Musée Delacroix et Musée Yves Saint Laurent

PARIS. Le peintre et le créateur de mode: deux ateliers d’artistes, deux ambiances.

Autour du questionnement sur la maison-musée ouverte au public, les ateliers ont beaucoup attiré mon attention, comme un coeur de la maison, où nait la création… un espace qui en dit long sur la façon de travailler d’un artiste et met en lumière une forme d’art et une manière de l’exploiter  de différentes façons. Plusieurs questions me viennent à l’esprit : qu’attendons-nous d’une visite d’atelier ? En quoi une scénographie peut-elle rendre plus ou moins hommage au créateur et à son lieu de création  ?

N’ayant jamais visité d’atelier de peintre, et n’étant pas particulièrement familière de son travail, j’ai décidé de me rendre au Musée Delacroix situé dans le 6e arrondissement de Paris, dans une résidence isolée à l’architecture ancienne, qui apporte un calme supplémentaire, propice à la création.

Entrée de l’atelier de Delacroix, photographie ©Amel Ticherfatine

Poussant la porte de l’atelier, on retrouve à gauche, une copie d’après un autoportrait de Delacroix au dessus d’une cheminée marbrée. Au dos de celle-ci, une installation en hommage au peintre comportant un buste en terre cuite réalisé par Carrier-Belleuse, ainsi qu’une esquisse d’Henri Fantin-Latour pour Hommage à Delacroix.

En face, un guide de la peinture à l’huile, exposant une palette aux mélanges de couleurs désordonnés, qui ne ressemble en rien à celle d’Eugène Delacroix (est-ce volontaire ?)

Vitrine ©Musée Delacroix, photographie ©Amel Ticherfatine

Venons-en à la salle la plus importante, où s’exprimait le génie du peintre pendant les 3 dernières années de sa vie : un atelier assez spacieux, qui, à l’occasion de l’exposition temporaire « Delacroix et la couleur » (Musée National Eugène Delacroix, du 13/07/22 au 23/01/23), a été repeint en un bordeaux orient inspiré de son voyage au Maroc. Une couleur qui assombrit la pièce, où on nous précise que la lumière était l’argument principal lors de la construction de l’atelier par le peintre exigeant.

Ma première réflexion était de me demander si je me trouvais bien dans son atelier – le seul élément qui saute aux yeux étant le chevalet, objet typique à retrouver chez un peintre. Il est alors disposé sur un côté de façon plutôt aléatoire, créant un contraste avec le reste des éléments rangés proprement dans la salle. Il n’y a cependant pas de cartel indiquant sa provenance: il est pourtant attribué à Delacroix et donc considéré comme un objet authentique. Il porte néanmoins un tableau assez intéressant, intitulé Coin d’atelier, anciennement attribué à Delacroix, où l’on distingue, comme le dit le titre, un coin d’atelier et ses objets du quotidien, dont un paravent couvrant les modèles de l’artiste – une scène qui reste différente de l’atelier qui nous est montré.

D’autres objets authentiques sont disposés dans la salle : des palettes et des pinceaux qui nous donnent une idée de son processus de création, comme mis en avant dans la description de cette dernière partie de l’exposition par une citation du peintre : « Ma palette fraîchement arrangée et brillante des contrastes des couleurs suffit pour allumer mon enthousiasme » écrit-il dans son Journal en 1850. Cette minutie et cette structure pourraient-elles se retrouver dans cette scénographie qui ne laisse entrevoir aucun désordre ? On poursuit avec 2 tables à peintures, l’une face à l’autre, qui témoignent d’autant plus de son intérêt pour l’organisation et la conservation de ses pigments.

Une table à peinture, ©Musée Delacroix, photographie ©Amel Ticherfatine

Autour de cet espace, nous retrouvons majoritairement des esquisses ou des études de sujets, dont The Polish Man ou encore la fameuse Liberté guidant le peuple, un tableau intéressant à voir dans les mouvements et le travail des proportions de cette composition, ainsi que le caractère non-fini de l’oeuvre. Nous retrouvons également les esquisses de 2 maquettes, qui montrent la variation de supports, mais aussi des œuvres et des inspirations du peintre. De ce point de vue, ses références à la littérature – le portrait de Georges Sand et une scène de Roméo et Juliette – sont étrangement exposés sous verre. La présentation minimaliste du lieu se finit par 2 sculptures aux murs : un moulage de Thésée et Sciron par Louis François Sébastien Fauvel, et un buste d’Eugène Delacroix réalisé par Jules Dalou.

Globalement, les œuvres exposées sont pertinentes et nous permettent de visualiser l’éventail du travail du peintre : ses inspirations, sa manière de travailler, ses couleurs, et ses compositions sur différents supports, mais il y a selon moi une faille considérable.

L’espace « atelier » n’est pas assez mis en valeur : si l’on enlève le chevalet, nous nous retrouvons dans une salle du Louvre où n’importe quelle autre thématique d’exposition pourrait être mise en avant – une mise en scène classique, structurée et représentative de l’exposition typique française. Les éléments entre eux peinent à dessiner un ensemble qui laisserait penser que nous sommes bien dans un atelier de peintre – une forme d’art qui est pourtant largement exploitable. De cette manière, la scénographie proposée est pensée globalement autour du contenu de l’exposition qui étouffe l’atmosphère, et l’énergie qui aurait pu être retrouvée à travers une autre disposition qui aurait mis en avant le naturel d’un atelier d’artiste plutôt qu’un espace lissé.

Vue de l’atelier Delacroix, photographie ©Amel Ticherfatine

Quelle valeur accordons-nous à un espace et à son authenticité ? Le contenu est-il plus important que la manière de le présenter ? Comment transformer un espace à l’occasion d’une muséification tout en gardant un coeur et un esprit créatif même approximatif, voire désordonné ?

Ces questions m’étant venues après cette visite, j’ai tout de suite comparé cette visite au studio de Yves Saint Laurent et j’ai trouvé qu’il serait intéressant de faire un parallèle entre les deux ateliers et leur différence de traitement significative.

Entrons donc au Musée Yves Saint Laurent, situé dans le 16e arrondissement de Paris dans un hôtel particulier mélangeant modernité, charme et chic parisien, au centre des lieux dominants de la capitale de la mode (Palais Galliera, Champs-Élysées…) Le livret de visite nous explique que l’atelier-studio a été conservé en l’état depuis la fermeture de la maison en 2002 – phrase qui attire tout de suite l’attention, que l’on soit adepte de mode ou non. Une capsule temporelle se crée, et nous plonge dans les archives de la maison de couture si réputée. Le livret précise également que les croquis du couturier étaient distribués à cet endroit aux chefs d’atelier, qui à leur tour faisaient concevoir les premières toiles de chaque pièce.

En entrant dans la petite pièce lumineuse, l’espace du studio est délimité par une ligne à ne pas franchir, mais on arrive tout de même à voir tout ce qu’il s’y passe. Premier élément qui saute aux yeux : la quantité de détails, qui pousse à allonger son temps de visite et essayer d’apercevoir un maximum d’objets. Impossible de tout décrire dans un compte rendu mais je tenterai de mettre en avant les détails les plus frappants.

On y voit une veste brodée en or, exposée à l’occasion de l’exposition temporaire « GOLD, les ors d’Yves Saint Laurent » (Musée Yves Saint Laurent Paris, du 14/10/22 au 14/05/23) qui se retrouve d’ailleurs en touches dans tout l’atelier : les rouleaux de tissus dorés, des plateaux de bijoux dorés, ou encore un livre intitulé Power and Gold, mis en avant devant la bibliothèque qui s’étend sur la moitié du mur, exposant les inspirations de Saint Laurent. Parmi eux, Paul Klee, Brancusi, Picasso, Hockney, Jean Durand, le mouvement Dada etc. Si l’on se concentre sur la grande table de travail, on remarque que tout se superpose : des croquis, dont un clin d’oeil à une pièce inspirée de Braque, des épingles, des échantillons de tissus, des pots de crayons, des listes… tous témoignent du travail collaboratif effectué dans l’atelier, et le désordre créé par le rythme de travail, et la course contre le temps parfois chaotique, à l’approche des défilés.

Vue d’ensemble des deux parties de l’atelier, ©Musée YSL Paris, photographie ©Amel Ticherfatine

En avançant vers le fond de la pièce, on remarque un mur habillé de dessins, de tests couleurs, recherches de nuances et d’associations – qui s’apparentent à des palettes de peintre. Nous retrouvons aussi des rappels de la vie personnelle d’Yves Saint Laurent : des photos de son compagnon Pierre Bergé, ses amis, sa muse Catherine Deneuve, puis des photos et des figurines de son chien Moujik, dont la gamelle est également exposée au pied de son bureau.

Mur du bureau du couturier, ©Musée YSL Paris, photographie ©Amel Ticherfatine

Ce dernier accueille des éléments décoratifs, des blocs de feuilles, un verre d’eau, ses lunettes, sa blouse blanche et surtout, une main d’argent. Cet élément assez étonnant, qui servait en réalité de presse-papier, peut aussi s’interpréter comme caractéristique d’un génie conservé par la symbolique de la main comme outil principal de la création. En effet, tous ces détails portent à croire que ces bureaux sont toujours occupés – que d’une minute à l’autre, Monsieur Saint Laurent nous demanderait de sortir de son espace.

Cependant, ce côté « intrusif » participe grandement à ce que j’attends personnellement d’un atelier ou d’une maison-musée. En effet, à la différence de l’atelier de Delacroix, l’attention portée sur l’authenticité du lieu y est bien retrouvée dans la mesure où le local pourrait tout à fait redevenir un lieu de création privé : tout est prêt à être utilisé. Des immenses miroirs (que j’ai évité de prendre en photo par respect pour les autres visiteurs) encadrent d’ailleurs le studio pour permettre une bonne examination de chaque tenue comme l’explique encore une fois le livret. Toute l’énergie et l’esprit créatif de la maison y sont retrouvés. On a une idée plus explicite de comment Yves Saint Laurent travaillait, comment ses idées naissaient et bien plus que ça : de quoi et de qui il s’entourait – permettant ainsi de comprendre qui était Yves Saint Laurent en tant qu’artiste couturier mais aussi en tant qu’individu. Bien entendu, il est d’autant plus agréable de visiter cet atelier en ayant des connaissances sur l’activité d’Yves Saint Laurent, qui permet alors d’identifier certains objets, et de les associer à des pièces particulières, des points de la carrière du couturier, ou de simples traces de son vivant.

Détail d’un espace habité, ©Musée YSL Paris, photographie ©Amel Ticherfatine

De plus, les adaptations du studio à chaque thématique d’exposition sont minutieusement pensées, et nous donnent d’une part une vision kaléidoscopique de son travail, avec des éléments qui s’ajoutent si l’on revient durant une autre exposition ; et d’autre part promeut l’activité constante et le dynamisme d’un atelier pourtant vacant – dans lequel le visiteur, observant les coulisses de la création vestimentaire, peut se créer un imaginaire entre les miroirs qui l’entourent, où il deviendrait pourquoi pas, lui-aussi, une muse au créateur.

Choisir entre les deux scénographies est complètement subjectif, et je suppose que les personnes qui ne se posent pas autant de questions sur la maison ou l’atelier-musée apprécieraient l’atelier de Delacroix centré sur le contenu et la clarté dans un espace vaste et rangé, avec des cartels indicatifs pour chaque œuvre. Pour ma part, je trouve l’atelier d’Yves Saint Laurent plus impressionnant à voir et à revoir, dans tous ses détails même futiles qui constituent un décor propre à l’univers du couturier. Malgré le petit espace (du moins, plus petit que celui d’Eugène Delacroix), les facteurs sont rassemblés pour en faire un lieu mettant l’atmosphère au premier plan.

Cependant, dans les deux ateliers, il aurait été intéressant de proposer des illustrations ou des photos de ce à quoi ressemblait ces espaces lorsqu’ils étaient encore utilisés, même si on peut retrouver cette information autre part. Ces visites très enrichissantes ont poussé ma réflexion autour de l’utilisation de l’espace, et le pouvoir d’une scénographie de transformer et mettre en valeur bien plus que des mètres carrés.

Amel Ticherfatine
Master 2 Mondes littéraires création critique
Séminaire La Maison musée 2022-2023
Université Paris 8

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Caroline Marie (6 mars 2023). Musée Delacroix et Musée Yves Saint Laurent. . Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ropx


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.