Sarah Bernhardt. Et la femme créa la star

PARIS. À l’occasion du centenaire de sa mort, le Petit Palais consacre une exposition à la « Divine » (1844–1923), qui révèle, derrière l’actrice excentrique connue du grand public, plus inédites, la sculptrice, l’écrivaine, l’influenceuse et la femme d’affaires, l’élégante et le bourreau de travail : un modèle pour les visiteuses ?

Le parcours, dense et spectaculaire, organisé en 12 temps, croise découpage chronologique et approche thématique : « du demi-monde à la scène », « Mademoiselle Révolte à la Comédie-Française », « une artiste parmi les artistes », « Sarah Bernhardt intime », « les grands rôles », « la Divine », « la ‘muse ferroviaire’ : les tournées », « le Théâtre Sarah-Bernhardt », l’actrice et les dramaturges, « la femme engagée » pendant la Première Guerre mondiale, « de la scène à l’écran », « Belle-Île en art ». S’il n’évite pas certaines redites, il compose un passionnant portrait chinois de celle que Jean Cocteau surnomma le « monstre sacré ». Chaque espace, d’une élégance extrême, évoque un aspect de la personnalité ou de l’œuvre de « la grande Sarah », au moyen d’une scénographie propre, dont l’architecture, rendue théâtrale ou intimiste par des variations sur la couleur profonde des murs et l’éclairage, mettent en valeur les quelque 400 pièces exposées (l’inventaire des objets conservés par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris à cette occasion suggère la diversité des expôts). Visiteuses et visiteurs passent de l’exubérance de son salon à l’intimité sombre de la chambre, du train, avec banquettes, tables et fenêtres-écrans qui évoque sa tournée américaine, à Belle-Île, cadre de séjours en famille et entre amis dans le fort qu’elle y possédait – aujourd’hui une maison d’écrivain.

Ce qui frappe, c’est l’intimité multiforme du rapport qu’entretenait Sarah Bernhardt avec la littérature et les mots.

L’actrice autrice

Plusieurs salles mettent évidemment à l’honneur les costumes de scène et les bijoux, sublimes, ainsi que les représentations de l’actrice – sculptures, vitraux, peintures, caricatures, affiches de spectacles ou publicitaires, portraits-carte. L’immense salle qui déroule les vestiges matériels des grands rôles de l’actrice – costumes, accessoires, affiches qu’elle commandait à Alfons Mucha – souligne le soin extrême qu’elle apportait à ses tenues et l’intérêt éclairé qu’elle portait à la précision historique, ces objets reflétant l’état de la recherche historiograpbique de son temps.

Rarement montrés, des relevés de mises en scène témoignent de la précision du travail de la troupe et des costumiers, scénographes et autres techniciens. Le relevé de Ruy Blas de Victor Hugo, reprise de son succès de 1872 au théâtre de l’Odéon à la Comédie française en 1879, ponctue les répliques d’un dessin rendant compte de la posture des acteurs ; celui d’Hernani, de crayonnages et d’aquarelles de costumes et d’un décor ainsi que d’un plan de la scène.

Relevé de mise en scène d’Hernani de Victor Hugo, photo MuséaLitté, ©Petit Palais

On connaît Ma double vie (1907), ses mémoires, encore disponibles en librairie, qui s’achèvent sur le retour de la tournée américaine. On la découvre autrice de textes de fiction. Elle a publié plusieurs pièces de théâtre. L’exposition présente L’Aveu (Odéon, 1888), drame en un acte, et à Adrienne Lecouvreur (Londres, 1905), hommage à une actrice du 18ème siècle qu’elle admirait. À la fin de sa vie, elle écrivit 2 romans, Petite idole et Jolie sosie, dont l’intrigue semble faire écho à La Nuit des rois de Shakespeare : dans un bal du Paris de la Belle Époque, une milliardaire américaine déguisée en soubrette s’éprend d’un écrivain. Comment faire lorsque ce dernier, devenu son ami, lui demande de l’aider à retrouver le joli sosie ? Comment ne pas y voir un clin d’oeil autobiographique de la part de celle qui rencontra elle-même de grands succès dans des rôles masculins? Dans les nuages (impression d’une chaise), illustré par son ami Georges Clairin, narre son escapade en ballon dirigeable au-dessus de Paris en compagnie de son amant le peintre Georges Perrin lors de l’Exposition universelle de 1978.

L’actrice sculptrice : une inspiration littéraire

Vue de l’évocation de l’atelier de Sarah Bernhard, photo MuséaLitté, ©Petit Palais

Une pittoresque évocation de l’atelier dans lequel l’actrice enfilait son tablier de sculptrice – elle prit des cours de sculpture – est reconstituée à partir de témoignages écrits, de tableaux et de photographies dont certains sont accrochés dans cet espace dédié à « une artiste parmi les artistes ». Certaines photographies immortalisent des tableaux vivants réalisés en compagnie de ses amis Louise Abbéma, madame Guérard et Georges Clairin. Le trio se surnommait la « Société du Doigt dans l’Œil » : leur devise, « Modeste pour autrui mais pour nous-même orgueil », souligne assez leur volonté de motivation mutuelle. Des portraits photographiques et peints la montrent au travail.

Ses sculptures, principalement des portraits, en majorité redécouvertes récemment, sont d’une grande maîtrise et d’une grande force. Les sujets en sont surtout littéraires. Elle a représenté de nombreux personnages de pièces qu’elle interpréta sur scène, comme Le Fou et la Mort (1877), sculpture inspirée du Roi s’amuse, sur le socle de laquelle elle grave des vers extraits d’ « Une Charogne » de Charles Baudelaire. Elle réalisa également des portraits hommage à ses amis dramaturges, Victor Hugo ou Victorien Sardou. Le buste de ce dernier est couvert d’un plastron qui semble un parchemin où se lisent les titres de ses pièces (le buste d’Edmond Rostand « n’est plus localisé aujourd’hui », signale un cartel). La fascination de Sarah Bernhardt pour l’écriture et sa matérialité graphique envahit sa sculpture.

« Quand même » : une devise imprimée sur une assiette

Si les mémoires de Sarah Bernhardt sont encore disponibles aujourd’hui, c’est peut-être parce qu’elle a travaillé à sa propre légende, au fil d’une vie de mise en scène et d’écriture de soi. Dans Ma double vie, elle affirme avoir adopté, dès l’âge de 9 ans, la devise « Quand même », qui fournit le sous-titre de l’exposition. Elle la fera inscrire, avec son monogramme « SB », sur nombre de ses possessions. Une assiette en faïence portant son chiffre et cette formule est accompagnée d’un cartel qui en raconte l’origine à la fois fondatrice et hyperbolique : défiée par un cousin, elle se blessa en essayant de sauter par-dessus un fossé. Tandis qu’on la transportait, elle criait : « Si, si, je recommencerai, quand même, si on me défie encore ! Et je ferai toute ma vie ce que je veux faire ! »

Femme libre, assumant son ambition, douée en affaire, excentrique, comme l’illustrent les objets provenant de sa garde-robe et de la décoration intérieure des appartements et hôtels particuliers qu’elle occupa, elle a forgé sa légende. Contrainte à partager un petit appartement rue de Rome avec sa sœur, elle lui prête son lit et dort, dans la même chambre, dans un cercueil capitonné de blanc. La photographie de Sarah allongée dans son cercueil fuite ? Qu’importe, elle la diffuse et joue de sa réputation de fantasquerie.

Les nombreuses photographies en noir et blanc exposées (étonnant portrait au chapeau chauve-souris inspiré par le recueil poétique Les Chauves-souris: clair obscur publié par son ami Charles de Montesquiou en 1893), reprises et diffusés sous forme de portraits-cartes, d’illustrations dans la presse ou de caricatures, évoquent les fils d’images partagées aujourd’hui sur les réseaux sociaux. Les commissaires présentent Sarah Bernhardt comme une influenceuse, pour laquelle ils ont d’ailleurs créé un compte Instagram, et de nombreux produits dérivés sont exposés.

Exemples de produits dérivés, photo MuséaLitté, ©Petit Palais

Sa légende tisse images et littérature, amplifiée par les portraits et les témoignages de ses amis gens de lettres, dont de nombreux extraits ponctuent le parcours.

Vue de l’entrée de l’exposition, photo MuséaLitté, © Petit Palais

Dès l’entrée, les visiteurs sont accueillis par un mur  de collages de portraits en pied de l’actrice qui appellent les selfies – un dispositif ludique pour se photographier en compagnie de l’icône est proposé en fin de parcours. Ces autocollants à taille réelle encadrent une longue description par Edmond Rostand, qui conclut :

« Voilà la Sarah Bernhardt que j’ai connue. Je n’ai pas connu l’autre, celle des cercueils et des alligators. Je n’ai pas connu d’autre Sarah que celle-là. C’est la Sarah qui travaille. C’est la plus grande. » (préface de Sarah Bernhardt de Jules Huret, 1899)

Placé en exergue de l’exposition, ce portrait admiratif dévoile le projet militant de l’exposition : révéler le travail acharné sous le glamour et proposer aux visiteuses un modèle d’émancipation, qui passe aussi par l’amour et la maîtrise du verbe. Victor Hugo ne la surnomma-t-il pas “la voix d’or”?

Caroline Marie
Université Paris 8

Sarah Bernhardt. Et la femme créa la star
14 avril – 27 août 2023
Petit Palais


Citer ce billet
Caroline Marie (2024, 1 mars). Sarah Bernhardt. Et la femme créa la star. . Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vxyt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.