« Joann Sfar. La vie dessinée »

Paris. Le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme présente la première rétrospective consacrée à trente ans de création de Joann Sfar, pour qui l’image appelle le texte, le texte fait image et la littérature est un art de vivre.

Le parcours, qui croise lecture biographique chronologique et analyse thématique transversale, se déroule en 7 espaces : Une enfance à Nice ; La bande, les Beaux-Arts ; Vampires, magies, fantasy ; L’enfance ; L’atelier ; Le Chat du Rabbin ; Les drames ; La musique ; Pascin ; Regard sur le quotidien. La dernière salle suggère que la littérature est une attention au présent autant qu’une attention aux mots, un être contemporain.

Vue de l’exposition “Joan Sfar. Une vie dessinée”, ©MAHJ, photo ©MuséaLitté

Le parti pris expographique, que relèvent brillamment les commissaires de l’exposition ainsi que les scénographes et graphistes, consiste à déplier les influences qui tissent l’œuvre polymorphe mais toujours littéraire de Sfar, tout en soulignant sa singularité. Au-delà des thématiques récurrentes – l’enfance, le deuil, la sexualité et l’érotisme (à laquelle une salle spécifique est consacrée), les religions –, il s’agit de pointer les lignes de force qui structurent, tout en se développant, en se modifiant, l’ensemble de l’œuvre : d’où viennent-elles, comment se combinent-elles pour donner forme à « une façon de vivre et de voir le monde, jusqu’à créer un univers unique » (panneau de salle) ? Le littéraire chez Sfar ne se limite pas au narratif, à ce « goût du récit » qu’évoque le premier panneau de salle : l’exposition propose une cartographie de son imaginaire, ou plutôt propose, métaphoriquement puisque c’est impossible, de nous donner à voir son esprit au travail, ou l’esprit de son travail.

Photos de famille

Vue de la première salle de l’exposition, ©MAHJ, photo ©MuséaLitté

Dès la première salle, placée sous le signe du deuil de la mère, le dessin est présenté comme un moyen de survivre en se réfugiant dans une vie rêvée. Les relations complexes de la famille à la religion juive sont évoquées mais la relation de Sfar à la judéité et au judaïsme est analysée plus en détail dans le catalogue (Mahj/Dargaud). L’exposition présente avant tout la culture juive comme matière à imaginaire pour Sfar. Le Chat du Rabbin occupe d’ailleurs le centre du parcours expographique, qui mêle réflexion sur les religions, souvenirs familiaux, géopolitique et fantastique.1

Au milieu des photos de famille qui plongent le visiteur dans le Nice des années 1970 et 1980, un agenda d’André Sfar envahi par les dessins de son fils.

1.Joan Sfar a participé à l’adaptation cinématographique du Chat du Rabbin, qui a également fait l’objet d’adaptations scéniques sans sa contribution.

Dans la tête de Sfar – ou de son chat

Vue de l’exposition “Joann Sfar. Une vie dessinée”, ©MAHJ, photo ©MuséaLitté

Ce n’est pas Joann Sfar mais le Chat du Rabbin qui accueille les visiteurs et ponctue le parcours de ses commentaires lucides et distancés. Il ne s’agit pas d’une médiation à l’adresse des enfants ; à l’instar de l’œuvre de Sfar (à l’exception de l’enfer, dédié à Pacsin, réservé aux visiteurs de plus de 18 ans), le chat s’adresse à tous  et donne voix à l’humanisme de l’œuvre. La scénographie nous immerge dans l’espace mental de Joann Sfar, chaque salle combinant une couleur propre, des reproductions de personnages iconiques et les autocollants de citations de la main de l’auteur attribuées au Chat du Rabbin. Une vidéo consacrée à son chat dans la vie réelle, Imhotep, dont il avait annoncé publiquement la mort en 2018, souligne les transferts du réel vers l’imaginaire.

Dans les carnets

Vue d’un carnet de Joann Sfar, ©MAHJ, photo ©MuséaLitté

Depuis les années 1990, Joann Sfar remplit de nombreux carnets – avec une préférence pour ceux de la maison Sennelier – dont beaucoup sont publiés, d’abord par l’Association puis chez Gallimard. Comme la majorité des originaux exposés, ils proviennent de la collection personnelle de l’auteur, comme les carnets de cours de dessin, qui faisaient l’objet d’expériences de reliure touchantes. Ils constituent l’un des fils rouges et le point fort de l’exposition. Chacun est sublime et, ensemble, ils font sens dans leur sérialité. Le réel y est répété, repris et transformé : portraits de son père, de Romain Gary « le héros de mon adolescence » (cartel), d’amis, scènes de la vie quotidienne, élaborations de projets publiés ou non, réflexions sur l’art – ou sur les fournitures d’art. Le texte envahit souvent l’espace de la double page. Du dialogue surtout : l’œuvre s’élabore dans la pluralité des voix.

Superbement éclairés, ce sont des objets visuellement fascinants, tant par leur accomplissement graphique que par leur diversité : plume, aquarelle, crayon de couleur, crayon bic, gouache, noir et blanc, couleur, scène unique en pleine page, double page ou accumulation de vignettes, texte et images en vis-à-vis, imbrication organique du texte et de l’image de type talk drawing ou conference sketching ; l’exploration des combinatoires semble infinie.

La dernière salle, « Regards sur le quotidien », aligne des carnets plus récents, certains datés de 2023, dont 10 dessins pour Paris Match. Elle semble en marge de la logique de l’exposition, comme une redite de ce que le parcours a clairement donné à comprendre, la clairvoyance et l’individualité du regard de l’artiste, l’idiosyncrasie de son trait et de son ton, faussement détachés, authentiquement bienveillants et optimistes, sa dimension politique si non engagée. Cette coda révèle sans doute le désir conscient de montrer que l’artiste est toujours à l’ouvrage ainsi que, peut-être, une réticence inconsciente à quitter un monde si englobant, à refermer le livre. Elle souligne également que, ce qui fait littérature chez Sfar, c’est précisément ce regard porté sur le contemporain: la littérature défamiliarise, réinvente ce présent.

Un auteur parmi les auteurs

Vue de la deuxième salle de l’exposition, ©MAHJ, photo ©MuséaLitté

Autre fil rouge majeur de l’exposition, déroulé dès la seconde salle, « La bande. Les Beaux-Arts », la soif d’appartenir à une communauté artistique, qu’illustre avec humour et tendresse la lettre que Sfar, jeune étudiant, envoya au dessinateur Fred (encre de Chine sur papier, s’il-vous-plaît). Vidéos de témoignages et planches dessinées par les copains (notamment Riad Sattouf et Marjane Satrapi) avec lesquels s’ébauchent projets personnels et collaborations, rendent concrètes les conditions de travail à l’Association mais aussi les conditions de production des albums : passionnante fenêtre ouverte sur le travail de Brigitte Findakly (vidéo, production Mahj), coloriste des bandes dessinées de Sfar : comment s’y retrouver dans ces lignes brisées ?

Le catalogue de l’exposition ajoute les témoignages écrits d’Émile Bravo, Emmanuel Guibert, Lewis Trondheim, ainsi que d’Olivier Daviaud, musicien et de Philippe Comar, enseignant à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Dans l’atelier

Tout ce tissage référentiel, culturel et imaginaire s’opère dans l’atelier. Bien sûr, aux côtés des planches et illustrations de couverture originales, le parcours est émaillé de story-boards, maquettes et autres travaux en cours comme une planche sur laquelle un papier calque annoté indique une modification de proportion, quelques planches aux phylactères vides, un projet pour Blake et Mortimer avec Christophe Blain (dessin), non publié. J’ai particulièrement aimé l’exposition en regard d’une planche originale du Chat du Rabbin (Jérusalem d’Afrique) et de son crayonné au stylo de plusieurs couleurs qui fait ressortir le travail sur la composition et le mouvement, ainsi que les valeurs, au niveau de la page et de chaque case. Le travail du dessinateur de bande dessiné est montré à différentes étapes.

Planche et son crayonné, ©MAHJ, photo ©MuséaLitté

Mais comment montrer l’atelier ? Les commissaires juxtaposent, dans un recoin exigu qui symbolise le caractère éminemment immontrable et mystérieux de ce lieu paradoxal, sur un mur quelques dessins de dessinateurs que Joann Sfar considère comme ses maîtres (Gus Bofa, Will Eisner, Hector Germàn Oesterheld, Stan Lee et Jack Kirby (The Fantastic Four), Edward Gorey, Fred, Quentin Blake) accompagnés de commentaires personnels, et la reconstitution de l’atelier du dessinateur, entre palette d’aquarelle et palette graphique, agrémentée elle aussi de commentaires comme autant de clin d’œil à l’œuvre que le visiteur vient de (re)parcourir. Une vidéo désopilante explique les déboires de la fille de l’auteur à l’école lorsqu’elle y a appliqué ses deux secrets pour peindre à l’aquarelle : la maîtresse a cru qu’elle avait besoin de lunettes.

Si la littérature est un art de vivre pour Joann Sfar, comme l’annonce le premier texte de salle, c’est comme art de voir.

Caroline Marie
Université Paris 8

“Joann Sfar. La vie dessinée”
Musée d’art et d’histoire du Judaïsme
12 octobre 2023–12 mai 2024
Commissaires de l’exposition : Clémentine Deroudille et Thomas Ragon
Scénographie : Jean-Julien Simonot
Conception graphique : Philippe Ravon
Graphisme : Savannah Lemonnier


Citer ce billet
Caroline Marie (2024, 29 avril). « Joann Sfar. La vie dessinée ». . Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/xv7w

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.