Domestiquer la fiction

Londres. Dans le quartier de Holland Park, à deux pas de Leighton House, somptueuse résidence du peintre et sculpteur Frederic Leighton (1830-1896), directeur de la Royal Academy, se cache une autre demeure, plus modeste, celle de l’illustrateur Linley Sambourne (1844-1910), connu pour ses caricatures dans le journal satirique Punch et ses illustrations de livres pour la jeunesse.

Il est possible d’acheter un billet jumelé pour visiter ces maisons-musées qui présentent deux approches différentes de la vie artistique victorienne. La demeure spectaculaire de Frederic Leighton, avec son jardin arboré à l’arrière, est tout à fait caractéristique des ateliers d’artistes de la communauté du Cercle de Holland Park, composée, entre autres, des peintres à succès, George Frederic Watts, Valentine Cameron Prinsep, James Jebusa Shannon et Colin Hunter. À partir de 1864, date à laquelle Leighton achète un terrain, il n’aura de cesse d’élaborer avec l’architecte, George Aitchison (1825-1910), un lieu de prestige pour exposer ses œuvres, sa collection de mosaïques et y recevoir des visiteurs, futurs modèles ou clients.

Vue du rez-de-chaussée de Leighton House, Londres, © The Royal Borough of Kensington and Chelsea,  © MuséaLitté, 2023.

Si de nombreux tableaux font référence à des personnages mythologiques, Leighton House est essentiellement la maison d’un artiste peintre. Certes, on y trouve quelques allusions littéraires mais celles-ci restent très furtives comme le tableau de The Honorary Frederick Wellesley, c. 1852, représentant un garçon avec un livre d’images, la bibliothèque de Leighton, ou encore son bureau.

Vue du bureau de Leighton, © Leighton House © The Royal Borough of Kensington and Chelsea, © MuséaLitté, 2023

Le décor exceptionnel, sublimé par les travaux de rénovation récents, notamment l’attention portée aux moindres détails, méritent vraiment le détour. Toutefois, il est regrettable que la question de la provenance des objets, pourtant au cœur des débats actuels en muséologie, ne soit jamais évoquée.

Vue de l’intérieur de la maison de Linley Sambourne, © Sambourne House, © The Royal Borough of Kensington and Chelsea © MuséaLitté, 2023.

À l’inverse, la maison d’Edward Linley Sambourne, Sambourne House, située quelques rues plus loin, offre une immersion dans la vie d’une famille victorienne plus modeste. On accède au musée par un petit escalier de service, avant d’être dirigé vers une salle de projection qui retrace l’histoire des habitants du n° 18 Stafford Terrace, le couple Sambourne et leurs deux enfants. La maison, plus encombrée, moins lumineuse que la précédente, on l’imagine plus sombre encore sous l’effet du smog, a conservé l’ensemble de sa décoration d’origine. Comme dans la résidence de Charles Dickens, ou celle de Dennis Severs’ House, la table est mise et tout porte à croire que les occupants viennent juste de quitter les lieux.

Vue du salon de Sambourne House © The Royal Borough of Kensington and Chelsea, © MuséaLitté 2023

C’est donc plus une invitation qu’une visite, une immersion sensorielle et temporelle dans un lieu de vie littéraire, dont on voit bien qu’il occupait plusieurs fonctions à la fois, résidence familiale, lieu de travail, studio photo, atelier et espace de réception. Dès la première salle, le visiteur est directement transporté au XIXe siècle, dans le bric-à-brac d’un artiste, sensible aux goûts de son époque, comme en témoignent le papier peint de William Morris & co, ou l’acquisition d’oeuvres de ses contemporains, comme cette aquarelle (The Baker’s Shop, n.d) de Kate Greenaway (1846-1901), accrochée dans la salle à manger.

Détail du papier peint de Sambourne House, © William Morris & Co © Sambourne House, © The Royal Borough of Kensington and Chelsea, © MuséaLitté, 2023

La littérature occupe une place de choix dans l’espace domestique, aussi bien dans les éléments décoratifs, comme les vitraux du salon en hommage aux personnages de Shakespeare du Songe d’une nuit d’été, Titania et Ariel, relativement courant à l’époque dans les intérieurs victoriens, que dans l’exposition des caricatures de Sambourne dont les œuvres ainsi que les lettres d’amis écrivains ou éditeurs recouvrent les murs. On monte les marches de l’escalier en suivant au mur l’ascension professionnelle de Sambourne à travers ses multiples dessins pour le magazine Punch. Ses dessins pour enfants sont plus difficiles à localiser. La présence de son oeuvre emblématique, l’illustration des Water Babies, or Fairy Tale for a Land Baby de Charles Kingsley, conte darwinien pour enfants, publié en 1863, est assez discrète, le livre est simplement ouvert sur le lit de son fils, et gagnerait à être davantage exploitée et contextualisée.

Vue de la chambre de Roy Sambourne avec un exemplaire du roman de Charles Kingsley, The Water Babies, illustré par Linley Sambourne, © Sambourne House, © The Royal Borough of Kensington and Chelsea, © MuséaLitté, 2023

Si la résidence de Sambourne permet de comprendre son mode de vie, financièrement et familialement bien plus contraint que celui de Leighton, son bureau donne un aperçu sur sa méthode de travail car on y découvre son matériel photographique. Sambourne n’ayant reçu aucune formation académique, il s’est donc intéressé très tôt à cette nouvelle technologie pour décalquer des mouvements, ce qui lui permettait d’obtenir des caricatures, à la fois plus dynamiques et plus réalistes et surtout de tracer beaucoup plus facilement. Les membres de sa famille posaient régulièrement pour lui au milieu du salon.

Le bureau atelier de Linley Sambourne © Sambourne House © The Royal Borough of Kensington and Chelsea © MuséaLitté, 2023

Amateurs de cartels, passez votre chemin, car le dispositif habituel est inexistant. Chaque salle dispose d’un système de dossiers papiers assez peu pratiques qui listent les œuvres environnantes, pas toujours aisées à localiser, d’autant que certaines pièces sont rendues inaccessibles par un cordon de sécurité. Il faudrait s’approcher … mais, please do not touch, c’est interdit. Ce dispositif pédagogique parasite l’expérience de visite et suppose de pouvoir poser ses affaires quelque part, (ce qui est impossible), avant de saisir le classeur, d’avoir accès à ses lunettes, puis de refaire un tour dans la pièce.

Dossier mis à disposition des visiteurs © Sambourne House © The Royal Borough of Kensington and Chelsea, © MuséaLitté, 2023

Le visiteur récalcitrant peut toutefois télécharger le contenu équivalent via une application mais son fonctionnement reste très aléatoire. Autant ne pas les utiliser du tout et se laisser prendre au jeu car le charme de la visite repose sur principe du voyage dans le temps ; l’immersion totale est difficilement compatible avec une visite interrompue par la lecture de cartels qui, du reste, ne sont pas très éclairants. En revanche, les volontaires qui circulent dans les salles de ce lieu tout à fait unique, se mettent en résonance avec le public, en anticipant leurs questions, et en adaptant, chaque fois, leur réponse à la curiosité et à l’âge des visiteurs.

Anne Chassagnol, Université Paris 8



Citer ce billet
achassagnol (2023, 19 juillet). Domestiquer la fiction. . Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/roqa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.