘women’s work’ inspired by literary texts, in addition to artistic and leisure practices that incorporate text, books, or even ‘iconotexts’ and illustrations; from scrapbooking to Outsider Art, from decorations to tapestry or canvas cartoons. 

These practices situated at the intersection of home, museum, and workshop may be just as pertinent as the guides and websites showcasing them, thus rendering them accessible to the greater public. Art that makes creative use of literary material may also be of interest, including home-made portraits of authors, for example, or books that have been somehow altered or sculpted, whose pages may even serve as a medium for graphic art. 

Literature or literary material may otherwise be the theme of specific collections inside the house, perhaps even a set of devotional or fetish objects. Bibliomania in all of its forms may be of potential interest, from rare editions to signed copies to editorial collections. Likewise, one may consider the altar located at the heart of the home that is made up of an accumulation of derived objects, which like so many literary fetish objects, are arranged as if exhibited in a museum. Submissions may focus on a literary-themed collection in the house, or on the objects within a collection: locket portraits with or without an inscription, photographs, busts, engravings, death masks of writers, or even the cultural practices and strategies that aim to bring literature into the home, including prayer books, holiday gift-books, encyclopaedias, and books offered as prizes. Submissions may analyse how literature is called into question through these unusual, sometimes apocryphal objects, as well as their circulation through auction houses and other collector’s circuits. Proposals that analyse the link between literature and material culture, or between literature and thing theory are also welcome. 

The duality that characterises this domestic literary landscape, a space for simultaneously exhibiting the literary and producing literature, in reference to Ernst Kantorowicz’ idea of ‘the author’s double body’ (see The Author’s Effects: On Writer’s House Museums by Nicola Watson, 2020) becomes particularly evident once the house itself turns out to be the medium for the act of writing, with its walls or gardens decorated with various quotes or original texts. Spaces such as the cabinet of curiosities or reliquary may be chosen as a topic of interest. Submissions may also choose to focus on the gestures that bestow a given space with a certain literary charm, such as a library, a living room, an office, a garden shed, an attic, a dormitory, a hotel room, or even those spaces that are comparatively smaller or physically moveable, as is the case of the portable museum or Marcel Duchamp’s ‘box-in-a-suitcase.’ 

As a matter of fact, certain writers work in a hybrid room, inspired by the ‘enchanted ground’ (Nicola Watson) of 19th-century English authors; something between a study and a museum space. Examples include Sigmund Freud’s famous study in Vienna, or André Breton’s workshop in Paris. Incidentally, both of these rooms have been preserved and turned into house museums, as the Freud Museum in Greater London and the ‘Breton Wall’ at the Centre Georges Pompidou in Paris respectively. Submissions that choose to analyse the past or present ways in which writers inhabit their home are welcome, especially when these homes become museum spaces during their lifetime, and when the objects accumulated by these writer-curators are intimately linked to their writing. 

The chapters of this collective volume, written in French or in English, will explore the way in which literature indoors influences, informs, and transforms our daily practices, according to the non-exhaustive range of propositions listed above, in Europe as in the rest of the world, from the Middle Ages up until today. 

Submissions (500 words maximum) are to be sent to the following three e-mail addresses before Friday 15 October 2021, accompanied by a short biography and bibliography. 

Anne Chassagnol (Université Paris 8): anne.chassagnol@univ-paris8.fr
Sylvie Kleiman-Lafon (Université Paris 8): sylvie.kleiman-lafon@univ-paris8.fr et Caroline Marie (Université Paris 8): caroline.marie.up8@gmail.com 

Submission deadline: October 15, 2021 

Notification: end of October 2021.
Final manuscript due: February 28, 2022. 



Citer ce billet
Caroline Marie (2022, 15 février). Le musée dans la maison : la littérature d’intérieur. . Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ropd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.