Dans l’atelier de David Cochard

Galerie

Cette galerie contient 6 photos.

Allex. Paris. La relation entre l’écrivain et la maison, ou l’artiste et la maison, plus généralement, est un phénomène encré dans le patrimoine culturel et historique des différents pays qui composent le monde, qu’il s’agisse de l’Italie avec l’ancienne demeure … Continuer la lecture

Déambulation poétique de maison musée en maison musée 2/2

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

La vie des objets Certaines œuvres dans les maisons-musées, mais aussi certaines expositions qui considèrent le musée comme bâtisse, maison, qui vit et où l’on vit, procurent des expériences plus troublantes encore. Je ne sais pas si on peut les … Continuer la lecture

Déambulation poétique de maison musée en maison musée 1/2

Galerie

Cette galerie contient 11 photos.

Dans un documentaire sur les gardiens du Palais de Tokyo, l’une d’eux parlait d’exposant au lieu d’artiste. En effet l’exposant d’une foire au bétail est sorti de sa ferme avec sa meilleure vache et l’a menée jusqu’à un champ où … Continuer la lecture

A la rencontre de Balzac

Galerie

Cette galerie contient 7 photos.

PARIS. La Maison musée de Balzac invite le visiteur dans un appartement du XIXe siècle: en quoi ce lieu est-il différent de la Maison de Victor Hugo ou du Musée Jacquemart-André, hôtel particulier qui expose aujourd’hui les collections d’art de … Continuer la lecture

Visite du Musée Nissim de Camondo

Galerie

Cette galerie contient 6 photos.

PARIS. De quoi la maison de la famille Camondo est-elle musée? D’une collection du XVIIIe siècle, de l’intégration d’une famille juive en pleine ascension sociale à la fin du XIXe siècle, de la destruction d’un mode de vie grand-bourgeois au début … Continuer la lecture

La Maison musée de Balzac et l’Appartement musée de Boulgakov

Galerie

Cette galerie contient 6 photos.

MOSCOU / PARIS. La Russie et la France ont deux approches différentes de la maison musée d’écrivain: quelles sont les ressemblances et les dissemblances et comment les expliquer? Il vient de pleuvoir à Paris. Les arbres qui bordent la rue … Continuer la lecture

La Maison de Balzac, Rupert Shrive et Marc Augé

Galerie

Cette galerie contient 6 photos.

PARIS. La maison de Balzac, située dans le seizième arrondissement de Paris, est intégrée à la vie de son quartier. Elle accueille également des expositions d’artistes contemporains, comme Rupert Shrive quand je l’ai visitée, et nous invite à réfléchir à … Continuer la lecture

Compte rendu sur « Mastériales muséales. La Maison d’Auguste Comte. Du “saint domicile” à la sacralisation patrimoniale, des archives sacrées aux fonds massacrés »

Ce compte rendu a pour but de résumer l’intervention qui a eu lieu le 19 octobre 2021 à la Maison des Sciences de l’Homme – MSH Paris Nord à Saint-Denis lors des Mastériales muséales organisées par l’université Paris 8. Il s’agit de l’exposé de M. David Labreure, directeur de la maison Auguste Comte. Dans le cadre du colloque, l’exposé de M. Labreure a été suivi de la présentation de Mme Kiera Vaclavik, professeur des études sur l’enfance à l’université Queen Mary à Londres. Le compte rendu sera complété par une réflexion personnelle liée aux sujets abordés pendant le colloque.

La maison d’Auguste Comte se trouve dans l’appartement que le philosophe a loué au 10 de la rue Monsieur-le-Prince à Paris. C’était le 12ème logement de Comte à Paris. Il y a habité entre 1841 et 1857 jusqu’à sa mort. C’était un lieu sacré pour Comte parce qu’il y a écrit la plupart de ses œuvres (dont la fin du Cours de Philosophie positive), y a créé la société positiviste, y recevait sa bien-aimée Clotilde de Vaux jusqu’à la mort tragique de cette dernière en 1846. Cet appartement était si important pour Comte que même quand il a perdu ses postes d’examinateur et de répétiteur à l’École polytechnique, il n’a pas quitté ce lieu. Le loyer était cher, 1600 francs par an, et Comte a demandé de l’aide financière des positivistes. Ainsi, cette maison a été une place très spéciale pour Comte où il a pu développer ses idées philosophiques et spirituelles.

Credit: Paris tourist office

Pour préserver ce lieu sacré, Comte a voulu conserver ce domicile après sa mort. Il a également voulu qu’après sa mort les manuscrits de tous ses ouvrages imprimés soient gardés. Il a légué certains exemplaires personnels à ses successeurs pour que ces ouvrages puissent être « la base perpétuelle de la bibliothèque du grand prêtre de l’humanité ». Comte spécifie la nécessité de conservation de ses propres archives pour diffuser sa philosophie en France et à l’étranger. Malgré un procès initié en 1870 par l’épouse de Comte, Caroline, la direction des positivistes reste propriétaire des archives du maître. 

Credit: ©augustecomte.org

La maison reste également un lieu de la sociabilité philosophique.

Ce n’est plus un lieu intime, mais une scène de la vie intellectuelle où se réunissent les partisans de la pensée positiviste. La mise en vente de l’immeuble en 1893 a bouleversé le destin de la maison. Pierre Laffitte (1823–1903), philosophe français, successeur de Comte et organisateur de l’action positiviste, a trouvé le soutien financier auprès des positivistes et a acheté l’immeuble entier en mars 1893. Il a crée une société civile immobilière à son nom. L’appartement reste un lieu de pèlerinage. Les objets dans l’appartement sont quasi-religieux pour les visiteurs (i.e., une vase, un chapeau). L’immeuble est définitivement acquis en 1896. Le positivisme vivait un période difficile en France en ce moment-là à cause de manque de financement. La maison n’était plus ouverte aux visiteurs.

En 1927 un jeune chimiste brésilien Paolo Carneiro est venu à Paris. Grace à ses efforts, la maison de Comte a été classée comme un monument historique depuis le 12 décembre 1928. Depuis le début de 1929, Carneiro a décidé de commencer la reconstitution fidèle de l’intérieur de la maison. Pour libérer l’espace, il a mis tous les papiers de Comte au rez-de-chaussée. Carneiro a voulu faire de la maison un lieu de mémoire et de pèlerinage.

Intérieur de l’Appartement d’Auguste Comte (cabinet de travail), ©wikipedia

L’essentiel de la collection a été conservé jusqu’aux nos jours, mais quelques objets et immeubles ont disparus au fil du temps. C’est donc plutôt une ambiance, une atmosphère qu’on vient chercher lors de la visite de l’appartement d’Auguste Comte. La reconstitution du lieu a été achevée en mars 1931. Un grand travail a été également fait pour rassembler, classer et cataloguer les manuscrits de Comte. Grace à l’aide financière de sa famille, Carneiro devient le propriétaire de la maison. On sait peu de choses concernant ce qu’il s’est passé dans la maison d’Auguste Comte pendant la Deuxième Guerre mondiale. Puis, Carneiro commence la restauration de la maison qu’il achève en 1953. En 1954, la maison devient l’association internationale « La maison d’Auguste Comte » et s’ouvre au public. Les visites se font sur demande. 

Le début des années 1980 marque un nouveau tournant pour la maison. Carneiro comprend qu’il sera difficile pour lui de maintenir la maison sans l’aide extérieure et il s’adresse au ministère de la Culture et commence à établir les liens avec l’EHESS. Depuis les années 1970, les manuscrits de Comte ont été transmis à la BNF, au département des manuscrits. La maison est sortie de l’isolation et sa mission a évolué et est devenue de faire les visiteurs plonger dans l’atmosphère du laboratoire de la pensée positiviste [mal dit, structure à réordonner]. Les objets personnels de Comte deviennent les objets sacrés qui permettent de l’approcher dans son milieu et dans son quotidien authentique. Les questions sur l’authenticité des objets dans l’appartement sont récurrentes pendant les visites. Carneiro est décédé en 1982, et c’est à partir des années 1980 qu’on a commencé à chercher un salarié pour le musée pour la première fois.

Les trois pièces principales du musée, la salle à manger, le salon, le cabinet de travail, ont été conservées intégralement jusqu’à nos jours. Le drapeau du Brésil, donné par l’Ambassade du Brésil en 1989, est situé à l’entrée de la salle et rappelle les liens forts qui existent entre les deux pays grâce au positivisme. Dans le couloir, il y a une grande bannière verte avec la devise positiviste « Ordre et progrès » qui a été adoptée par le Brésil comme la devise officielle du pays.

Depuis 2017, un atelier philosophique, « L’heure philo », dirigé par un professeur de philosophie, se déroule régulièrement dans le musée. Cet atelier est une colonne vertébrale de l’activité culturelle de la maison Auguste Comte. Le musée devient un acteur culturel du quartier Saint-Germain. Il a été contacté par un festival de design pour la collaboration potentielle. En mai 2017, l’exposition de l’artiste contemporain dans la maison Auguste Comte a connu un véritable succès avec plus de 800 visiteurs en deux semaines. Le musée a été aussi contacté par le festival de photographie local, « Photo Saint-Germain », pour devenir un partenaire institutionnel régulier. Le musée propose également désormais des expositions temporaires plus scientifiques. « Auguste Comte, l’enfant terrible de l’École polytechnique » a été la première exposition sur August Comte. Parmi les autres activités culturelles que le musée organise, sont des balades parisiennes autours de positivisme, des lectures, des conférences thématiques sur des sujets ou des œuvres liés au 19ème siècle littéraire, historique et philosophique. Beaucoup de choses s’organisent autour de l’activité éditoriale scientifique autour de Comte, mais aussi des connexions parfois aléatoires avec des gens passionnés par le lieu. La maison Auguste Comte organise ainsi des journées d’étude thématiques annuelles. La maison Auguste Comte est une association gérée par et pour les chercheurs. 

Depuis M. Labreure est arrivé à la maison Auguste Comte en 2010, la politique de l’établissement concernant les archives/lettres de Comte est devenue plus transparente qu’auparavant. Avant les lettres/la correspondance de Comte ont été considères sacrés par les positivistes, cela faisait partie du culte autour de Comte. Par exemple, M. Labreure constate que les archives entre 1905 et 1939 sont absentes. Conformément aux 4C pour travailler avec des archives (collecter, classer, conserver, communiquer), le travail de reclassement a été commencé et de nouveaux fonds ont été découverts, par exemple, le manuscrit de « Médiation sociologique », écrit par Comte en 1845–1846. 

M. Labreure a souligné que l’appartement a été conservé dans son état original depuis la mort d’Auguste Comte. Il a ajouté que c’était un pôle d’attraction pour les positivistes et un lieu pour les chercheurs.

Après l’exposé, nous avons posé quelques questions à M. Labreure. La première question qui a lancé la discussion a été la suivante : « Est-ce que Auguste Comte a écrit quelque chose lui-même sur les objets dans son appartement ? » M. Labreure a expliqué que Comte était très hiérarchique en tout, par exemple, certains livres ne pouvaient pas être touchés ou il ne fallait pas s’asseoir sur le siège de Clotilde. Dans son testament, Comte dit qu’il ne faut pas toucher certains objets. C’est donc un cas unique de maison construite comme son œuvre. C’est d’autant plus unique que c’était un appartement loué.

M. Labreure a aussi brièvement expliqué la philosophie de Comte. Comte est en effet l’auteur du système politique – son but était de faire la politique, pas la philosophie. Selon lui, il faut que la politique devienne la science. C’est le nouvel ordre social. Les savants vont gouverner le monde, il y aura une nouvelle religion sans Dieu, la religion existante sera remplacée par l’humanité, Paris sera la Mecque positiviste. En fait, les positivistes étaient très ambitieux dans leur volonté de diffusion, de distribution. Ils disposaient d’une presse pour imprimer. Des milliers des doubles des brochures et des livres qui n’étaient pas vendus, ont été stockés à la cave, où ils ont partiellement pourri.

Comte était très admiratif des femmes de lettres. Dans le positivisme, les hommes s’occupent des choses matérielles et les femmes, des sentiments, des valeurs morales. En plus, tous les positivistes sont anticolonialistes, par exemple, Comte a critiqué l’impérialisme et était contre la colonisation de l’Algérie par la France.

L’appartement de Comte en tant que microcosme d’un philosophe et de sa philosophie représente sa vie quotidienne 150 ans après sa mort. Sa maison devient un lieu idéologique, un lieu de la production de discours positiviste. Selon Foucault et sa conception d’hétérotopies, on peut utiliser ce terme pour décrire les lieux qui ont plusieurs couches. Ainsi, la maison de Comte est une hétérotopie qui constitue une utopie du monde positiviste idéale. Par exemple, Comte écrivait devant le miroir, entouré pas trois anges. Le miroir est une utopie parce que l’image reflétée est un lieu irréel qui permet de voir sa visibilité. Mais le miroir est également une hétérotopie parce que c’est un objet réel. Par conséquent, l’hétérotopie du miroir est réelle parce qu’il y a des objets réels autour du miroir, et irréel parce qu’il crée une image virtuelle. En plus, l’image de Comte qui écrit devant le miroir nous renvoie vers le discours de soi, vers la présentation de soi pour le public. Sa personnalité devient un culte et sa maison devient un lieu de culte. En effet, jusqu’à nos jours les adeptes de positivisme viennent visiter le musée comme un temple, comme un lieux religieux. Le culte de Comte, le soi autoritaire de Comte est affirmé par le fait que son appartement a été conservé dans l’état original depuis sa mort, par la vaste accumulation des brochures sur sa philosophie dans la maison, par les règles très précises et presque tyranniques  édictées par Comte lui-même (on ne peut pas toucher certains ouvrages, on ne peut pas s’asseoir sur le siège de Clotilde, etc.). $

Sa maison est donc construite comme ses œuvres : il voulait que Paris devienne la Mecque positiviste, mais c’est sa maison qui est devenue la Mecque positiviste. Le côté scientifique et intellectuel de la philosophie positiviste trouve sa place dans l’intérieur de la maison : la décoration est simple, sans objets d’art, mais avec la presse pour imprimer et des ouvrages innombrables. Ainsi, l’appartement reflète le petit monde intérieur de Comte. Cette capsule temporelle conservée pour les générations futures, nous permet de jeter un coup d’œil à sa maison comme à sa collection privée. Dans le même temps, la volonté de diffuser des idées et des savoirs a été apparemment très forte chez Comte. Ce n’est pas juste sa maison privée et un lieu de refuge, mais aussi le « forum » où ils pouvaient rassembler avec les disciples et discuter la philosophie positiviste. Le lieu devient donc véritablement sacré pour lui et l’aide rendre son travail visible en France et à l’étranger. La valeur symbolique de sa maison est inestimable pour les positivistes. C’est pourquoi du point de vue de la muséologie, la stratégie du musée a été de laisser le maximum des objets intacts parce que c’est l’atmosphère originale de la maison Comte qui touche les émotions des visiteurs.

Pour résumer, dans ce travail on a résumé l’intervention de M. David Labreure, directeur de la maison Auguste Comte, lors du colloque sur la muséologie qui a eu lieu le 19 octobre 2021 à Paris. Puis, on a proposé la réflexion personnelle sur ce sujet.


Alina ALBIKOVA
M2 Master Littératures du monde, Université Paris 8, Séminaire “La maison musée” 2021-2022