Dans la maison musée de Ruskin : vie domestique et curiosité

CONISTON. La muséographie de la maison de Brantwood, Lake District, où John Ruskin passa les dernière années de sa vie, combine avec succès mise en scène de la vie quotidienne et mise en exergue des résonances contemporaines de la pensée de l’un des hommes de lettres les plus influents de l’époque victorienne.

John Ruskin (1819–1900) laisse une somme d’écrits variés, qui vont bien au-delà d’une œuvre littéraire : ses ouvrages d’esthétique Modern Painters (1843–1860), The Seven Lamps of Architecture (1849) et The Stones of Venice (1853) demeurent des références en histoire de l’art ; sa passion d’autodidacte pour la montagne et la minéralogie ont influencé l’histoire des sciences naturelles (il participa à la fondation du Muséum d’histoire naturelle de l’université d’Oxford) et contribué à l’émergence d’une pensée écologique ; sa conception d’une architecture harmonisée au paysage grâce à l’emploi de ressources locales resurgit dans le « construire local » contemporain1 ; son réformisme social a inspiré la création du National Health Service, des bibliothèques publiques ou encore du National Trust tandis que son militantisme pour la cause ouvrière au plus brutal de la Révolution industrielle a favorisé l’amélioration de l’éducation et des conditions de travail des enfants et des ouvrières de l’industrie textile du nord de l’Angleterre, en particulier. Il était également poète, peintre et aquarelliste.

Aquarelle représentant le salon de Brantwood accrochée dans le salon de Brantwood, photo MuséaLitté, © Brantwood

Comment médiatiser une œuvre polymorphe, imbriquée, tout à la fois littéraire, esthétique, scientifique, critique, philosophie et politique auprès de visiteurs qui n’ont qu’une connaissance partielle de ses écrits voire, pour le dire avec Pierre Bayard, parlent de ses livres qu’ils n’ont pas lus ?

Ce défi, auquel sont confrontées toutes les maisons d’illustres, se pose sans doute avec plus d’acuité encore dans le cas de ce polymathe qui fut aussi, souvent, un pionnier intellectuel. La maison présente les défis muséographiques typiques des maisons musées. Ruskin ne vécut à Brantwood que les 30 dernières années de sa vie. Il y emménagea passé la cinquantaine, après avoir acheté la maison et le vaste jardin (dont il n’avait pas le moindre souvenir) à son ami le peintre W. J. Linton. Il y mena une vie calme et routinière entourée de ses proches : fils unique, il vécut avec sa cousine Joan et son époux John Severn, peintre pour l’usage duquel il fit construire le studio qui abrite aujourd’hui une partie de sa collection de minéraux. La collection Ruskin (The Ruskin Whitehouse Collection), qui comporte sa collection d’art, ses manuscrits, ses ouvrages et des photographies, conservée à la Ruskin Library, à l’université de Leicester, n’est exposée que partiellement et par roulement dans la maison où, paradoxalement, peu d’objets littéraires sont visibles.

Les conservateurs successifs de Brantwood Trust, mis en place en 1951 par Whitehouse, qui légua dans ce cadre sa collection à l’université, ont fait le choix audacieux de délaisser la matérialité de l’écriture pour médiatiser la pensée de Ruskin. Ce choix expographique formule une réponse stimulante à la question de la patrimonialisation de la littérature telle que la posait Jean-Paul Dekiss, après avoir repris la direction de la Maison Jules Verne à Amiens :

Vaste question que la réalisation et la mise en décor, la mise en littérature de ces maisons qui s’ouvrent au public comme héritage d’une célébrité ayant produit une œuvre. Si par le tourisme on fait d’elles un lieu de consommation culturelle, elles ne pourront diffuser l’esprit de création et de curiosité qui marquent la création littéraire. Si l’on fait de la maison d’un écrivain un lieu à seule vocation touristique et commerciale, la culture s’y désagrège et le plaisir n’y est plus que loisir. Au lieu de faire échapper l’écrivain à l’oubli et d’intégrer sa connaissance de l’humain à notre présent, on va l’enterrer une seconde fois et une partie de notre héritage avec lui. (« Maison, lieu de vie et patrimoine (Un rêve et la réalité) »)

La maison musée de Brantwood, scénarisée comme un lieu de vie, réussit pourtant la gageure de composer le portrait domestique d’un Victorien – créature mythifiée par la littérature, le cinéma et les séries rétro-victoriennes contemporaines et pourtant méconnue – à la fois singulier et représentatif de son temps, et de synthétiser, pour un public non spécialiste, les théories de John Ruskin tout en transmettant quelque chose de son « esprit de création et de curiosité ».

Une pièce à vivre

Vue des textes de salle dans le salon de musique, photo MuséaLitté, © Brantwood

Dans le salon de musique, le cartel de chaque instrument raconte l’histoire de sa présence dans le musée : le piano droit, d’abord utilisé par Ruskin, fut légué à son valet, dont la famille, des années plus tard, en fit don à la maison musée en 2005.

Sur le piano demi-queue, un cartel interpelle les visiteurs : « Are you a pianist ? », une invitation à déchiffrer la partition ou à improviser. Dans ce musée, des cartels distinguent les objets intouchables des (nombreux) objets à manipuler.

Sur la table, négligemment posés comme des carnets ou des menus à l’intention des invités, des cartels biographiques racontent sur 2 pages l’enfance de Ruskin, l’annulation de son premier mariage et sa passion malheureuse pour Rose La Touche, ainsi que le déroulement d’une journée ordinaire à Brantwood.

Les parcourir comme une invitée.

Une pièce où lire

Vue du salon de lecture, photo MuséaLitté, © Brantwood

Le salon de lecture contemporain invite les visiteurs à feuilleter les œuvres de Ruskin et d’autres éminents victoriens, ou à s’y plonger.

À prendre place comme un familier.

La maison d’un ermite sociable

Vue de l’album photos à feuilleter dans la salle à manger, photo MuséaLitté, © Brantwood

Dans la salle à manger, la table est dressée pour une réception : s’il avait élu domicile dans le Cumbria pour y mener une vie retirée vouée à l’étude, John Ruskin recevait ses amis. Dans un coin de la pièce, un cartel invite les visiteurs à feuilleter un grand album, une publication de la maison d’édition Brantwood, John Ruskin 1819–1900. Des dizaines de photographie en noir et blanc y déroulent chronologiquement sa vie sociale, entre famille, amis et domestiques – fait rare qui mérite d’être souligné : John Ruskin, Joan et John Severn appréciaient les excursions avec leurs domestiques et aimaient à se faire photographier en leur compagnie2. Pas de portrait psychologique sur un panneau de salle, pas de projection vidéo mais une invitation à feuilleter à son rythme le récit sans parole d’une joyeuse tentative d’incarnation au quotidien des aspirations socialistes de Ruskin.

« Brantwood photo album. Please feel free to browse ».

Un cabinet de curiosité

Vue du cabinet de curiosité, photo MuséaLitté, © Brantwood

À l’étage, à côté des deux chambres que Ruskin occupa successivement (dans l’une, il fit ajouter un décrochement vitré avec vue sur le lac de Coniston (Coniston Water) qui évoque, dans un registre plus modeste, le « look out » de Victor Hugo à Hauteville House), le cabinet de travail fait office de laboratoire pour les visiteurs. Pas de texte de salle, c’est en manipulant les plaquettes, en découvrant les extraits des œuvres de Ruskin disposées en miroir des expôts scientifiques qui constituaient les objets de ses recherches que chacun découvre, si elle ou il le souhaite, en allant d’un pôle à l’autre, ses théories naturalistes, picturales et architecturales.

À l’instar de Ruskin, éprouver de la curiosité.

La salle du trésor

Vue de The Treasure, photo MuséaLitté, © Brantwood

Variation sur le dispositif du laboratoire, « The Treasure », le studio d’artiste construit pour le mari de la cousine qui toute sa vie fut sa compagne et sa gouvernante, est aujourd’hui le cadre de l’exposition d’une partie des collections de minéraux constituées par Ruskin. À côté des vitrines de minéraux et des panneaux de salle qui expliquent les avancées scientifiques permises par ses recherches en minéralogie et en géologie, un instrument à percussion en roches du Cumbria est exposé. Une vidéo diffuse une oeuvre jouée sur cet instrument, enregistrée lors d’un des concerts organisés dans le cadre d’un projet de recherche et de pédagogie mené par l’université de Leicester, pour illustrer leurs différentes propriétés physiques.

La minéralogie comme expérience sensorielle.

On pourrait reprocher à l’expographie de la maison musée de John Ruskin de ne pas parvenir à choisir entre médiatisation de la vie domestique de l’homme ou de l’héritage intellectuel du Victorien, mais il semble au contraire que ce soit dans l’intersection réussie de ces deux regards que se définit la spécificité du lieu, qui s’attache moins à célébrer l’illustre et son oeuvre qu’à suggérer les conditions matérielles de sa production. En témoignent les micro-biographies des objets ayant appartenu à Ruskin: comment il les a acquis, comment ils ont disparu, qui les a retrouvés et sauvés, qui les a confiés au musée. Ces cartels rendent hommage à l’attention au monde et à ceux qui l’habitent dont faisait preuve Ruskin tout en nourrissant la réflexion sur le statut, matériel, imaginaire et narratif, des objets dans une maison, dans un musée.

1* Voir par exemple l’exposition consacrée par la Fondation Cartier au Studio de Bijoy Jain (9 décembre 2023–22 avril 2014).

2* Il était rare que les Victoriens se fassent photographier avec leurs domestiques. Plusieurs décennies après Ruskin, Virginia et Leonard Woolf ne possédaient aucune photographie  les montrant en compagnie de leurs domestiques, alors même qu’ils conservaient des photos de ces dernières, comme le note Alison Light dans Mrs Woolf and the Servants (elle ajoute que le couple avait pourtant accueilli de nombreuses réunions du Labour Party à leurs différents domiciles).

Œuvres citées
Bayard, Pierre. Comment parler des livres qu’on n’a pas lus ? Paris: Editions de minuit, coll. Paradoxe, 2007.
Dekiss, Jean-Paul. « Maison, lieu de vie et patrimoine (Un rêve et des réalités) ». ICOM La lettre du comité national français 31 (décembre 2006) : 22–25.
Light, Alison. Mrs Woolf and the Servants. London: Penguin / Fig Tree,  2007.
Caroline Marie
Université Paris 8


Citer ce billet
Caroline Marie (2024, 11 mars). Dans la maison musée de Ruskin : vie domestique et curiosité. . Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.