Appel à contributions – Colloque 2022

Le musée d’histoires :

Collecte et invention de récits


Colloque international

Mercredi 9 et jeudi 10 novembre 2022

ComUE Paris Lumières

Paris

Ce colloque international s’inscrit dans le cadre du projet MuséaLitté, projet de recherche pluriannuel sur les rapports entre le muséal et le littéraire (ComUE Paris Lumières).

Dans Le Système des objets (1968) Jean Baudrillard avance que l’organisation sérielle d’objets en une collection crée un espace ambigu où « le fonctionnel s[e] défait sans cesse dans le subjectif » et où « la prose quotidienne des objets devient poésie, discours inconscient et triomphal » (122). Les musées et, avant eux, les cabinets de curiosité et les collections privées, ont toujours fonctionné comme des espaces d’invention et de mise en scène visuelles de discours : histoire de leur propre genèse, de la recherche et de l’acquisition des objets ; formulation ou vulgarisation de connaissances ; affichage du pouvoir politique, financier ou symbolique de leur propriétaire, personnage privé ou institution ; médiatisation, voire promotion, des croyances, des goûts ou des valeurs à la source de la fascination exercée par les expôts. Si « la mise en exposition est […] fondamentalement une écriture » (Davallon 233) dans l’espace, une scénographie, qu’écrit-elle, quel est son espace d’inscription, qui écrit, et pour qui ?

L’expographie se réfléchit de plus en plus en termes de récit, de storytelling, voire de récit de soi. Alors que les expositions et les musées semblent vouloir s’adresser autant à l’affect et aux sens qu’à l’intellect des visiteurs, à qui ils souhaitent non seulement transmettre des connaissances mais également proposer une expérience de visite, les histoires qu’ils proposent et les espaces dans lesquels ils les inscrivent se modifient, sous l’influence du narrative turn, « tournant narratif » observé depuis les années 1990 (voir Padiglione), du visual turn, « tournant visuel », et de l’affective turn, « tournant affectif », qui depuis deux décennies infléchissent conjointement les sciences humaines. La diversité et la puissance de ces discours, plus ostensiblement narratifs et affectifs, voire personnels, se trouvent décuplées par l’explosion du numérique et de la communication en ligne.

Dans la lignée de l’affirmation de Leslie Bedford dans la revue The Curator. The Museum Journal selon laquelle « Raconter des histoires » est « le vrai travail des musées » (2001), ce colloque international se propose de cartographier les nouvelles pratiques expographiques des musées – collecte, archivage, scénographie, site internet, communication sur les réseaux sociaux, production de textes – et les types de récits qu’elles réactivent, réinventent ou font émerger. Il souhaite instaurer un dialogue interdisciplinaire entre la littérature, la muséologie, les arts, la sociologie, les sciences humaines et sociales, l’informatique, etc.

Liste non exhaustive de pistes :

Où l’on expose

Comment les différents lieux d’exposition – musée des beaux-arts ou des sciences et des techniques, musée d’histoire ou d’ethnographie, muséum d’histoire naturelle ou maisons-musée, bibliothèque nationale ou médiathèque, espace culturel à l’étranger (de type Centre culturel de la Corée ou Maison de l’Amérique latine) ou espace public (on pourra penser aux expositions photographiques que propose le Sénat sur les grilles du Jardin du Luxembourg) – repensent-ils et transforment-ils leur espace pour y rendre visibles des récits selon le régime du storytelling ? Quels dispositifs mettent-ils en place pour susciter et collecter des récits ? Ces récits fabriqués par les musées sont-ils ensuite exposés ou archivés selon des modalités spécifiques ?

Quels rôles jouent les nouvelles technologies dans la fabrication de ces histoires ? Alors qu’ils n’étaient plus en mesure d’accueillir du public, de nombreux musées ont lancé des appels à témoignages, à l’instar de « Stockpiling Stories » par le Dacorum Heritage Trust, ou de « Collecting Covid » par le Hackney Museum, « Stories of the Pandemic », au musée de Durham, ou encore de « The Covid Letters » au Foundling Museum de Londres. On pourra s’intéresser aux récits que proposent les musées sur leurs sites, aux podcasts, aux espaces qu’ils dédient à la collecte de récits ou aux visites virtuelles, qu’il s’agisse de parcours unique scénarisé ou de parcours choisis par chaque internaute. En 2019, la National Gallery à Londres a organisé une tournée dans le but de montrer l’auto-portrait d’Artemisia Gentileschi dans des lieux inédits (une école, une prison, un cabinet médical) et de générer ainsi des échanges nouveaux avec le public. On pourra étudier les espaces institutionnels ou alternatifs au moyen desquels les visiteurs prolongent leur visite : réseaux sociaux ou musées virtuels, ainsi que les initiatives muséographiques individuelles.

Ce qui s’expose

Un récit se met-il en exposition de la même façon qu’un objet ? Quelles nouvelles interactions s’inventent entre objets et récits ? L’expographie est-elle un iconotexte, un récit graphique séquentiel fondé sur une interaction dynamique entre texte et image, au même titre que l’album pour la jeunesse, la bande dessinée ou le comic book ?

Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris incluait dans son exposition « Les Flammes, l’âge de la céramique » (15 octobre 2021 – 6 février 2022) une vitrine dans laquelle tout visiteur était invité à faire ajouter un objet en céramique personnel tandis que défilaient sur une liseuse les cartels de cette exposition collaborative – et évolutive – indiquant, sous le nom et le descriptif de l’expôt éphémère, le texte de présentation fourni par le prêteur, souvent sous forme de récit, de sa création, de sa découverte ou de sa valeur sentimentale. Quels récits les musées choisissent-ils de collecter ? Comment les assembler en une collection ? Comment exposer l’ordinaire, le fragmentaire, l’éphémère, l’intime recueillis sous forme de récits de rien, de petits papiers, de brefs enregistrements audio ou vidéo ? Comment combiner ces textes à des objets ? Quels sont les enjeux de cette démarche à la croisée de la sociologie, de l’expographie et de la fictiographie ? Une accumulation de mémoires individuelles constitue-t-elle une archive collective ?

On pourra s’intéresser à la dimension méta-narrative des pratiques fictiographiques des musées : comment le musée en tant que fabrique de récits est-il intégré au design expographique : comment montrer le processus de collecte, de tri puis d’assemblage ?

Ce qu’on raconte

Une étude menée par le département de psychiatrie de l’université d’Oxford pendant la fermeture des musées due à la pandémie de Covid-19 a révélé que les visiteurs trouvaient dans la capacité des musées à raconter des histoires un certain soutien psychologique et un mieux-être. Bien que soucieux de prendre en compte la diversité de leurs publics, les musées ne soupçonnaient pas que l’appétence pour le récit constituait la première motivation de leurs visiteurs. Dans un contexte de forte concurrence où ils souhaitent élargir la base de leurs visiteurs réguliers, quels sont les types de récits ou de projets narratifs qu’ils proposent pour attirer des publics multiples, qui conçoivent leur expérience de visite de plus en plus comme une expérience de vie et souhaitent prolonger ce qu’ils ont vu par une mise en pratique ? Et quel en est le sujet, ou l’objet ? Quels sont les genres narratifs que l’expographie incorpore ? S’inspire-t-elle de structures narratives pré-existantes ou fait-elle émerger de nouveaux genres narratifs, voire invente-t-elle de nouveaux formats ?

Constatant que le manque de structure des récits collectés auprès des visiteurs du musée d’art de Portland, Oregon, dans le cadre du projet « Object Stories » (2010–2019) les invitant à parler d’un objet qui leur était particulièrement cher, les rendait inexploitables, à la fois inaudibles et inexposables, Christina Olsen leur a proposé un questionnaire de cinq déclencheurs de parole puis a opéré un montage de chaque enregistrement. Que révèle ce type de préparation éditoriale de ce qui fait matière à exposition, ce qui rend un « récit d’objet personnel » (Olsen) digne d’entrer au musée, dans les archives ? Comment se structurent ces nouveaux récits, comment les structurer sans les formater ?

Quelle interaction entre muséographie, fictiographie – ce continuum qui fait glisser le récit de l’autobiographie à l’autobiofiction à la création d’un moi fictif –, et écoute de l’autre, de l’ailleurs ? Comment le récit aide-t-il à rendre le passé présent ? Ou, pour le dire avec Nina Simon, conservatrice, fondatrice du blog Museum 2 qui milite pour un musée inclusif, « pertinent » (The Art of Relevance, 2016) ? En quoi l’accompagnement – voire la substitution – de récits aux objets exposés les aide-t-il à continuer à nous parler dans le présent de notre visite ? Quel sens, quelle connaissance, quel sentiment ces expographies narratives véhiculent-elles ?

Quels types de textes expographiques et éditoriaux ces nouvelles dynamiques muséographiques génèrent-elles ? En plus des cartels et des textes descriptifs, engendrent-elles de nouvelles formes de publications, plaquettes, catalogues, textes narrativisés ?

On pourra également choisir de s’intéresser à la façon dont la fiction reflète ces explorations muséographiques.

Quels publics ?

La question pourra être abordée depuis le point de vue des visiteurs, de l’expérience de visite ou des publics et de l’impact sur le collectif. Le musée fictiographique se construit en même temps que le Musée participatif (Simon) et une réflexion sur le commun et la communauté. Dans un contexte où l’unicité de l’histoire est perçue comme une forme de domination idéologique et culturelle, comment les lieux d’exposition parviennent-ils à scénariser une multiplicité de voix, de discours et de récits ? Cette plurivocité a-t-elle une limite ?

Les propositions pour une présentation de 20 minutes (500 mots maximum), en français ou en anglais, sont à envoyer, accompagnées d’une courte notice biobibliographique avant le 14 juin 2022 aux deux adresses suivantes :

anne.chassagnol@univ-paris8.fr

caroline.marie.up8@gmail.com

Date de réponse : 20 juin 2022

Références bibliographiques

Baudrillard, Jean, Le Système des objets, Gallimard, 1968.

Bedford, Leslie, “Storytelling: The Real Work of Museums”, Curator: The Museum Journal 44|1 (Jan. 2001).

Davallon, Jean, « Écriture de l’exposition : expographie, muséographie, scénographie », Culture et musées 16, 2010.

Olsen, Christina, “How do You Capture Compelling Visitor Stories? Interview with Christina Olsen”, Museumtwo, Tuesday, May 03, 2011.

http://museumtwo.blogspot.com/2011/05/how-do-you-capture-compelling-visitor.html

Padiglione, Vincenzo, « ‘Let the Silent History Be Told’: Museums Turn to Naratives”, Fractal: Revista de Psicologia, 28|2, 2016.

Simon, Nina, The Participatory Museum, Museum 2.0, 2010.

___, The Art of Relevance, Museum 2.0, 2016.

Illustration: Antique letter, rawpixel, free public domain CC0

 

Museum Storytelling:

Collecting Stories, Inventing Narrative


International Conference

Wednesday 9th & Thursday 10th November 2022

ComUE Paris Lumières

Paris

This international conference is part of the MuséaLitté project — a multi-year research project on the relationship between the museum and the literary (ComUE Paris Lumières).

In The System of Objects (1968), Jean Beaudrillard argues that the serial organization of objects in a collection creates an ambiguous space where “the functional unravels increasingly in the subjective,” and where “the everyday prose of objects becomes poetry, subconscious and triumphant speech.”  Museums and, before them, cabinets of curiosity and private collections,   have always functioned as spaces for the invention and visual staging of discourse: the history of their own genesis, of the research and acquisition of objects; the formulation or popularization of knowledge; the display of the political, financial, or symbolic power of their owner, be it an individual or an institution; the media coverage, or even the promotion, of the beliefs, tastes, or values that are the source of the fascination exerted by the exhibited objects. If the “exhibition is […] fundamentally a piece of writing” (Davallon 233) in space, a scenography, what does it write? What is its registration area? Who is writing, and for whom?

Museography or expography are increasingly thought of in terms of narrative, storytelling, and even self-narrative. While exhibitions and museums seem to want to address the affect and the senses as much as the intellect of the visitors, to whom they wish to not only transmit knowledge as well as propose a visit experience, the stories proposed and the spaces where they are inscribed are changing under the influence of the “narrative turn” as observed since the 1990s (see Padiglione), as well the “visual turn” and the “affective turn,” which for the last two decades have been jointly influencing the humanities. The diversity and power of these subjects of discourse, most ostensibly narrative and affective, even personal, are multiplied tenfold by the exposition of digital and online communication.

In keeping with Leslie Bedford’s assertion in The Curator. The Museum Journal that “telling stories” is “the real work of museums” (2001), this international symposium proposes to map the new expositional practices of museums — collecting, archiving, scenography, website, communication on social media, production of texts — and the types of narratives that they revive, reinvent, or bring out. It aims to establish an interdisciplinary dialogue between literature, museology, arts, sociology, human and social sciences, computer science, etc.

Non-Exhaustive List of Approaches:

Where We Exhibit

How do different exhibition spaces — fine arts or science and technology museums, history or ethnography museums, natural history museums or museum houses, national libraries or media libraries, cultural spaces abroad (such as the Korean Cultural Center or the Latin American House in Paris) or public spaces (think of the photographic exhibitions offered by the Senate on the gates of the Luxembourg Gardens) — rethink and transform their space to make visible narratives according to the storytelling regime? What devices do they put in place to generate and collect narratives? Are these narratives made by the museums then exhibited, or archived according to specific modalities?

What role do new kinds of technology play in creating these stories? When they were no longer able to welcome the public, many museums launched calls for testimonies, such as “Stockpiling Stories” by the Dacorum Heritage Trust, or “Collecting Covid” by the Hackney Museum, “Stories of the Pandemic” at the Durham Museum, or “The Covid Letters” at the Foundling Museum in London. Contributors may chose to focus on the stories that museums offer on their sites, podcasts, or the spaces that they dedicate to the collection of stories or virtual tours, whether it is a pre-scripted route or a route chosen by each Internet user. In 2019, the National Gallery in London organized a tour with the aim of showing Artemisia Gentileschi’s self-portrait in new places (a school a prison, a doctor’s office), thus generating new exchanges with the public. Contributors may study the institution or alternative spaces through which visitors extend their visit: social networks or virtual museums, as well as individual museographic initiatives.

What Is Exhibited

Is a story put on display in the same way as an object? What new interactions are invented between objects and narratives? Is expography an iconotext, a sequential graphic narrative based on a dynamic interaction between text and image, in the same way as children’s books, graphic novels, or comic books?

The Museum of Modern Art of the City of Paris (Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris) included in its exhibition “Flames, the Age of the Ceramic” (Les Flammes, l’âge de la céramique) (October 15th, 2021 – February 6th, 2022) a display case in which any visitor was invited to add a personal ceramic object while an e-reader scrolled through the groups of this collaborative (and ever-changing) exhibition, indicating, under the name and description labels of all the elements on display, the presentational text provided by the lender, often in the form of the story, detailing its creation, its discovery, or its sentimental value. What stories do museums choose to collect? How are they assembled into a collection? How to exhibit the ordinary, the fragmentary, the ephemeral, the intimate — collected in the form of stories of nothing, or small papers, or short audio and video recordings? How can these texts be combined with objects? What are the stakes of this approach at the crossroads of sociology, expography, and fictiography? Does an accumulation of individual memories constitute a collective archive?

It may be of interest to delve into the meta-narrative dimension of the fictional-graphic practices of museums: how is the museum as a factory of narratives integrated into the expositional design — how can the process of collection, sorting, and then assembly be shown?

What Is Said

A study conducted by the Department of Psychiatry at Oxford University during the COVID-19 pandemic museum closure revealed that visitors found solace and psychological support in museums’ ability to tell stories. Although museums were keen to accommodate the diversity of their audiences, they did not suspect that an appetite for storytelling was the primary motivation for their visitors. In a highly competitive environment where museums wish to broaden their regular visitors base, what kinds of stories or narrative projects do they offer to attract different audiences who more and more conceive of their visiting experience as a life experience and want to extend what they have seen by putting it into practice? And what is the subject or object of this? What are the narrative genres that the exhibition incorporates? Is it inspired by pre-existing narrative structures or does it bring out new narrative genres, or even invent new formats?

Noting that the lack of structure in the narratives collected from visitors to the art museum in Portland, Oregon as part of the “Object Stories” project (2010–2019), in which visitors were invited to talk about an object that was particularly dear to them, that left them unable to express themselves, both verbally and physically, Christina Olsen put forward a questionnaire containing five speech triggers  and then edited each recording. What does this type of editorial preparation behind making expositions reveal? What makes a “personal object storytelling” (Olsen) worthy of entering the museum or the archive? How are these new narratives structured? How do we structure them without formatting them?

What is the interaction between museography, fictiography — this continuum that shifts the narrative from autobiography to autobiofiction, to the creation of a fictional self — and listening to the Other, the Elsewhere? How does this narrative help to bring the past to the present, or, in stride with curator Nina Simon who founded the blog Museum 2, advocating for a more inclusive museum, “relevant” (The Art of Relevance, 2016)? In what ways does this accompaniment — or even the substitution — of narratives for objects on display help them to speak to us in the present moment of our visit? What meaning, what knowledge, what feeling do these narrative expographies convey?

What types of expographic and editorial texts do these new museographic dynamics generate? In addition to labels and descriptive texts, do they develop new forms of publications, brochures, catalogues, narrativized texts?

Contributors may choose to focus on the ways fiction and literature reflect these museographic explorations.

What Audiences?

This question can be approached from the point of view of the museum-goers, the visit experience, or the audiences and impact on the collective. The fictiographic museum is constructed simultaneously with the Participatory Museum (Simon), as well as with the common and the community. In a context where uniqueness of the story is perceived as a form of ideological and cultural domination, how do museum spaces manage to script a multiplicity of voices, types of discourse, and narratives?  Is there a limit to this plurality?

We welcome submissions in English and French.

Contributors are invited to submit abstracts for 20mn presentations (500 words max with a short biographical note).

Proposal deadline: June 14th

Notification of acceptance: June 20th

Proposals should be sent jointly to

anne.chassagnol@univ-paris8.fr

caroline.marie.up8@gmail.com

Bibliographic References

Baudrillard, Jean, Le Système des objets, Gallimard, 1968.

Bedford, Leslie, “Storytelling: The Real Work of Museums”, Curator: The Museum Journal 44|1 (Jan. 2001).

Davallon, Jean, « Écriture de l’exposition : expographie, muséographie, scénographie », Culture et musées 16, 2010.

Olsen, Christina, “How do You Capture Compelling Visitor Stories? Interview with Christina Olsen”, Museumtwo, Tuesday, May 03, 2011.

http://museumtwo.blogspot.com/2011/05/how-do-you-capture-compelling-visitor.html

Padiglione, Vincenzo, « ‘Let the Silent History Be Told’: Museums Turn to Naratives”, Fractal: Revista de Psicologia, 28|2, 2016.

Simon, Nina, The Participatory Museum, Museum 2.0, 2010.

___, The Art of Relevance, Museum 2.0, 2016.



Citer ce billet
Caroline Marie (2022, 30 avril). Appel à contributions – Colloque 2022. . Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rope

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.