Visite du Musée Nissim de Camondo

PARIS. De quoi la maison de la famille Camondo est-elle musée? D’une collection du XVIIIe siècle, de l’intégration d’une famille juive en pleine ascension sociale à la fin du XIXe siècle, de la destruction d’un mode de vie grand-bourgeois au début du XXe siècle? Pourquoi ce micro-univers d’hétérogénéité fait-il naître un tel sentiment d’authenticité ?

Le Musée Nissim de Camondo est un musée parisien situé à côté du parc Monceau qui était autrefois un hôtel particulier. Le musée abrite une importante collection de mobilier et d’art du XVIIIe siècle dans un espace architectural typique du XIXe siècle devenu musée au XXe siècle. Il est assez méconnu. Quasiment aucun touriste ne vient à Paris avec l’idée de visiter ce musée. Cependant, presque personne n’est déçu après l’avoir visité.

Le musée raconte la vie d’une famille, les Camondo, comme l’esprit du temps de deux trois siècles différents, les XVIIIe, XIXe et XXe. L’une des caractéristiques qui définit le plus ce lieu est peut-être la manière dont différentes époques coexistent dans le même espace.

Au début du XIXe siècle, les Camondo, une famille juive séfarade, fondent une banque, qui devient l’une des plus importantes de l’Empire ottoman. A la fin du Second Empire, les deux frères Camondo, Abraham-Behor et Nissim, quittent Constantinople et s’installent à Paris où, en 1869, ils fondent leur banque. Ses fils, cousins Isaac et Moïse, devinrent, sous la IIIe République, d’éminents collectionneurs et des personnalités bien connues du monde de l’art. Moïse était presque exclusivement passionné par le XVIIIe siècle français, et pendant plus de cinquante ans il racheta les trésors des plus grands amateurs d’art de l’époque.

Le merveilleux palais des Camondo nous montre aussi la tragédie de cette puissante famille de juifs, c’est-à-dire, le musée est aussi l’histoire d’une famille, qui, d’origine immigrée, a tenté de s’intégrer dans la société française. De plus, par souci d’assimilation ou de discrétion, les traces de judaïsme sont quasi inexistantes dans cette résidence. Cependant, la fin tragique de la famille est associée au fascisme et à l’holocauste qui ont marqué le XXe siècle.

Le musée a été officiellement inauguré par la fille de Moïse, Beatriz, et il a ouvert au public le 21 décembre 1936. Quelques années plus tard, Beatriz elle-même mourrait à Auschwitz. Dans son roman Le musée de l’innocence, Orhan Pamuk fait explicitement référence à ce musée:

Le musée Nissim de Camondo où je me rendis parce que je savais que son fondateur était un Levantin originaire d’Istanbul m’apporta une certaine libération en me montrant que je pourrais moi aussi fièrement exposer les ensembles d’assiettes et de couverts ayant appartenu aux Keskin ou encore la collection de salières que j’avais constituée en sept ans (Pamuk, 2008, 578).

Le musée Nissim de Camondo représente une riche famille bourgeoise au goût raffiné pour l’art.

Arbre génénalogique des Camondo, ©Musée Nissim de Camondo, photographie ©Shubert Silveira

De même et de manière générale, le musée exprime la nostalgie d’une époque détruite par les guerres du XXe siècle, le changement d’une économie qui ne permettait plus les grandes demeures ou le mode de vie aristocratique-bourgeois de certains groupes puissants du XIXe siècle. De même, le musée est le résultat d’une époque qui a bénéficié du colonialisme, qui a apporté un boom économique ainsi qu’un intérêt pour l’art exotique et non européen en général et l’art asiatique en particulier.

Arbre généalogique

Aujourd’hui la dynastie Camondo n’existe plus, sa mémoire réduite au silence des objets et des choses. Visiter le Musée Nissim de Camondo, c’est se confronter à la juxtaposition envoûtante d’une beauté saisissante et à la rupture incompréhensible de la Shoah, le passé qui ne passera pas. La maison, après tout, est un temple de l’abondance dorée, un labyrinthe de pièces mettant en valeur le plus bel artisanat de l’ancien régime français et que nous parle de la Belle Époque.

Mais dans une égale mesure, il est devenu une sombre méditation sur l’absence écrasante d’une famille et d’un monde qui a été brutalement et systématiquement détruit. La visite de ce musée permet de se demander s’il s’agit de restaurer le passé : le musée est-il une capsule éphémère hermétique ? S’agit-il d’un passé qui nous vient en héritage et qui en tant que tel mérite d’être conservé intact ? Dans quelle mesure les objets sont-ils manipulables ? Dans quelle mesure votre histoire est-elle manipulable ? Si le passé n’existe pas en tant que tel mais est constitué et reconstruit par le présent, voit-on le passé quand on voit un objet appartenant à une collection du XVIIIe siècle ?

L’une des choses frappantes à propos du musée est l’espace des salles. C’est parce que la bourgeoisie a créé des lieux de rencontre, de très grandes salles à manger où partager repas et discussions. Le goût du bon vivre et du bon art se conjuguent. C’est peut-être ce mélange qui nous a finalement permis de passer du privé au public. De la maison vers le musée. Dans ce cas, nous voyons un exemple clair de la façon dont une collection, une maison, passe d’être la propriété d’une personne ou d’une famille et devient la propriété d’une nation : le privé devient public, la collection devient un musée.

On revient à la Belle Époque, le tout pour la célébration du confort domestique, avec les ingénieuses dispositions techniques et architecturales nécessaires pour assurer le bon fonctionnement du service et le confort quotidien, comme le chauffage à air filtré, les ascenseurs à air comprimé , un système d’aspirateur, des corniches légères, etc. La cuisine témoigne de l’attention portée par le propriétaire aux plaisirs de la gastronomie. Une immense grille en fonte accompagne le four central, tandis que les ustensiles en cuivre utilisés dans la cuisine traditionnelle brillent sur le mur.

Comme Marcel de À la recherche du temps perdu, tout semble indiquer que le Comte de Camondo aimait la bonne cuisine. L’une des pièces les plus impressionnantes est la cuisine. Elle a la particularité de ne pas être pensée comme une collection mais était en lien intime avec la modernité de son époque. Avant tout, le sens pratique prédomine, une organisation correcte des éléments, une répartition intelligente pour que le service culinaire soit le meilleur.

La cuisine est organisée autour d’une rôtisserie et le grand fourneau central, deux machines étonnantes en fonte et acier poli ©Musée Nissim de Camondo, photographie © Shubert Silveira

L’une des choses frappantes à propos du musée est l’espace des salles. C’est parce que la bourgeoisie a créé des lieux de rencontre, de très grandes salles à manger où partager repas et discussions. Le goût du bon vivre et du bon art se conjuguent. C’est peut-être ce mélange qui nous a finalement permis de passer du privé au public. De la maison vers le musée. Dans ce cas, nous voyons un exemple clair de la façon dont une collection, une maison, passe d’être la propriété d’une personne ou d’une famille et devient la propriété d’une nation : le privé devient public, la collection devient un musée.

En plus d’une impressionnante collection de pots en cuivre ©Musée Nissim de Camondo, photographie © Shubert Silveira

Souvent, quand on voit une reconstitution de la période dans les films, c’est trop artificiel. Car si l’intrigue se déroule en 1920, tous les objets appartiennent à cette époque, quand on sait que dans chaque présent coexistent des objets d’époques différentes. C’est ainsi que cela se passe dans le musée où les temps se superposent et cohabitent.

Surtout, le musée est un lieu étrange, chargé d’histoire et d’histoires qui dans ce cas particulier est une condensation de plusieurs siècles, le XVIIe, XVIIIe, XIXe, XXe et XXIe. Avec cela, nous pouvons voir comment le regard change en fonction du temps. Aujourd’hui, nous voyons la cuisine du musée comme un élément de plus, et même l’un des plus importants, mais à l’époque, la cuisine ne faisait partie d’aucune collection, c’était une cuisine moderne dans une maison qui possédait de précieuses collections d’autres siècles.

Le musée dispose d’un ascenseur dont il faut préciser qu’il ne peut être utilisé car il fait partie du musée lui-même et non un mécanisme pour monter d’un étage à l’autre. C’est-à-dire qu’il a perdu sa valeur d’usage et est devenu un objet de contemplation, mais à son tour il est nécessaire de le préciser car cet ascenseur était si moderne pour son époque qu’il ne diffère pas beaucoup de ceux utilisés dans les autres bâtiments parisiens aujourd’hui.

De même, on peut dire que cette condensation temporaire génère l’expérience de la visite, puisqu’il ne s’agit pas seulement de savoir comment était la vie ou ce qu’aurait pu être la vie au XVIIIe siècle mais aussi de ressentir comment dans un lieu il y a un diversité d’objets qui varient dans le temps mais aussi dans la culture : une famille d’origine turque de religion judéo-sépharade à Paris avec des collections occidentales et orientales. Un micro-univers d’éléments hétérogènes qui s’articulent.

Influence de l’art asiatique

La fin du XIXème siècle sera une époque de tendances révolutionnaires, de changements sociaux, d’avancées technologiques qui forcent l’accélération et la rupture du mode de vie traditionnel ; mais aussi la rencontre entre l’homme et la nature, la philosophie kantienne du beau et du sublime. Tout contribuera à la naissance de mouvements artistiques tels que le romantisme, le réalisme et l’impressionnisme. Avec Corot et l’école de Barbizon, l’artiste commence à abandonner les techniques de la Renaissance, se concentrant sur la luminosité et la simplicité, créant des oeuvres fraîches et nouvelles.

L’attrait pour l’arrivée en Europe des premiers objets orientaux (céramiques et petits ornements), considérés d’abord comme de simples arts décoratifs puis suscitant un intérêt scientifique, a donné naissance aux premières collections d’art. Les pièces auront des origines diverses : cadeaux, collections privées ou religieuses, entre autres. Au fil du temps certaines de ces collections feront partie d’importants musées dédiés à l’art oriental comme Cernuschi ou Guimet à Paris où elles seront exposées en partie.

Ce dernier point est particulièrement présent dans le musée où l’on peut trouver de nombreux objets d’origine asiatique, qui à leur tour ont une manière occidentale d’être présentés, car ce qui en Chine ou au Japon peut être un objet utile devient en Occident simple décoration. Cela se produit doublement dans la maison car c’est un musée.

Au final, le musée nous présente des objets orientaux qui ne pourraient faire partie que d’un musée en Occident et avec une utilisation et une présentation inimaginables en Chine ou au Japon par exemple.

La Belle Époque

Chaque fois qu’un moment historique est difficile et malheureux, les historiens et la considération générale ont tendance à idéaliser le moment immédiatement précédent. Ce n’est donc pas un hasard si, dans les années qui ont précédé la catastrophe de la grande guerre, on l’appelle « la Belle Époque ». C’est la période où s’observe le phénomène de l’essor de la vie privée au XIXe siècle, la bourgeoisie élargit la notion de vie privée et fait de l’espace réservé un lieu de culture : chacun cultive son jardin.

Dans son livre Les mots et les choses, Michel Foucault souligne que souvent on dit que la
constitution de jardins botaniques et de collections zoologiques reflétait une nouvelle curiosité pour les plantes et les bêtes exotiques. Ce qui a changé au siècle XVIII c’est l’espace dans lequel ils peuvent être vus et à partir desquels ils peuvent être décrits.

A la Renaissance, l’étrangeté animale était un spectacle ; elle apparaît dans les fêtes, dans les joutes, dans les combats fictifs ou réels, dans les reconstitutions légendaires où le bestiaire développe ses fables intemporelles. Mais à la époque classique le cabinet d’histoire naturelle et le jardin, tels qu’installés à l’époque classique, remplacent le défilé circulaire du spécimen par l’exposition peinture des choses.

Le musée possède un jardin à la française typique : ordre, symétrie et géométrie ©Musée Nissim de Camondo, photographie © Shubert Silveira

La présence de Camondo en tant que collectionneur se fait particulièrement sentir dans le petit cabinet de porcelaine attenant à la salle à manger, entouré de vitrines, où il mange seul. On trouve une collection unique de différentes vaisselles en porcelaine de Sèvres, comme celle des Oiseaux de Buffon. Derrière chaque assiette figure le nom de l’oiseau selon la classification faite par Georges-Louis Leclerc de Buffon dans son Histoire Naturelle des Oiseaux à la fin du XVIIIe siècle.

Vue de la collection des services de Sèvres , dont le service dit “Buffon”, ©Musée Nissim de Camondo, photographie © Shubert Silveira

Comme Buffon fut le premier à classer les oiseaux en tenant compte de la géographie, sa statue du Jardin des Plantes le montre aujourd’hui avec un oiseau.

Détail du service Buffon ©Musée Nissim de Camondo, photographie © Shubert Silveira

Contrairement aux romans d’Orhan Pamuk (Le Musée de l’innocence) et de Yôko Ogawa (Le Musée du silence), on ne peut pas dire que le musée Nissim de Comondo est entièrement original. Le musée, basé sur l’histoire d’une famille et d’une maison privée, rend compte des différents modes de vie à différentes époques de classes sociales aisées et d’un culte raffiné de l’art.

Mais l’héritage Camondo ne se limite pas à ce musée. L’important héritage Camondo est aujourd’hui en partie transféré, outre le Louvre, par les musées spécialisés de Paris : le musée d’Orsay pour les impressionnistes, le musée Guimet pour sa magnifique collection d’art japonais et asiatique en général.

Shubert Silveira
M2 Mondes littéraires création critique
Séminaire La Maison musée 2021-2022
Université Paris 8

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Caroline Marie (24 avril 2023). Visite du Musée Nissim de Camondo. . Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/roq5


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.