Concours

Appel à concours artistique ouvert aux lycéens et aux étudiants de la

Région Île-de-France

Les lieux de l’écrivain

 

Les participants au concours sont invités à imaginer une représentation, un récit ou une scénographie graphique ou plastique qui associe un auteur réel à un lieu emblématique. L’auteur pourra être visible ou faire énigme comme dans un rébus. Dans notre imaginaire collectif, les écrivains sont associés à des lieux et des espaces particuliers. Il peut s’agir d’un lieu réel, une ville ou un pays qui a marqué une étape importante de leur vie, ou encore d’espaces publics qui leur rendent hommage et donnent à voir leurs manuscrits, leur statue, leur maison, leur nom sur une plaque. Ce peuvent aussi être des lieux réels ou imaginaires qui servent de cadre à leur récit.

Quelques exemples de lieux biographiques : la Cour de Jean de La Fontaine, l’Oran de Camus, la lande des sœurs Brontë, le jardin de Colette, la rue Fontaine des surréalistes, l’île de Guernesey où Hugo s’exila. On pourra aussi penser au bureau ou à la bibliothèque dans lesquels les auteurs se font photographier ou, plus inattendu, au portrait d’Hugo écrivant debout à son pupitre ou de Proust dans son lit, ou encore à la statue de Michel Butor à Genève, imperméable à la main et valise au pied, éternellement en partance.

Quelques exemples de lieux réels fictionnalisés : Paris n’est pas la même chez Zola, Balzac, Hugo, Baudelaire, Aragon, Vian, Hemingway ; Schuiten et Peeters en font un musée sous cloche traversé par des animaux fantastiques, comme chez Tardi. De même la Provence de Pagnol, le Dublin de Joyce, le Londres de Neil Gaiman ou de Sir Arthur Conan Doyle, l’Iran de Satrapi, le Japon d’Amélie Nothomb décrivent-ils moins un lieu qu’ils ne nous parlent des auteurs qui les convoquent.

Quelques exemples de lieux imaginaires : le Pays des Merveilles de Lewis Carroll ou Neverland de Barrie, le Rawhajpoutalah d’Hergé, la Terre du Milieu de Tolkien, le monde du Trône de fer entre deux continents, Westeros et Essos, le Disque-Monde de Terry Pratchett, les planètes de l’Imperium dans Dune de Franck Herbert, ou encore la caverne de Platon. On parle d’ailleurs de « l’univers d’un auteur ».

L’œuvre pourra être le portrait d’un écrivain dans un lieu qui le caractérise ou la représentation graphique, le plan, la carte, la modélisation en 3D de son espace de travail ou d’un lieu typique de sa vie ou de son œuvre. On pourra aussi inscrire l’écrivain dans l’espace public et représenter ou créer une statue, un tombeau à son effigie, ou encore la scénographie d’une salle de musée qui l’expose aux regards des visiteurs.

Quelques pistes : Peut-on cartographier l’univers d’un auteur comme Pérec dessine son immeuble dans La Vie mode d’emploi ? Comment représenter un auteur dans la ville qu’il a transposée dans sa fiction ? À quoi ressemblent ou ressembleraient le bureau de Freud, la chambre à soi de Virginia Woolf, la bibliothèque de Borges, les moulins à vent de Don Quichotte ? Comment la ville, la maison d’écrivain, le musée mettent-ils en scène les écrivains disparus et leur œuvre vivante ? Comment matérialiser les lieux de l’écrivain à même le livre, cet espace traditionnel de l’écriture ?

L’œuvre soumise sera conçue spécifiquement pour ce concours. Elle fera référence à un auteur réel tout en s’intéressant à la dimension imaginaire de son inscription dans un lieu réel ou fictif.

  • Elle sera accompagnée d’une notice (de 300 à 500 mots) mentionnant le nom de l’artiste, le titre de l’œuvre, une explication de la démarche et l’identité de l’écrivain choisi et d’une photographie numérique au format jpg (environ 800 x 800 pixels minimum).
  • L’artiste choisira son médium et sa technique : photographie, peinture, dessin, gravure, sculpture, céramique, bande dessinée, comics et manga (une seule planche), textile, modélisation 3D, collage ou assemblage, bois, métal, reliure, etc. Pas d’images animées.
  • Chaque classe soumettra au concours une œuvre collective, 4 œuvres résultant d’un travail de groupe ou une sélection de 4 œuvres individuelles. Les œuvres sélectionnées feront l’objet d’une exposition matérielle. L’ensemble des œuvres fera l’objet d’une exposition virtuelle (envoi d’un fichier .jpg). Les droits d’auteur sont cédés gracieusement pour la reproduction des œuvres.
  • Les œuvres sélectionnées devront pouvoir être disposées sur des tringles par des crochets (prévoir des cadres). Format max A3 pour les œuvres en 2D, A4 pour les œuvres en 3D, profondeur maximale 15 cm — ce pourra être un livre ouvert ou une boîte peu profonde.
  • Pour l’exposition matérielle à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord du 4 mai au 10 juillet 2020, les œuvres sélectionnées sont à envoyer par la poste ou à déposer à la MSH Paris Nord, 20 avenue George Sand, 93 210 Saint-Denis, à l’intention de Marianne Hérard et Flavie Jeannin, 2e étage (téléphone 333) avant le jeudi 30 avril 2020.

 

Concours sur inscription. Prendre contact avant le 22 novembre 2019 : musealitte@gmail.com

Résultat du concours : mi-juin 2020. Prix du jury, 2e et 3e prix dotés.

 

Jury

Fabienne Bideaud, Commissaire d’exposition indépendante et historienne de l’art

Marianne Hérard, Responsable des programmes scientifiques et de la valorisation, MSH Paris Nord, Saint-Denis

Boris Hurtel, Auteur de bandes dessinées, en résidence au Musée d’art et d’histoire Paul Eluard

Flavie Jeannin, Responsable de la communication, MSH Paris Nord, Saint-Denis

Sofiane Laghouati, Conservateur de la Réserve des livres précieux, Musée Royal de Mariemont

Marie-Anne Lardy, Professeure agrégée de Lettres modernes, Paris

Caroline Marie, Enseignant-chercheur, Université Paris 8, Saint-Denis

Emmanuèle Payen, Responsable de l’action culturelle, Bibliothèque Publique d’Information, Paris

Bérengère Voisin, Enseignant-chercheur, Université Paris 8, Saint-Denis

Anne Yanover, Directrice par intérim, Musée d’art et d’histoire Paul Eluard, Saint-Denis