« Serge Gainsbourg, le mot exact » : l’œuvre au noir

Paris. La Bibliothèque Publique d’Information explore les chemins obscurs de la créativité de l’auteur-compositeur-interprète, provocateur et auteur de son double artistique, Gainsbarre. De nombreux objets personnels issus de la Collection Charlotte Gainsbourg illustrent comment cet alchimiste transformait la littérature en pop et faisait littérature d’onomatopées de comic strips.

Pour célébrer l’ouverture au public de la Maison Gainsbourg, rue de Verneuil, en septembre 2023 – maison difficilement visitable faute de créneaux libres – la BPI nous transporte dans une évocation intimiste de l’espace intérieur de Serge Gainsbourg. La scénographie épurée et lisible, qui se déplie dans un cube aux murs et aux cartels qui passent du noir au blanc, s’organise en 3 temps : les lectures et les influences, « du double littéraire au double médiatique », les brouillons et le processus d’écriture. Elle entraîne visiteuses et visiteurs de la bibliothèque à l’atelier du peintre qui compose un autoportrait sur l’air  rimbaldien de « je est un autre », puis dans le bureau du poète. Les espaces se parcourent comme une maison, un palais de mémoire qui tente de révéler les circonvolutions de ce fascinant invisible : la fabrique du poème. Le génial Serge nous accueille en compagnie de ses pairs. Tel le poète irlandais William Butler Yeats retrouvant dans le musée Hugh Lane à Dublin les portraits de figures littéraires, amis et connaissances, qui ont forgé la culture irlandaise et influencé son œuvre, il semble déclarer, entre humilité et impudence :

You that would judge me do not judge alone

This book or that, come to this hallowed place

Where my friends’ portraits hang and look thereon;

Ireland’s history in their lineaments trace;

Think where man’s glory most begins and ends

And say my glory was I had such friends.

(« The Municipal Gallery Revisisted » 1937)

 

Vue de la bibliothèque à l’entrée de l’exposition, photo MuséaLitté, © BPI, © Collection Charlotte Gainsbourg

Le parcours se déploie autour de hautes vitrines qui alignent les livres de la bibliothèque de Gainsbourg, colonne vertébrale du parcours comme de l’œuvre. S’y repèrent les thèmes chers à l’auteur-compositeur-interprète – amour, érotisme, jeux de mots, dandysme.          « Provocation et éclectisme », annonce le panneau de salle : de la poésie, des poètes latins à Rimbaud et Verlaine jusqu’aux dadaïstes, de nombreux romans, du théâtre anglais, Shakespeare, Beckett, des tracts surréalistes, beaucoup de littérature populaire aussi : biographies, romans policiers, essais de vulgarisation scientifique, livres de régime. Un panneau de salle précise que Gainsbourg acquit des livres tout au long de sa vie, certains pour le graphisme de leur couverture. Clin d’œil expographique : la police des cartels et les autocollants qui couvrent les murs semblent (comme ceux du site de la maison musée) tapés par la machine à écrire électrique de l’artiste exposée dès la première salle.  Limpide et sobrement ludique.

Gainsbourg n’a mis que 5 poèmes en musique, contrairement à Ferré, Brel ou Brassens, mais a beaucoup pratiqué la référence plus ou moins cachée – à Baudelaire et Poe dans « Initiales B.B. », à Picabia dans « Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve », à Lolita de Nabokov dans « Jane B ». Si son œuvre est littéraire, c’est plus par nature que par citation. En témoignent les albums-concept des années 1970, auxquels plusieurs tables-vitrines sont consacrées. L’homme à tête de chou contribue en outre à la fabrication de son doppelgänger médiatique dans le creuset d’une « matrice littéraire » nourrie de littérature du 19ème siècle : auteurs dandy réels (Baudelaire, Wilde) et fictifs : il s’inspire de Des Esseintes, le héros de À rebours de J.K. Huysmans et de L’Étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde de Robert Louis Stevenson, qui lui inspira la chanson intitulée « Docteur Jekyll et monsieur Hyde ».

Vue d’une vitrine d’objets et de petits papiers personnels, photo MuséaLitté, © PBI, © Collection Charlotte Gainsbourg

Des objets extravagants de sa vie quotidienne théâtrale côtoient dans les vitrines ses collections de petits papiers : autographes, cartes de membre de clubs, numéros de téléphones griffonnés sur tout ce qui lui tombait sous la main, cartes de visites, cartes de clubs sélect, cartes publicitaires d’hôtels ou de restaurants, blocs de correspondances d’hôtel, morceaux de papiers déchirés. Il ne gardait parfois que la page de dédicace d’ouvrages qui lui avaient été offerts. Flamboyants costumes et accessoires, fascination pour la simplicité de quelques traits sur du papier.

Vue de la dernière salle consacrée aux brouillons, photo MuséaLitté, © PBI, © Collection Charlotte Gainsbourg

À quelques minutes d’escalator du Mur de l’atelier d’André Breton, exposé à quelques étages de distance au Centre Pompidou, au premier et second étages duquel se trouve la BPI, changement d’ambiance : les murs et les cartels désormais blancs esquissent l’atelier de l’homme qui joue avec les lettres et les sons. Les nombreux brouillons exposés révèlent un processus créatif rodé : d’abord un titre (des pages entières de titres aux variations infimes), puis des rimes (colonnes de rimes improbables, étrangement surréalistes), peu de versions d’une même chanson, peu – parfois très peu – de mots jetés sur le papier. Ratures, flèches, colonnes, ajouts, recherche de la rime rare, liste de vocables anglais, d’onomatopées, mots griffonnés sur 2 colonnes : l’histoire, infime et frappante, semble seconde, elle jaillit de cette manipulation des mots. La quête du « mot exact », à la fois obsessionnelle et détachée, est brillamment modélisée sur les murs de la dernière salle.

Evocation de la rue de Verneuil dans la dernière salle, photo MuséaLitté, © PBI, © Collection Charlotte Gainsbourg

Avant de sortir, visiteuses et visiteurs découvrent, à côté d’une photographie de l’atelier rue de Verneuil, le Petit Larousse en couleur dans lequel Serge Gainsbourg a fait son entrée en 1990 avec « Je t’aime, moi non plus ». Sur le mur qui mène à la sortie se déploient, comme en une, les 8 accroches de journaux qui détournaient ce célébrissime titre. Gainsbourg les avait fait encadrer et elles étaient exposés dans sa maison. Que nous quittons sur cette interrogation émouvante et subversive : et si, dans le dictionnaire, il était chez lui, comme Yeats se voulait dans le musée : en bonne compagnie ?

Caroline Marie
Université Paris 8

 

“Serge Gainsbourg, le mot exact”
BPI
25 janvier–3 septembre 2023

 



Citer ce billet
Caroline Marie (2024, 25 mars). « Serge Gainsbourg, le mot exact » : l’œuvre au noir. . Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2y8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.