Ecouter les objets: histoire de l’art hybride, histoires d’ailleurs

PARIS. La Petite Galerie du Louvre montre admirablement comment, depuis la préhistoire, les matériaux et les motifs circulent et se combinent dans des objets composites et transculturels. Les objets exposés, au statut ambigu d’objet usuel et de curiosité, rappellent aux visiteurs que les échanges humains, les goûts et les imaginaires étaient mondialisés bien avant les Grandes Découvertes.

Au Musée du Louvre, « Venus d’ailleurs. Matériaux et objets voyageurs » dépasse la définition euro-centrique de l’exotisme et atteste que le désir de l’étranger et de l’étrange caractérise depuis toujours le goût des amateurs et se matérialise dans des routes commerciales parcourues déjà bien avant l’Antiquité.

Coquillages et camées montés en bijoux et objets précieux, vue de l’exposition ©Petite Galerie du Louvre, photographie ©MuséaLitté

La scénographie et le parcours organisé en quatre temps sont limpides, autant que les cartels, clairs, concis et pédagogiques. La première salle, consacrée aux « Matériaux venus des confins de la terre », pose le cadre diachronique de la démonstration. Une vitrine aligne une série de camées de propagande politique depuis Ur, en Irak (2000 av. J.-C.), jusqu’à Paris (1300-1400) en passant par l’Empire romain (10-50 et 250-260), en regard d’un plateau d’argent orné de 144 camées, le « Triomphe de l’Empereur Ferdinand III » (1637-1657) ayant appartenu à Marie-Antoinette.

Reprises et imitées, les œuvres du passé font également l’objet de remplois, tel ce buste « Minerve ou Alexandre le Grand », qui fut longtemps cru antique alors qu’il avait été sculpté au 17e siècle dans des colonnes de porphyre antérieurement importées d’Égypte. En Égypte, pauvre en bois de qualité, on faisait, selon une logique comparable, venir de l’ébène et du cèdre du Moyen-Orient.

Les plus simples des matériaux – pierre colorée, bois, coquillage, écaille de tortue, dent d’animal –, deviennent luxueux dès lors que, manquant en un lieu, ils sont apportés de contrées lointaines. Rareté et distance auraient-ils inventé le luxe avant le Siècle des Lumières ?

La deuxième salle, dédiée aux « Portraits d’animaux venus de loin », montre que girafes, éléphants, autruches, rhinocéros et coquillages, lorsqu’ils ne voyageaient pas eux-mêmes, fournissaient des motifs visuels repris dans des aires géographiques éloignées aussi bien que des matières premières aux artisans et aux artistes.

La troisième salle trace sur une carte animée l’évolution des routes commerciales depuis le réseau des vias romaines jusqu’aux circuits de navigation transatlantiques des Grandes Découvertes.

La dernière salle donne la parole à des objets hybrides révélateurs d’échanges transculturels multi-directionnels : un « Triptyque : Le Christ en Croix entre saint François d’Assise et saint Jérôme, la Vierge et saint Jean » réalisé à partir de plumes, de feuilles d’or et de cuir montre comment, au Mexique au 16e siècle, des missionnaires Franciscains combinèrent l’iconographie de la peinture religieuse flamande, l’art familier de la mosaïque et la technique nouvelle de la décoration à la plume colorée. Deux « sucriers à poudre » en argent représentent un couple d’esclaves nord-américain chargés de cannes à sucre. À l’image de ces objets réflexifs, mises en abyme à la fois de de leur origine, de leur fonction et de leur caractère précieux, l’exposition propose un feuilletage de récits.

Des récits d’objets : l’expôt témoin

« Un objet, une histoire » annonce le cartel introductif de la dernière salle :

C’est à travers le modèle de la biographie que nous proposons ici de contempler les œuvres d’art. […] Nous proposons de prendre à témoin les objets, de leur donner la parole pour évoquer ces grands événements, ces mouvements de masse qui ont façonné le monde actuel. Comme tout témoignage, il est partiel, fragmentaire, mais riche d’une vérité individuelle unique.

Ces récits d’objets cherchent moins à construire une histoire globalisée de l’humanité, à la suite de l’Histoire du monde en 100 objets (du British Museum) de Neil MacGregor, qu’à inscrire dans le temps long les notions contemporaines de mondialisation des échanges et des imaginaires, d’hybridité et de recyclage. Le périple des objets présentés ne prend pas fin à leur arrivée en Europe : ils continuent de circuler entre têtes couronnées avant d’entrer aux inventaires des musées nationaux. Leur biographie reflète aussi l’imbrication des échanges à l’échelle du globe, des histoires nationales et de celle des musées.

Des objets feinte

« Partiel » et « fragmentaire », leur récit est également trompeur. Les choses choisies jouent de leur statut de curiosité : tel éventail qui représente « Louis XVI rétablissant le Parlement à son avènement en 1774 » (vers 1775) semble de la dentelle alors qu’il est sculpté dans de l’ivoire, tout comme ce netsuke (1840-1860) figurant un assemblage de coquillages nacrés, ciselé dans une unique défense.

Netsuke d’ivoire figurant des coquillages, vue de l’exposition ©Petite Galerie du Louvre, photographie ©MuséaLitté

Ces trésors, aujourd’hui valorisés par leur appartenance à des musées prestigieux, furent avant tout des objets de consommation, certes fort précieux, mais inscrits dans un système commercial mondial et local. Ainsi, la production de la minutieuse miniature d’ivoire figurant l’« atelier de tourneur » (1861), d’Alexandre Bruno Saingy, fut-elle délaissée au profit du modèle réduit de l’atelier de tabac, qui rencontrait plus de succès.

Silène en forme de chaussure, exposée ouverte, vue de l’exposition ©Petite Galerie du Louvre, photographie ©MuséaLitté

S’ils proclament la dextérité des artistes et artisans qui les ont façonnés, le goût exquis de leurs acquéreurs en même temps que la profondeur de leurs poches, ils disent aussi la fascination que nous partageons avec leurs premiers possesseurs depuis longtemps disparus pour le trompe-l’œil, l’oxymore et la surprise. Et l’inscription des histoires dans notre quotidien. Une minuscule « chaussure à transformations » des Pays-Bas ou d’Allemagne (1650), d’ivoire et de nacre, s’ouvre pour déployer le récit du Salut, de la Création et du Jugement dernier. Il s’agit d’une « silène » : un objet trivial – même si ce soulier est d’apparence fort raffinée – qui dissimule une fonction spirituelle : cette chaussure narrative fait office de retable portatif.

Anti-ekphrasis : des copies de copies

Façonnés par le remploi et l’hybridation, les expôts racontent enfin des histoires de détournement, d’appropriation, voire de contrebande, à l’instar de cette « paire d’aiguières » : les vases laqués, acquis vers 1680 alors que le Japon était fermé aux Européens, furent combinés à Paris un siècle plus tard à un support à long col doré de style ottoman.

Ils opèrent sous le signe de la dérive : d’abord parce que leur prestige découle en partie de la qualité de leurs propriétaires successifs, ensuite parce qu’ils métissent les objets : tel olifant d’ivoire décoré d’animaux fantastiques empruntés à l’Islam se fait reliquaire par ajout de cercles et d’une chaîne de métal ; tel coffret de teck couvert d’écaille de nacre, assez ordinaire en Inde, se voit, à son arrivée en Europe vers 1530, enchâssé dans une monture d’orfèvrerie précieuse qui en fait une œuvre d’art. Dérive, enfin, parce qu’il s’agit souvent de copies de copies. Une « coupe à boire montée en panier » de porcelaine européenne imite – la technique de la porcelaine mit longtemps à être maîtrisée – la forme des coupes de porcelaine chinoise qui imite la corne du rhinocéros.

Aux sources de motifs visuelles, s’ajoutent les sources littéraires. Si les artistes souhaitant représenter des animaux exotiques étaient contraints de copier des images préexistantes, comme les éléphants figurant sur les monnaies romaines, ils dessinaient souvent les animaux d’après leur description textuelle. Éléphants, rhinocéros, girafes ou autruches étaient ainsi des chimères iconotextuelles, des anti-ekphrasis.

Depuis 20215, les expositions qui se tiennent dans la Petite Galerie du Louvre visent avant tout à initier les enfants à l’histoire de l’art. Mais les adultes font tout autant leur miel de cette présentation dense et lisible, futée et affûtée des objets, des matériaux et des techniques, des désirs et des imaginaires voyageurs.

Caroline Marie
Université Paris 8

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Caroline Marie (2 mai 2023). Ecouter les objets: histoire de l’art hybride, histoires d’ailleurs. . Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/roq6


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.