Dans l’atelier de David Cochard

Allex. Paris. La relation entre l’écrivain et la maison, ou l’artiste et la maison, plus généralement, est un phénomène encré dans le patrimoine culturel et historique des différents pays qui composent le monde, qu’il s’agisse de l’Italie avec l’ancienne demeure de Dante, du Mexique avec la Maison bleue de Frida Kahlo ou encore de la France avec la célèbre maison de Balzac (voir précédente visite). La Maison-musée correspond ainsi au lieu d’habitat de l’artiste, qui est conservé après sa mort, de son propre chef ou par un intervenant extérieur – qu’il s’agisse de sa famille, d’un collectif ou encore d’une organisation – afin d’en faire un lieu touristique et de partager une expérience immersive au sein du musée.

Dans le cadre du séminaire sur la Maison-musée, nous avons pu découvrir à quoi correspondait cette notion qui mêle passé et présent à travers différents lieux, et notamment en visitant l’atelier de Suzanne Valadon au Musée de Montmartre et celui de la Fondation Giacometti. Ces visites ont été la clé pour un travail de recherche autour de la reproduction, voir même de l’amélioration des ateliers d’artistes, ce qui a pu être enrichi par des visites complémentaires, l’atelier de Pierre Buraglio, ainsi que celui de David Cochard au château Pergaud.

Lors d’une visite en octobre dernier à Allex, non loin de Valence, j’ai pu avec mon travail découvrir l’ensemble du château dans lequel vit David Cochard, un illustrateur avec qui je collabore, sans oublier l’atelier qu’il occupe au dernier étage. C’est à partir à cet artiste du XXIème siècle que ma réflexion se développe, en l’opposant à celui de Suzanne Valadon et tout particulièrement à la mise en scène qui se veut réaliste de la reconstitution de l’atelier d’artiste : quelles sont finalement les limites de la muséalisation de ces ateliers et comment sont-elles tangibles dans nos différentes visites ?

Vue de la reconstitution de l’atelier de Suzanne Valadon, photo Baya Nait Bekkou, ©Musée de Montmartre

Situé dans le quartier historique de Paris, au musée de Montmartre, la reconstitution de l’atelier de Suzanne Valadon remet en lumière le travail de la célèbre peintre ayant vécu au 12, rue Cortot comme tant d’artistes avant et après elle, tel son fils Maurice Utrillo ou Auguste Renoir par exemple. Une reconstitution de son appartement a été aménagée dans le musée, de la tapisserie, au mobilier, à la chambre de Maurice, aucun détail n’a été négligé. Avec pour uniques sources des archives et photographies d’époque, certaines libertés ont dû être prises par les monteurs de l’exposition, sans toutefois chercher à dénaturer le passé.

Vue de l’atelier de Suzanne Valadon, photo Baya Naït Bekkou, ©Musée de Montmartre

Dans cette dynamique, le château Pergaud semble résonner avec cette maison-musée, dans la mesure où le lieu de vie et l’atelier sont sous le même toit et partagent l’environnement de l’artiste dans son quotidien.

 

En effet, le château est un ensemble collaboratif où de nombreuses personnes vivent, et où on trouve à chaque étage de petits appartement pour les habitants, mais également des pièces qui servent de chambre, de lieu de stockage, de salle de répétition ou encore de salle de réunion. Dans le sud de Valence, entouré d’hectares de forêt, le château est aux antipodes de l’appartement de Suzanne Valadon dans sa structure, toutefois, il est également possible de leur trouver des similitudes dans la formation qui s’opère entre l’atelier et le quotidien. De la même façon, Pierre Buraglio indique que la maison dans laquelle il a installé son atelier a été le lieu de vie de sa famille sur plusieurs générations, du grand-père au père, et du père au fils, confirmant ce lien intangible de l’artiste avec son lieu de vie. Le terme de « maison-musée » prend donc sens avec le château, qui est aussi visité pour cette dimension artistique.

S’il existe des résonances entre l’atelier de Suzanne Valadon et celui de David Cochard, il faut toutefois souligner la mise en scène du premier, qui semble fausser notre regard. Lorsque nous visitons le Musée de Montmartre, l’atelier est visible depuis le jardin par ses grandes baies vitrées est l’atelier. La pièce lumineuse et soignée semble être une réplique du passé, avec les châssis et toiles supposément vierges disposés sur la mezzanine, les chevalets sur le centre de la pièce avec quelques tableaux en exposition, la table sous les fenêtres avec le matériel de peinture, ou encore les traces sur les murs qui suggèrent les empreintes de cadres ou autres objets décoratifs dans la pièce, etc. Il s’agit d’un travail précis, qui a poussé les scénaristes à rajouter une porte qui avait disparu avec le temps, qui servait à la peintre pour faire entrer ou sortir de très grandes toiles, trop imposantes pour la porte principale.

Vue de la porte ajoutée à l’atelier de Suzanne Valadon, photo Baya Naït Bekkou, ©Musée de Montmartre

Ces intentions sont ce qui permet l’immersion dans l’atelier, pourtant en circulant de celui-ci à celui de David Cochard, j’ai pu constater un contraste entre l’ordre et le chaos. En effet, à l’image des artistes du XIXème siècle, son atelier se trouve au dernier étage du château, dans une partie sombre qui rappelle la mansarde de l’écrivain, derrière une porte difficile à ouvrir. Accueillis par de la peinture sur le sol, du matériel ou encore des planches et toiles contre les murs, l’atelier est petit et prolifère dans l’ensemble de la pièce autour d’un espace de travail central. Sur les tablettes près du bureau de l’artiste, il y a des pots remplis de pinceaux, de crayons, des tubes de peintures disposés dans un sens approximatif, mais c’est aussi des tasses de café froid et autres restes de nourriture, en désaccord total avec ce que nous avions observé au musée de Montmartre. Ceci pourrait s’expliquer par les contraintes du temps, ou d’une image à conserver dans une exposition de musée.

Vue de l’atelier de David Cochard, 14 novembre 2023, Château Pergaud, Allex 26400, photo Baya Naït Bekkou

Mais c’est un phénomène que nous avions également observé chez Pierre Buraglio, avec la première partie de son atelier composé d’étagères avec plusieurs produits de peinture et autres, ainsi qu’une table couverte de taches et de tubes pliés dont il était difficile de distinguer les mentions tant ils étaient couverts de couleur. Ce chaos, quelque peu plus organisé, suggère un débordement chez les artistes en pleine phase de création, qui ne semble pas apparaître chez Valadon

En ce qui concerne Giacometti, dans la reproduction de son atelier, il semble qu’une volonté de vraisemblance, non pas dans le sens accordé au terme au XVIIème siècle, soit recherchée, notamment dans cette abondance de formes artistiques dans un si petit espace, entre sculptures, murs peints, chevalets et tables jonchés d’objets divers et variés. Comment manquer les indispensables pinceaux de l’artiste éparpillés sur le bureau et les tubes à foison, pourtant, dans cette volonté du réel se cache également une mise en scène observée dans les ouvrages de référence mis à disposition du public à l’étage avec les bibliothèques. En effet, afin d’obtenir cette reproduction de l’atelier, la fondation s’est intéressé à des sources photographiques, des archives, ou encore témoignages de la femme de l’artiste, et, sur une photo d’un des ouvrages, c’est un bureau plus fourni, des pinceaux à ne plus savoir quoi en faire, et un désordre encore plus prononcé qui est aperçu.

 

Ces informations apportées par les différents ateliers d’artistes en comparaison des reproductions semblent pointer dans la même direction et confirmer que la reproduction des musées ne correspond pas tout à fait à une réalité passée, mais tendent vers la conclusion d’une esthétique orchestrée afin de soumettre au public une relation intime avec l’artiste, au coeur de sa maison musée, d’une partie de l’histoire de l’art, sans toutefois parvenir à un résultat fiable.

Enfin, l’élément qui a suscité mon attention lors de la visite au château Pergaud est la prolifération de l’atelier dans l’ensemble du lieu de vie. Le système même de ce très grand espace repose sur une volonté de subvenir à ses besoins seul. Donc on y trouve des ateliers mécaniques, une cuisine équipée, un lieu de stockage de matériau en tout genre, ce qui correspond finalement à une multitude d’ateliers. Dans le cas de David Cochard, son atelier se trouve au dernier étage, pourtant dans la partie de son local qui constitue l’appartement se trouvent des cahiers, des feuilles volantes ou encore des pinceaux qui lui servent régulièrement. Cette expansion de l’atelier hors de l’atelier est un concept que nous n’avons pas observé lors de nos différentes visites de musée, ce qui, je pense, est un élément important à mettre en lumière. Comme les murs de Giacometti pouvaient être une extension de ses supports artistiques, les autres pièces de vie deviennent elles aussi des lieux de stockage et de création. Le musée peut donc porter atteinte à cette vraisemblance artistique, ou simplement souligner le caractère ordonné de Suzanne Valadon, dans un contraste, peut-être faussé, avec d’autres artistes.

La muséalisation des ateliers d’artistes est ainsi un phénomène à analyser, qui malgré ses sources ne peut échapper à une scénarisation souhaitée ou non, ne parvenant ainsi pas à une reproduction fidèle de la réalité. Toutefois, par ce genre de mises en scènes des artistes et de leur environnement, il est possible de visiter un bout du passé et de rêver quelques instants en se mettant à leur place, et l’objectif du musée est atteint. Après la visite du musée de Montmartre, l’atelier de Valadon m’avait suffisamment conquise pour que je m’imagine moi aussi m’installer dans une pièce semblable à celle qui est (re) présentée, avec de grandes fenêtres et une belle exposition, pour travailler mes peintures.

Baya Naït Bekkou
M2 Mondes littéraires création critique
Séminaire La Maison musée 2023-2024
Université Paris 8


Citer ce billet
Caroline Marie (2024, 8 avril). Dans l’atelier de David Cochard. . Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6jq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.