Une vitrine littéraire dans un pub : le petit salon de Sherlock Holmes, une pièce d’époque ?

LONDRES. La reconstitution du petit salon dans lequel Sherlock Holmes et le dr Watson résolvaient les énigmes qui ont fait la gloire de Sir Arthur Conan Doyle, imaginée pour le Festival of Britain organisé en 1951, occupe une salle du Sherlock Holmes, pub situé à quelques pas de Trafalgar Square.

Vue d’un panneau situé à l’intérieur du pub, photo ©MuséaLitté

Le Sherlock Holmes, pub animé du quartier à deux pas de la National Gallery, la National Portrait Gallery et la Courtauld Gallery, bien que souvent bondé, consacre une salle au héros de Conan Doyle qui lui donne son nom. Derrière une vitre qui signale la nature muséale du lieu, clients et curieux aperçoivent un petit salon qui ressemble fort à celui qui se visite – moyennant un billet d’entrée à £16 – au 221B Baker Street, sans en être la copie exacte.

Impossible de s’asseoir dans le fauteuil. C’est ici à la fois l’élément d’une installation et un objet littéraire qui renvoie à la définition générique des premiers récits de détection, avec leurs armchair detectives, détectives en fauteuil, imaginés par Edgar Allan Poe et Arthur Conan Doyle. C’est ce dernier qui utilise l’expression dans « The Adventure of the Greek Interpreter », une nouvelle de 1893, dans laquelle Holmes déclare à son frère :

If the art of the detective began and ended in reasoning from an arm-chair, my brother would be the greatest criminal agent that ever lived.

L’expression aurait, ironiquement, été détournée pour désigner la méthode hypothético-déductive inventée par Sherlock lui-même. L’expression connut un tel succès qu’elle donna son titre à un magazine, ou plutôt une fanzine, consacrée à ce genre littéraire, entre 1967 et 1997.

« [I]ntérieur arraché à un lieu d’habitation, revêtements muraux et meubles compris, et réinstallé dans un musée pour y représenter un pan de l’histoire des formes, des usages et des mœurs » (Rémi Labrusse, « Des pièces d’époque aux capsules temporelles », §1),

ce micro-musée sans cartel a quelque chose de la « period room » qui croise la fascination contemporaine pour la période victorienne et l’intérêt que portent les Britanniques à l’histoire de l’habitat. Rappelons que dans les quartiers Est de Londres, plus populaires que le quartier de Charing Cross où se situe le pub, le Geffrye Museum, qui a ouvert ses portes en 1914 pour exposer les meubles et promouvoir l’ébénisterie très présente dans l’East End, est devenu dans les années 1930 un musée de l’histoire de la vie domestique. Au même moment, le Dr Kirk fondait le Castle Museum à York (1938), avec ses reconstitutions d’ateliers, de boutiques et d’habitations le long de rues où déambulent les visiteurs, pour garder la mémoire de modes de vie qui disparaissaient rapidement. Depuis 2021, après quelques années de fermeture pour une rénovation importante, le Geffrye Museum est rebaptisé « Museum of the Home », le musée du chez soi.

En 2016, Sandra Costa, Dominique Poulot et Mercedes Volait notaient d’ailleurs dans l’introduction à l’ouvrage collectif qu’ils consacrent à la pièce d’époque qu’« après un long purgatoire, et parfois des menaces de démantèlement, les period rooms refont surface aujourd’hui » (The Period Rooms, p. 7).

L’histoire de cette évocation de l’intérieur du plus célèbre célibataire anglais mêle héritage culturel et sens du marketing, et rappelle que le canon littéraire nourrit le récit national autant que le tourisme globalisé.

Vue du buste de cire de Sherlock Holmes, photo ©MuséaLitté

Après la Seconde Guerre mondiale, pour rendre le moral aux Britanniques, fut organisée à Londres un Festival of Britain, lointain héritier des exposition universelles qui avaient célébré jusqu’au début du 20ème siècle la grandeur de l’Empire, dédié de façon plus resserrée à la Nation. Après une tournée mondiale du festival, la reconstitution, ou plus précisément la modélisation, du petit salon d’Holmes fut achetée en 1957 par le Northumberland Arms pub, sur Northumberland Street, renommé le Sherlock Holmes. Est-ce par identification à l’hôtel mentionné dans la nouvelle intitulée « The Adventure of the Noble Bachelor », situé à côté des bains turcs, comme le pub, autrefois un hôtel lui aussi ? Le pub n’était-il pas déjà nommé Northumberland Pub en hommage à l’hôtel dans The Hound of the Baskervilles (Wikipedia)? Quoi qu’il en soit, boissons et plats y portent aujourd’hui des appellations qui rendent hommage aux héros de Conan Doyle – sans lien clair avec les nouvelles, dans lesquelles il est rarement question de se restaurer.

Cette pièce est donc aussi un objet littéraire et théorique. Elle est le résultat d’une double transposition : temporelle et fictionnelle. Elle présente en effet la particularité de modéliser un lieu fictif et fictionnel, reconstitué à partir de fragments de descriptions littéraires. On y trouve d’ailleurs des références directes à certaines nouvelles : ainsi, la balle dans le front de la figure de cire qui représente Holmes renvoie-t-elle à « The Adventure in the Empty House », dans laquelle le détective piège les disciples du Pr Moriarty en plaçant devant sa fenêtre un mannequin à son effigie. Non loin du violon et de la pipe, un objet fabriqué de toute pièce pour le Festival of Britain, double artifice : il s’agit de la monographie consacrée par le détective à une typologie des cendres de différents tabacs. Cette concrétisation spatiale d’une œuvre de fiction implique ainsi différents régimes d’invention.

Cet emboîtement de matérialisations spatiales, incarnation, fabrication et agencement, génère une mise en abyme, mise à distance critique, qui nous amène à percevoir le dispositif nostalgique  et anti-sensoriel à l’œuvre dans toute reconstitution à caractère muséal.

Consommateurs aperçus par deux vitres qui encadrent la reconstitution du salon, photo ©MuséaLitté

Située dans un pub, quintessence du lieu de vie animé, le petit salon d’Holmes arrêté dans l’époque de sa reconstitution, les années 1950 — et qui intègre des affiches d’adaptations à la scène d’aventures de Sherlock Holmes –, pointe avec force « les adultérations, rafistolages, raboutages de toutes sortes, qui incarnent l’inexorable brouillage des catégories temporelles dans les pratiques d’habitation » (Rémi Labrusse, « Des pièces d’époque aux capsules temporelles », §17). Le pub est en effet un espace particulièrement caractérisé par un riche feuilletage temporel immobilier, mobilier et objectal. Les corps des clients qui se pressent dans le couloir qui longe la vitre ou discutent devant une pinte derrière la vitre latérale, renvoient à l’impossibilité d’habiter ce lieu d’habitation théâtralisé : cette concrétisation est vouée à la désincarnation.

Vue du crâne sur la cheminée, photo ©MuséaLitté

La reconstitution semble même jouer de « la pulsion d’encapsulage temporel » (Rémi Labrusse, « Des pièces d’époque aux capsules temporelles », §33) qui caractérise la pièce d’époque, avec sa statue de cire abattue d’une balle depuis plus d’un-demi-siècle et le crâne humain posé sur la cheminée. Ces allégories de l’absence relèvent d’une « poétique du blocage » (Rémi Labrusse, « Des pièces d’époque aux capsules temporelles », §36) – dans la cheminée un feu artificiel brûle pour personne, personne ne va jouer de ce violon ni boire dans ce service à thé. Elles renvoient à l’absence au carré du corps de Sherlock Holmes, dans une scénographie doublement fictive. Seconde peau, par métonymie, d’un être de papier.

On pense au sarcophage égyptien vide au cœur du dispositif architectural de la maison-musée de John Soane, dans un autre quartier de Londres, qui renvoie à la fois à l’impossibilité d’un musée habité alors-même qu’il constitue le point central de la maison conçue par l’architecte pour y vivre en famille et à la dimension lyrique de toute maison-musée – Soane ne déclarait-il pas les arrangements d’objets qu’il imaginait dans sa maison de Lincoln’s Inn Fields comme des reflets de son espace intérieur, « studies for my own mind » (Description of the House and Museum of the North Side of Lincoln’s Inn Fields, vii, cité dans Sophie Thomas, « The Self-Contained Museum ») ?

Œuvres citées

Costa, Sandra, Dominique Poulot et Mercedes Volait, The Period Rooms. Allestimenti storici tra arte, collezionismo e museologia, Bologne, Bolonia University Press, 2016.

Rémi Labrusse, « Des pièces d’époque aux capsules temporelles. Temps historique et temps vécu dans l’expérience esthétique », Gradhiva 28|2018.

Soane, John, Sir, Description of the House and Museum of the North Side of Lincoln’s Inn Fields, The Residence of Sir John Soane, London, privately printed, 1835.

Thomas, Sophie, « The Self-Contained Museum : Romanticism, Collecting, and the Space of Writing », in Caroline Marie & Anne Chassagnol (dir.), Museums in Literature : Fictionalising museums, world exhibitions, and private collections, Turnhout, Brepols, 2022.

Caroline Marie
Université Paris 8
The Sherlock Holmes Pub,
Londres


Citer ce billet
Caroline Marie (2024, 6 mai). Une vitrine littéraire dans un pub : le petit salon de Sherlock Holmes, une pièce d’époque ? . Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11n58

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.